Les «frotteurs» du métro, un «non-événement»? 13 victimes répondent

Par

Des femmes ayant subi des agressions dans le métro répondent à la tribune des cent femmes du Monde.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans une tribune publiée dans Le Monde, un collectif de cent femmes a écrit qu’une femme « peut veiller à ce que son salaire soit égal à celui d’un homme, mais ne pas se sentir traumatisée à jamais par un frotteur dans le métro, même si cela est considéré comme un délit. Elle peut même l’envisager comme l’expression d’une grande misère sexuelle, voire comme un non-événement ». Mais pour certaines victimes de « frotteurs », ces agressions sont loin d’être un « non-événement ».