COR - Les Français veulent être associés au pilotage des retraites

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Une retraite d'état la même pour tout le monde à partir d'un certain âge et payée par l'impôt sur le revenu et après une augmentation du nombre de tranches et une vraie belle chasse à l'évasion fiscale.

Mais nos puissants n'aiment pas les règles simples car elles empêchent les exceptions et les maquis juridiques favorables aux noyades de poissons et aux avocats fiscalistes.

Attention au fait de financer les retraites par l'IR plutôt que par la cotisation comme c'est le cas aujourd'hui.

Les cotisations des actifs financent directement les retraites chaque mois via les caisses de cotisations sans passer par les mains des politiques. Ce ne serait pas le cas avec l'IR ce qui rendrait plus dangereusement instable le financement des retraites.

C'est pas que je ne fasse pas confiance aux politiques, mais bon...

Une bonne remarque laughing

  • Nouveau
  • 13/12/2018 14:54
  • Par

"La ministre de la Santé et des Solidarités, Agnès Buzyn, a assuré que les contributions citoyennes alimenteraient la concertation menée par Jean-Paul Delevoye avec les partenaires sociaux."

traduction :
on leur a fait plaisir au gueux, je continue dan dans la méthode : j'écoute et je n’entends pas !
par peur de devoir collaborer avec d'autre !

                                                     JEAN-LUC MÉLENCHON 

Jeudi 13 décembre 2018 vers 18h30 , suivez en direct le discours de Jean-Luc Mélenchon à l'Assemblée nationale sur la motion de censure contre le gouvernement Philippe.

Participez avec le hashtag #JLMCensure.                 

EN DIRECT - Discours sur la motion de censure - #JLMCensure

                                     hqdefault_live.jpg?sqp=CJjjyeAF-oaymwEZCNACELwBSFXyq4qpAwsIARUAAIhCGAFwAQ==&rs=AOn4CLAU_wv4yvYDT0Bl1oCOnK7VdMcNgA

Le système à points est un écran de fumée des technocrates appuyé par  une communication qui présenterait une retraite égalitaire et donc plus juste.

La mise en musique de la retraite à points ferait croire que le système actuel n'est pas pérenne pour favoriser la capitalisation. Un beau cadeau à la finance et qui permet aux retraités américains de se retrouver sans ressources en fin de vie. En plagiant Churchill: le système par répartition est le pire des systèmes à l'exclusion de tous les autres. Basé sur le travail son inconvénient est le chômage quand il atteint le niveau actuel. Il faudrait donc le protéger en faisant cotiser le capital. Ce qui serait  juste car il est responsable en grande partie du chômage et des baisses de rentrées. C'est quand meme bien la delocalisation de notre industrie vers des pays à bas couts qui a detruit en majeure partie l'emploi en France et en Europe.

Si les retraites sont différentes c'est d'abord et avant tout parce qu'elles ont une histoire, qu'elles répondaient à des spécificités: lisser les retraites du service public et les retraites du privé peut paraitre une idée de simple justice, mais ça ne tient pas compte tenu de l'évolution des carrières et du niveau des salaires de ces deux régimes. Par ailleurs il ne faut pas oublier qu'elles font partie du contrat de travail: il est donc futile de critiquer les cheminots si l'on oublie qu'ils ont signé un contrat de travail dont leur retraite était un élément salarial, un avantage. 

Quant à faire un "système à points" devenu unique, il faut le simuler dans une carrière faite de hauts et de bas. Car il favorisera un bon début de carrière car les points sont alors peu chers et handicapera une bonne fin de carrière car très chers. Si ce système peut etre acceptable, recevable vu comme un complément (AGIRC-ARRCO)  il ne peut évidemment remplacer l'actuel qui prend en compte une periode de carrière de 25 ans.  Rappelons qu'elle était de 10 ans et que désormais ce moyennage sur 25 ans est défavorable là encore pour une bonne fin de carrière.

 Surtout que cette réforme annoncée est dans les mains d'un pouvoir qui ne favorise qu'une petite frange de la population et très riche. Elle est d'autant plus dangereuse qu'il faudra attendre très longtemps avant d'en percevoir les effets et il est assez facile d'endormir les gens avec de belles paroles: la réforme du calcul des pensions, un beau mois de Juillet,  sur la periode de 10 ans à 25 ans est quasiment passée inaperçue alors qu'elle a eu pour effet une décote importante sur les pensions qui en ont surpris plus d'uns peu attentifs à ces manipulations.

L'attendu de cette réforme est donc contestable d'emblée car il dissimule mal en fait de vouloir construire un rempart dans le but de protéger le capital de toute participation. Ceci compte tenu que le chômage ne réduira pas, il ne faut pas rêver, et que les cotisations retraite stagneront. Egalement, le passage vers une privatisation rampante en proposant un système par capitalisation reste un objectif liberal avantageux pour la finance. Il est déjà fait pression sur la jeunesse par une com appuyée des banques pour leur laisser penser qu'ils n'auront pas de retraite et qu'ils doivent capitaliser eux mêmes.  Mis ce serait une bombe à retardement: cas des subprimes, affaire Enron etc... Encore une fois le système par répartition est le seul qui offre une telles robustesse.  Car meme si les caisses sont pauvres elle serviront quand meme toujours quelque chose.  

Il faut donc défendre coute que coute le système par répartition comme un bernique sur son rocher.  Il ne faut pas ne se laisser endormir par des paroles invoquant la justice sociale et la peur du lendemain sorties de bouches dont le mensonge est une règle pour servir d'autres intérêts.

Donc l'enfer étant pavé de bonnes intentions, il est urgent de savoir ici à qui va réellement profiter le crime.

 

 

De mon point de vue, il faut plutôt lire........."au nom de........l'injustice sociale qui est le moteur même de l'action de ce gouvernement de rapaces pour eux mêmes, il s'agit d'une nouvelle magouille pour ne pas payer les retraites par répartition !!!!!"

Il faut refuser catégoriquement le "transfert massif" aux banques et compagnies d'assurance d'une nouvelle clientèle livrée à la spéculation boursière qui ne peut même pas garantir le "capital" investi yellyellyell

Je suis gilet jaune

 

 

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale