Imerys s’approvisionne en talc dans une zone afghane aux mains des talibans

Par

Une enquête du Monde montre que ce groupe français, spécialisé dans les matériaux industriels, s’approvisionne en talc dans une province afghane en proie à une insurrection des talibans, dont l’extraction minière constitue l’une des principales sources de financement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Être un acteur responsable, c’est préparer l’avenir », revendique avec fierté le groupe français Imerys sur son site internet. Mais selon une enquête du Monde, ce spécialiste des minéraux industriels s’approvisionne en talc, à travers un intermédiaire pakistanais, à Nangarhar, une province de l’est de l’Afghanistan en proie à une insurrection armée des talibans et de l’organisation État islamique et où l’extraction minière constitue l’une des principales sources de financement des insurgés. Lancé en 2011, cet approvisionnement s’est renforcé en 2014, alors même que des rapports d’organisations internationales se multipliaient pour alerter sur l’aggravation du conflit au Nangarhar et la mainmise des talibans sur les ressources minières.