Les méthodes de l’extrême droite pour faire taire les journalistes

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Des journalistes poursuivis en justice, menacés ou agressés, des médias interdits d’accès : même sous Marine Le Pen, le Front national, récemment rebaptisé “Rassemblement national”, n’a pas rompu avec certaines pratiques à l’égard de la presse. Couvrir ce parti et enquêter sur l’extrême droite reste difficile et singulier, malgré l’affichage d’un mouvement « dédiabolisé ».