Emmanuel Macron ou la démocratie de la complaisance

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’affaire du conflit d’intérêts du secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler, et celle des « ristournes » de la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron, deux dossiers dévoilés par Mediapart qui ont connu dimanche 13 et lundi 14 mai des suites notables (voir ici et ), n’ont a priori rien à voir l’une avec l’autre. Et pourtant : elles racontent chacune à leur manière une même histoire, dont il est déjà possible de cerner un scénario et, en même temps, d’extraire une morale.