L'amnistie sociale « enterrée en commission »

Par

Entre le veto de l'exécutif et la pression à gauche, les socialistes ont choisi de gagner du temps sur la question de l'amnistie sociale, défendue par le Front de gauche et les écologistes. Le texte sera renvoyé en commission des lois.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quand on veut enterrer un problème, on le renvoie en commission. À force de se revendiquer en permanence de « l'ordre républicain » (comme l'a fait encore une fois Manuel Valls lors des questions au gouvernement ce mardi après-midi), la majorité socialiste a fini par adapter à sa manière la règle de vie politique de Clemenceau (qui, lui, préférait « créer des commissions »). Après le revirement gouvernemental d'il y a trois semaines (lire ici), la proposition de loi d'amnistie sociale portée par le Front de gauche et soutenue par les écologistes, votée à l'unanimité par la gauche sénatoriale (lire ici), est donc plongée dans le coma législatif.