Neuf ans après, le meurtrier d'un sans-abri est condamné à un an de prison ferme

Par
En 1999, un SDF était tué dans le métro lillois par un agent de nettoyage. Près de neuf ans plus tard, il a comparu devant la cour d'assises de Douai.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Le verdict a stupéfié les associations d’aide aux sans-abris et n'a pas intéressé les médias. Pour avoir tué un SDF, un agent de nettoyage du métro lillois vient d'être condamné à un an de prison ferme et quatre ans avec sursis.

« On ne demandait pas la perpétuité, explique calmement Patrick Pailleux, de l’ABEJ (Association baptiste pour l’entraide et la jeunesse). Mais il a quand même tué quelqu’un, et d’une façon moralement extrêmement choquante.»
Le verdict, qui date de fin décembre 2007, n'a été appris qu'avec retard par les associations, et au terme d'un procès demeuré confidentiel. Les faits, eux, remontent au 23 juin 1999. A 1 heure du matin, Hervé Lahaye, un SDF handicapé mental d’une cinquantaine d’années, dort dans le métro lillois. Des agents d’une société de nettoyage le jettent dehors de force. Hervé Lahaye, aviné, revient s’adosser à la porte du métro fermé. Mais les agents ne veulent pas qu’il reste dormir là. L’un d’eux va chercher dans le camion de la société de l’alcali, un ammoniac puissant, et jette le composé chimique sur ou autour du clochard, sans qu’il soit vraiment possible de le préciser. «Il en a juste versé à proximité de Hervé Lahaye pour le faire fuir, certifie Hervé Corbanesi, l’avocat de l’agent. Mon client n’avait pas du tout la haine des clochards, il les aidait même parfois en leur offrant une cigarette.»

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale