Mediapart relaxé face à Marine Le Pen

Par

La présidente du FN avait porté plainte pour diffamation contre un article de Mediapart révélant qu'elle employait, pour 5 000 euros brut par mois, son compagnon Louis Aliot en tant qu'assistant au Parlement européen.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le tribunal correctionnel de Paris a relaxé, jeudi 13 novembre, Mediapart, poursuivi pour diffamation par Marine Le Pen et son compagnon Louis Aliot pour avoir révélé dans un article le conflit d’intérêts de la présidente du Front national au Parlement européen.