Des mineurs seuls et des nourrissons en rétention, ça continue

Par

Depuis l'élection de François Hollande, une douzaine d'enfants ont été placés en centres de rétention en vue d'une expulsion. Un mineur non accompagné est actuellement enfermé au Mesnil-Amelot. Le Défenseur des droits, la Cimade et RESF rappellent au chef de l'État ses engagements.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis l’élection de François Hollande à la présidence de la République, une douzaine d’enfants ont été placés en rétention. En l’absence d’instructions nouvelles sur la présence de mineurs dans les centres de rétention administrative, les services de police et les représentants de l’État gardent les mêmes habitudes que lors du quinquennat précédent. Après une période d’accalmie pendant la campagne électorale, la cadence s’accélère. Et cela, malgré l’engagement du chef de l’État, lorsqu’il était candidat, de mettre un terme à cette pratique.