Deuxième débat PS: une séance de rattrapage?

Par

Le premier débat de la Belle Alliance populaire n’a pas attiré les foules : 3,8 millions de télespectateurs. C’est beaucoup moins que la droite en octobre et moins que le PS en 2011. Une relative indifférence qui pourrait se retrouver dimanche, à l’occasion du second débat.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bien sûr, on aurait pu jouer au jeu du « qui a gagné, qui a perdu ». Manuel Valls d’abord, inexistant sur la question du bilan, notamment le CICE, était plus à l’aise en revenant sur ses fondamentaux : le terrorisme, la défense de l’État d’urgence et même la déchéance de nationalité. Arnaud Montebourg, plutôt bien préparé, a été mordant sur la redistribution fiscale ; Benoît Hamon, moins efficace que dans d’autres prestations télévisées, a néanmoins été cohérent sur sa proposition de revenu universel ; Vincent Peillon, implacable sur la réduction progressive de la majorité à la seule voix de Manuel Valls, a été convaincant sur la proportionnelle ; François de Rugy était sans aspérité mais sans relief ; Jean-Luc Bennahmias semblait à la recherche de lui-même ; Sylvia Pinel peinait à exister.