L'éducation prioritaire manifeste contre une baisse de moyens

Par

Des dizaines d'établissements franciliens de l'éducation prioritaire se sont mobilisés, jeudi, pour dénoncer une baisse de leurs moyens à la rentrée prochaine. Un comble, moins d'un mois après la présentation par Vincent Peillon d'un grand plan pour relancer l'éducation prioritaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un mois seulement après la présentation d’un grand plan de refondation de l’éducation prioritaire, des dizaines d’établissements d’Ile-de-France ont répondu à l’appel à la grève ce jeudi 13 novembre. « ZEP’ plus de moyens ! » ont scandé, bravant le vent et la grêle, des enseignants, accompagnés de quelques centaines d’élèves, sous les fenêtres du ministère. Pour sensibiliser les passants à leur cause, certains avaient choisi de multiplier les happening – cours en caleçon rue de Grenelle ou lavage de vitres pour récupérer « des sous pour nos élèves », à l'instar de ce collectif des profs en slip que nous avons rencontré.