Il n’a pas rendu l’argent, et ce n’étaient pas forcément les bons costumes. La police judiciaire a engagé des vérifications sur les embarrassants costumes de luxe offerts, fin 2016, à François Fillon par l’un des derniers survivants des vieux réseaux de la Françafrique, l’avocat Robert Bourgi. Les enquêteurs soupçonnent le candidat des Républicains à la présidentielle de ne pas avoir restitué les bons costumes de la marque Arnys (propriété du groupe LVMH), selon des informations de Mediapart.