Un ponte de la psychanalyse visé par une enquête pour violences sexuelles

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Vous savez, vous pouvez m’appeler, je suis en arrêt de toute façon. » Fanny* avait l’air épuisée, ce jour-là. Son médecin avait diagnostiqué un « état dépressif réactionnel à harcèlement et humiliations au travail ». Elle est restée un mois chez elle, à tenter de se requinquer. À prendre des nouvelles aussi, à appeler à droite à gauche pour savoir qui allait « parler », à s’inquiéter.