Nucléaire: Cigéo voté, la controverse sur les déchets radioactifs continue

Entre les porteurs du projet d’enfouissement, forts de vingt ans de processus parlementaire et de débats publics, et ceux qui le combattent au nom de ses dangers potentiels, le désaccord est total. La surdité institutionnelle à cette critique agrandit au fil des ans l’écart entre pro et anti. Une manifestation d'occupation du futur site des travaux se tient samedi 16 juillet.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Quatre heures de débat à l’Assemblée nationale pour traiter un problème qui persistera encore durant plus d’un million d’années : ce sont peut-être les secondes de discussion parlementaire les plus durables de l’Histoire. Le vote de la loi sur le stockage des déchets radioactifs, lundi 11 juillet, est le reflet d’un débat public expédié et marqué par le conflit d’intérêts du rapporteur du texte, le député socialiste Christophe Bouillon, qui est aussi le président de l’Andra, l’agence chargée de gérer les déchets issus du système nucléaire.
Gouvernement, élus de droite et de la majorité présidentielle, collectivités territoriales concernées : toutes les instances représentatives ont œuvré pour le vote de ce texte qui ouvre la voie à la construction, à partir de 2020, du Centre industriel de stockage géologique (Cigéo). Aux confins de la Meuse et de la Haute-Marne, il est destiné à enfermer, 500 mètres sous terre, les déchets atomiques les plus dangereux : hautement radioactifs à durée de vie longue. L’histoire retiendra que l’exécutif était représenté par le secrétaire d’État à la francophonie, André Vallini, mal à l’aise lors de ses interventions, et la plupart du temps silencieux. Pour aller au plus vite, le rapporteur et le gouvernement ont rejeté tous les amendements proposés par les députés, afin que la proposition de loi d’origine sénatoriale – déposée par les Républicains Gérard Longuet et Christian Namy, élus de la Meuse – soit votée conforme. À vingt heures, c’était plié. Sur place, des opposants s’apprêtent à réoccuper un bois en cours de défrichement par l’Andra, l’établissement public chargé de construire Cigéo. Entre les porteurs du projet d’enfouissement, forts de vingt ans de processus parlementaire et de débats publics, et ceux qui le combattent au nom de ses dangers potentiels, le désaccord est total. La surdité institutionnelle à cette critique agrandit au fil des ans l’écart entre pro et anti, et avive la controverse.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Politique — Analyse
Immigration : ce que voudrait faire Gérald Darmanin
Au cours des derniers mois, le ministre de l’intérieur comme le président de la République ont dévoilé quelques mesures phares qui pourraient constituer le projet de loi sur l’asile et l’immigration, annoncé pour 2023.
par Nejma Brahim et Ilyes Ramdani
Éducation — Enquête
Éducation à la sexualité : Mediapart révèle un rapport d’inspection enterré par Blanquer
Un rapport de l’inspection générale de l’éducation nationale, qui établit la trop faible efficacité de l’éducation à la sexualité, est resté un an dans les tiroirs de Jean-Michel Blanquer. Son successeur, Pap Ndiaye, semble enfin vouloir faire de cette politique publique une priorité.
par Mathilde Goanec et Pierre Januel
Qatar : le Mondial de la honte — Enquête
Au Qatar, l’enfer des travailleuses domestiques
Encore plus invisibilisées que les forçats des chantiers car maltraitées dans l’intimité de foyers privés où elles sont recluses, les travailleuses domestiques subissent des abus et des violations systémiques au Qatar. Deuxième volet de notre enquête au royaume de l’esclavage moderne.
par Rachida El Azzouzi
Moyen-Orient — Enquête
Sabra et Chatila : histoire d’un massacre anticipé par Israël
Il y a quarante ans, le 16 septembre 1982,  commençait dans les camps de réfugiés palestiniens du Liban une orgie de viols et d’assassinats qui allait se poursuivre pendant trois jours. Cinq mois plus tard, une commission d’enquête gouvernementale concluait qu’aucun Israélien ne pouvait être tenu pour responsable des massacres. Un universitaire a découvert à Jérusalem, dans les archives officielles, une tout autre vérité…
par René Backmann