Aide aux migrants: jusqu'à 4 mois de prison ferme pour les «7 de Briançon»

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le principe de « fraternité » consacré l’été dernier par le Conseil constitutionnel a ses limites, que le tribunal correctionnel de Gap (Hautes-Alpes) a jugé, jeudi 13 décembre, allégrement dépassées par sept militants solidaires des exilés, surnommés « les 7 de Briançon ».