L'Afrique au centre (6) - Que reste-t-il de la Françafrique ?

Par
Sixième et dernier volet de notre série sur «l'Afrique au centre» : que sont devenus les réseaux de la «Françafrique» ? Officiellement, le Monsieur Afrique de Nicolas Sarkozy, Bruno Joubert, marque une rupture : plus de diplomatie, plus de transparence, moins d'esprit clanique. Dans les faits, les ambiguïtés demeurent. Car, de l'avis de beaucoup d'observateurs, c'est Claude Guéant, le secrétaire général de l'Elysée, qui œuvre dans l'ombre pour les intérêts de la France sur le continent. Enquête.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le discours de Dakar sur «l'homme africain», puis le limogeage de Jean-Marie Bockel pour cause de crime de lèse-majesté, ont jeté une lumière crue sur la politique africaine du Président Nicolas Sarkozy. Loin de la rupture vantée par le candidat, les médias ont souligné la permanence d'une certaine «Françafrique», honnie et détestée des deux côtés de la Méditerranée. Pour les uns, la preuve est faite que Nicolas Sarkozy a beaucoup promis et n'a rien changé, pour les autres, le Président n'a guère pu s'opposer à ces puissants et mystérieux réseaux qui régissent les relations de notre pays aux dirigeants africains.