A Lyon, des militants «anti-genre» affaiblis mais toujours déterminés

Par et

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Six ans après sa création en septembre 2013 pour dénoncer l’enseignement d’une « théorie du genre » à l’école, c’est presque une soirée nostalgie pour le collectif VigiGender. Ce 14 mai 2019, ils sont environ 120 à être venus écouter Esther Pivet, à la tête du collectif, dans un centre de conférences du 5e arrondissement de Lyon, qui présente son livre Enquête sur la théorie du genre, publié début 2019 dans une maison d’édition catholique, les éditions Artège.