Face à la Nuit debout, le pouvoir socialiste n'a pas grand-chose à dire

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Et si c’était l’erreur de trop ? Depuis le début du mouvement contre la loi El Khomri sur le travail, François Hollande et son gouvernement craignent que la mobilisation emporte définitivement le quinquennat et achève la rupture entre les électeurs de 2012 et le président de la République. Le lancement des Nuits debout n’a rien arrangé. Tout à coup, ont émergé sur la scène publique de nouveaux visages, de nouvelles pratiques, une culture politique en construction tellement étrangère à celle de Solférino qu’oser la comparaison prête déjà à sourire.