Primes en liquide: le jugement qui condamne Claude Guéant

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Plus longue sera la chute pour Claude Guéant. Déjà aux prises avec les juges dans plusieurs dossiers, l’ex-ministre de l’intérieur et ancien secrétaire général de l’Élysée a été condamné, ce vendredi, dans l’affaire des primes en liquide de la place Beauvau. L’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy est reconnu coupable de complicité et recel de détournement de fonds publics. Il écope d’une peine de deux ans de prison avec sursis, 75 000 euros d’amende, et cinq ans d’interdiction de toute fonction publique. Il doit en outre rembourser à l’État (au titre des dommages et intérêts) les 105 000 euros de primes en liquide qu’il s’était indûment attribués au ministère de l’intérieur, de 2002 à 2004, lorsqu’il était le directeur de cabinet de Sarkozy.