Faute de textes, le gouvernement prolonge les vacances des députés

Par et

Selon nos informations, le gouvernement n'est pas en mesure d'organiser une session extraordinaire début septembre. « Il n'y a pas de textes prêts », explique-t-on à l'Assemblée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La gauche en campagne avait promis en début de quinquennat en fanfare. Le calendrier de la première année laissait même craindre des sessions parlementaires extrêmement denses, avec des parlementaires travaillant d'arrache-pied. C'est finalement tout le contraire qui se produit : faute de textes prêts, le gouvernement va renoncer à convoquer une nouvelle session extraordinaire début septembre. « Ce ne sera pas avant la dernière semaine de septembre », soit le lundi 24, explique un proche de Claude Bartolone, le président de l'Assemblée nationale.