Diffamation sur Internet: l'édito vidéo de Mediapart

Par

Une proposition de loi projette de liquider la loi de 1881 sur la presse, en allongeant le délai de diffamation sur Internet. Pire encore: les sénateurs ont fait le distinguo entre les sites issus de médias traditionnels «régulièrement déclarés ou autorisés», et les autres.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 4 novembre, les sénateurs ont voté une proposition de loi qui pourrait tout changer sur Internet. Si leur projet devait être adopté définitivement, la durée de prescription du délit de diffamation sur le réseau passerait de trois mois (loi actuelle) à un an. Du coup, blogs citoyens, sites d’information, forums en tous genres s'en trouveraient sérieusement fragilisés. D’autant, et c’est une première, que les sénateurs UMP, centristes et socialistes (les communistes ont voté contre), se sont mis d’accord pour distinguer, avec des arguments où l’absurde le dispute à l’ignorance, sites d’information issus de médias établis (presse, télé, radio), qui resteraient soumis au régime en vigueur (trois mois), de tous les autres, suspectés d’emblée d’être moins prudents, et qui passeraient à un an.