Après l'interpellation de 115 Maliens, la procédure et son efficacité sont contestées

Par
Une semaine après l'intervention policière dans un foyer du XIIIe arrondissement de Paris, plus de la moitié des interpellés a été relâchée pour vice de procédure ou de fond. Magistrats et avocats dénoncent une instrumentalisation de la justice par la police.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une instrumentalisation de la justice par la police, sans résultat qui plus est. Voilà ce que dénoncent des magistrats et les avocats des 115 Maliens interpellés le mardi 12 février 2008 dans un foyer de travailleurs de la rue des Terres-au-Curé (Paris XIIIe). Ces derniers jours, des Maliens sans-papiers ont été présentés devant le juge administratif, à Paris. Certains ont été relâchés ; d’autres placés en centre de rétention.