JO 2024: l’aménageur public se paye les services de Publicis pour gérer un «risque d’image»

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un contrat avec le troisième groupe mondial de communication, des consultants et un « toolkit de crise » (une boîte à outils). Ce n'est pas le dernier épisode de la bataille entre Suez et Veolia, mais la prestation achetée par un établissement public, Grand Paris Aménagement (GPA), pour trouver des arguments justifiant la destruction de 4 000 m2 de jardins ouvriers à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), en vue d’y construire une piscine d’entraînement des Jeux olympiques (voir notre enquête à ce sujet).