Arrêts de travail: les généralistes remontés contre les sanctions

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les lettres tombent, comme des briques, sur les bureaux déjà encombrés des médecins généralistes. Par exemple celle adressée à Sylvie Molinari (le nom est fictif, lire en Boîte noire) fin juin : « Docteur, le nombre d’indemnités journalières que vous avez prescrites rapporté au nombre de consultations vous place au-delà de la moyenne observée chez vos confrères. » Ce médecin généraliste se voit ainsi reprocher de prescrire à ses patients 3 fois plus de jours d’arrêts de travail que ses confrères. Le courrier s’achève sur une menace claire : « Nous aurons la possibilité d’engager une procédure de pénalité financière » d’un montant maximum de « 6 258 euros »