Ammoniac : en Bretagne, l’air est grave

Par Caroline Trouillet (Splann !)
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Les paysans sont de droite mais pas vraiment ultra-libéraux. Il y a 60 ans toutes les exploitations avaient leur fosse à purin, cela n’a pas trop changé, sauf les volumes. La Région n’a aucun intérêt a subventionner des études, il est préférable d’adopter la politique de l’autruche pour ne pas avoir à se justifier. Rendre les exploitations porcines propres , cela parait possible au Danemark alors pourquoi pas en Bretagne ...

Le porc industriel, tu l’as pas seulement touché ni posé dans ton assiette qu’il a déjà rendu l’air irrespirable, l’eau non potable et les paysages impropres à une simple promenade à des centaines de kilomètres à la ronde.

C’est la même usine qui à main droite produit la viande infecte et le pâté dégueulasse qui remplit ton assiette et à main gauche la base chimique pour nettoyer du sol au plafond tes sanitaires : zéro déchet, une industrie d’avenir pleinement vertueuse.

Manger cette merde, mon frère, c’est un acte patriote !

"Le "syndicat" notoirement mafieux  FNSEA doit bien rire" Bien dit!

La véritable évolution serait de ne plus consommer ces pauvres animaux avec qui nous partageons 98% d'ADN, nos proches cousins.

Produit en Bretagne.

Je sais de quoi je parle, j'habite le nord-Finistère.

Venez visiter le periph parisien.Vous ne serez pas dépaysé 

Ok, mais Paris n'est pas une péninsule au milieu de l'Océan.

Une Bretagne polluée comme une usine chimique, ça donne moins envie d'y aller et de consommer ce qu'elle produit.

La FNSEA est responsable de ce gâchis.

Quant au périphérique, les transports en commun sont encore plus dangereux pour la santé :

Le taux de particules fines présentes dans l’air du métro dépasse le seuil fixé par l’OMS

L'air du métro parisien 2 à 4 fois plus pollué que sur le périphérique

Paris : dans le métro, des niveaux de pollution jusqu’à 30 fois plus élevés que dans la rue

Le métro encore plus pollué que le périphérique parisien - BFMTV

....

Voilà deux bilans à débattre pour les régionales.

Article très intéressant, merci beaucoup. 2 remarques quand même (outre le fait que normalement on note NH3, comme CO2, avec des indices...) :

1] "Cette recherche est la première à imputer directement à la production et la consommation de viande des décès causés par la pollution de l’air . « Les conséquences sanitaires et environnementales de nourrir une population mondiale en augmentation constante sont de plus en plus manifestes », commentent les auteurs." : vouloir cantonner les dégâts à la seule production de viande (une nouvelle marotte à Mediapart ?) n'est pas honnête : les monocultures dévastatrices à base de biocides et de traficotage génétique (pour qu'une plante survive malgré l'armaggedon  "phytosanitaire" qui doit lui tomber dessus...)  dont la production sert parfois à faire rouler des camions (au lieu de nourrir du vivant), et le plus souvent à des dizaines de milliers de kilomètres devraient-elles (selon la même logique) conduire à renoncer aux cultures végétales ?

2] comme quoi les statistiques et chiffres peuvent bien être très sujets à caution : mais heureusement quand il s'agit de mesures objectives (ce qui relève du scientifique), il est possible de vérifier ou d'infirmer : ce que semble montrer cet article. Mais alors dans les cas où ce n'est pas vérifiable (parfois même par nature même...), devrait-on admettre toute statistique donnée au motif que la preuve du contraire ne serait pas démontrable ??

Quelques liens scientifiques donc sur l'ammoniac qu'on retrouve partout en agriculture puisqu'elle permet à la terre par exemple d'assimiler l'azote. La production laitière - fromagère en émet aussi et l'élevage est effectivement un des principaux émetteurs. L'impact sur les milieux aquatiques, sur les réserves amiotiques est également désastreux. 

Quelques liens et référence

Somme de recherches US sur le sujet

Webb J, Chadwick D et Ellis, S (2004), Emissions of ammonia and nitrous oxide following rapid incorporation of farmyard manures stored at different densitiesNutrient Cycling in Agroecosystems, 70, 67-70

Webb J, Henderson D et Anthony SA (2001), Optimising livestock manure applications to reduce nitrate and ammonia pollution: scenario analysis using the MANNER modelSoil Use and Management, 17, 188-94.

Ademe 2011 - Emission de particules Agriculture - ADEME

Ademe Les émissions agricoles de particules dans l'air, état des lieux et leviers d'action - ADEME

Dans les autres régions 

Ademe 2011 - Emission de particules Agriculture - ADEME

Ademe Les émissions agricoles de particules dans l'air, état des lieux et leviers d'action - ADEME

Mesures de l'amoniac dans l'atmosphère - PDF - Atmo Auvergne

L’air : le b.a –ba - Polluants - Ammoniac (NH3) - Atmo Normandie

Atmo Hauts-de-France - Ammoniac et pollution de l'air - Atmo HDF

Sur la qualité des sols : 

Le Réseau de Mesures de la Qualité des Sols de France (RMQS) Etat d’avancement et premiers résultats - RMQS (2006)

Atlas français bactérie sols - INRA - 2019

Fertilité : quel est l'état des sols en France ? - Terre.net 2021

@CaouecBlagnac :

je crains que vous m'ayez mal compris.

Cet article démontre une fois de plus (je vais essayer de dire autrement une partie visiblement mal comprise de mon propos : 1] et 2] étaient sans lien aucun) qu'il ne suffit pas de ne pas trouver quelque chose (surtout si on ne se donne pas les moyens de chercher) pour que cela n'existe pas.

Et bien justement, cet article démontre que grâce à une situation objectivement étudiable il est possible de démontrer qu'il y a bien un problème, bien que les "chiffres officiels" n'en dissent rien avant.

J'assigne en quelque sorte en cohérence ce journal vis-à-vis d'autres études promues ne portant que sur des statistiques invérifiables, voire portant déjà sur quelque chose qui est par nature invérifiable en interrogeant sur le fait que dans ce genre de cas il est intrinsèquement impossible de démontrer le contraire de ce qui est affirmé : ceci ne devrait pas permettre de le considérer comme vrai par défaut. Surtout quand seuls certains faits sont activement recherchés : cela ne prouve pas (du tout) qu'il n'y a rien d'autre à traiter. C'est tout.

Ensuite, il me semble justement que cela arrange nombre de lobbies agroindustriels déjà prêts à ultratransformer n'importe quoi de non animal que de promouvoir le véganisme.

L'argument utilisé de manière répétée dans les colonnes de Mediapart  (voir par exemple cet "article" récent) étant lui clairement partisan : l'agroindustrie végétale fait au moins autant de dégâts que l'agroindustrie animale : pourquoi dans un cas devrait-ton ne rien dire et dans l'autre renoncer à toute forme d'élevage ? (il y a bien d'autres arguments, mais j'assigne là en cohérence sur ce point précis).

Le problème principal n'est-il pas le productivisme agroindustriel (sans aucun scrupule) ayant la bénédiction (et des sous, et des arrangements...) des pouvoirs publics parce que "ça fait des emplois" ou "du PIB" ?

Personne lambda, je pense qu'il faut être exigeant dès qu'un article utilise du quantitatif + des liens de causalités.

Ici- sur la forme, la carte "couleur" des émissions de NH3 est légendée en Rouge-orange-jaune-vert, et la correspondance avec les bistres plus ou moins rouge et plus oumoins verts de la carte n'est pas vraiment évidente, c'est dommage pour une lecture de base.

Et un peu plus sur le fond "lien entre ammoniac et PM2,5". L'ammoniac, petit molécule très volatile de 4 atomes (N+Hx3), les PM2,5, particules de typiquement 1 à 2 µm, disons, comprenant à la louche 1 milliard d'atome (1000 dans chaque dimension d'un cube, + un bon peu de "fractalité" des vraies particules qui ne sont pas des cubes ou des oranges, mais des filasses de suies microscopique ou des choses comme ça, voir les photos "au MEB" ou "au TEM" pour les physiciens (microscopes électroniques de diverses sortes ayant la résolution ad hoc)).

Pour moi, c'est dommage et ça me conduit à interpréter le reste de l'article avec des précautions. Pourtant, j'ai assisté à un séminaire sur Fos et sa pollution multifactorielle, dans le cadre de l'agnotologie (organisée par un prof de l'ENS Paris connu), avec une étude faire par une sociologue américaine, montrant qu'à Fos, malgré 32 études indépendantes "pas très conclusives" prises une à une, personne n'avait pris le temps (ou voulu prendre le risque...) de les mettre ensemble et de se rendre compte que l'effet cumulé en terme d'impact néfaste sur la santé (les "morbidités" comme on connait le mot maintenant) devenait largement saillant et préoccupant.

Pourquoi ne pas faire relire davantage par des scientifiques "moyennement lambda" ? on doit bien trouver des associations de scientifiques qui pointeraient ce genre de chose et solidifieraient l'argumentation.

Pour conclure, je suis sur le fond convaincu qu'il est tout autant nécessaire aux générations d'aujourd'hui de connaitre le cycle de l'azote que celui du carbone. Il ne manque pas bien au contraire, et c'est instructif de ce qui se passe aussi dans ces cas là. Vaclav Smil, l'agronome du Manitoba qui va sur les 80 ans, est toujours une source intéressante (peu traduite en français, hélas) sur cela et sur l'énergie en général.


Pour la petite histoire vous et moi sommes constitués de protéines dont une moitié, à la louche a ses atomes d'azote captés dans l'ammoniac par la voie industrielle maintenant archi classique dite de Haber-Bosch (1911), qui permit d'échapper à la recherche de nitrate pour les engrais... et les explosifs (voir les bateaux de nitrate partant du Chili pour l'Allemagne en 1914 et déjà objet d'actes guerries dans la zone si loin de l'Europe) . Cet azote  passe par les engrais (nitrate d'ammonium...), passe dans les céréales (15% de protéines dans un bon soja , 11% dans du blé de mémoire), puis soit direct chez vous, soit via une poule, un veau ou un cochon, il devient "votre" azote. Dans l'agro-industrie actuelle, si la vache a brouté plus de tourteau etc. c'est vraiment du "cyber-azote" dont nous sommes faits (comme je l'ai écrit sur le blog de Paul Jorion, nous sommes des "azo-cyborgs"). Il faut passer par des légumineuses pour profiter de l'azote fixé par les bactéries du sol dans leurs "nodules" et échapper à Haber-Bosch (les bactéries portant des noms doux comme Sinorhizobium meliloti).

"En même temps" !

Un mot: CORRUPTION, follow the money.....

Les particules fines ne sont pas un gaz. Elle proviennent en grande partie de la combustion du bois, notamment des foyers ouverts. L'ammoniac se dissipe  dans l'air par évaporation et pas par combustion. Mélanger les deux apporte de la confusion.

 Il faudrait que Caroline Trouillet réponde à ce commentaire.

Merci en tout cas de faire un geste pour lever la confusion entre un gaz et les PM, ce qui sur le plan physico-chimique n'a rien à voir. Que l'un soit, pour un modèle agricole donné, un très bon "proxy" de l'autre (une quantité très bien corrélée en bon français) c'est bien possible, mais il faut s'en expliquer en deux phrases et ne pas prêter le moindre flanc à l'amalgame conceptuel pour intervenir de façon juste.

Voici l'explication (que j'aurais bcp apprécié de trouver dans l'article) en 3 clics :

"Lors des épandages d’engrais, le gaz ammoniac (NH3) est libéré dans l’atmosphère. Il va interagir avec d’autres gaz, notamment les oxydes d’azote (NOx) émis par le trafic routier, aboutissant à la formation de particules secondaires de nitrate d’ammonium et de sulfate d’ammonium.

Ces particules agricoles – dont le diamètre se situe entre 2.5 et 10 µm – sont de par leur composition bien moins toxiques que les particules de combustion, mais représentent une quantité importante de PM2.5, notamment lors des périodes épandages agricoles.

Si elles sont au départ peu toxiques, ces particules ont la particularité de pouvoir, en fonction des conditions météorologiques, voyager sur des centaines de kilomètres. Or, durant ces longs trajets, elles pourront se charger d’autres polluants."

Source : https://theconversation.com/pollution-de-lair-toutes-les-particules-fines-nont-pas-les-memes-effets-sur-la-sante-161261

En 1970, la Bretagne était la première région salmonicole française...

cette pollution pourrait elle avoir eu des effets sur la covid? Il me semble bien que la Bretagne , comme la France de l'est a été très durement touchée, et que des régions agricoles, qui étaient peu concernées, le sont aujourd'hui. Si l'on ajoute la pollution industrielle et des grandes villes ... ce serait intéressant de comparer à plusieurs échelles

On suppose que vous voulez dire "plus de malades" (ou des formes plus graves) à cause du covid.

Mais la Bretagne a été justement la région de France la moins touchée, à chaque vague - avec un bémol pour la dernière, dans les Côtes du Nord, un variant local qui, de mémoire, était difficile à détecter (donc à anticiper la propagation), mais au final, il n'y a eu malgré cela aucune explosion particulière.

En terme de mortalité covid, les stats mettent le 35 en 38° position (normal, Rennes est une métropole régionale, un lieu de grands échanges économiques et de gens), le 56 en 57°, le 29 en 75° et le 22 (le dépt le plus concerné) en...80° position, soit plutôt le bas du classement, rapporté à la population totale (les dépts bretons sont assez densément peuplés, ils figurent respectivement en 23°, 30°, 24° et 42° position en nombre d'habitants).

Pour autant, il se peut que de manière générale il y ait un lien entre certaines pollutions et des formes graves, mais à ce stade, il est beaucoup trop tôt pour l'affirmer, qu'il s'agisse d'ammoniac, de Lubrizol, de riverains d'autoroutes ou d'autres pollutions.

en résumé ,

-on ne roule plus en voiture  :ozone , soufre  CO2 ................ 

-on n' épand plus d engrais , ni organique ( fumier , lisier , digestat ... ) ni  minéral =  ammoniac

- on n élève plus de vaches , de cochons , poulets .........   = ammoniac , méthane .......  bien être animal .................... 

-on ne produit plus d électricité thermique (   énergies fossiles ) ou nucléaire ( bla bla bla ) = ne restent que les éoliennes et l énergie  électrique barrages .

- on arrette de respirer   = rejet de CO2 . !!!! 

on fait quoi ? on retourne  au Moyen Age ? on mange quoi ?? ( pas d engrais minéraux ! ) Hummmmmmmmm  le prochain cauchemar ???   Famine ?

Excellent !

Bien dit ! On peut au moins être "flexitarien", c'est-à-dire limiter plus ou moins fortement sa consommation de viande. On s'y fait très bien, sans même en faire un dogme. Juste une hygiène de vie, qui a plus à voir avec le souci de ne pas se bourrer inutilement de trop de protéines d'origine animale (50 g de viande par jour, ça suffit, et l'on peut descendre bien en-dessous, sans même en faire une religion, juste une habitude).

La plupart des déplacements en voiture sont inférieurs à 3 km - je ne parle pas de la moyenne, qui se situe à 20 km, car tout de suite un voyage AR de 100 km monte vite la moyenne. Or de tels déplacements sont faisables en vélo, à défaut électrique (je désapprouve, sauf si on est âgé ou de constitution fragile, ou en région très vallonnée). Même jusqu'à 5 km, ça ne représente rien d'exceptionnel à vélo, en terrain plat ou modérément vallonné.

Et l'on se bat pour que, justement, les Régions améliorent le réseau, le maillage, la fréquence des transports en commun, car ça fait partie de leur compétence, un peu plus que de lutter contre les terroristes et les gangs armés. C'est le moment ! Personne (sauf cas particuliers, handicapés, horaires atypiques, artisan et sa boîte à outils etc) ne devrait pouvoir circuler en agglomération en voiture, même ville moyenne, et aucun "rurbain" ne devrait avoir à aller au boulot en bagnole (navettes publiques aux heures de pointe). Toute une éducation civique à refaire.

La couleur verte est mal choisie. J'aurais pris couleur kk. Et une carte odorante serait la bienvenue, pour mieux illustrer le propos laughing

quelqu'un m'a offert un sac de guano de vers de farine ,mais je n'ose pas l'utiliser ...

je n'utilise que de l'humus fraichement ramassé pour revitaliser  ma terre, paillage etc etc

mais je doute de tout parfois car   je peux aussi me planter .

On dirait Macron et ses Amish! consternant!

Bravo, tout est dit, merci!

Nous allons, lentement mais sûrement, vers notre extinction, bien mérité. La nature retrouvera alors son équilibre.

Qui proposez-vous pour remplacer Macron, qui serait engagé vers de vrais réformes sur nos modes de culture et notre alimentation?

Il y a de nombreuses années que je vis en excellente santé sans manger d'animaux, ma conscience est en paix et les économies me permettent d'acheter ce qu'il y a de meilleurs en bio local. Win-Win

M'enfin !!!

Puisqu'on vous rabâche que les particules fines, c'est 100 % dû aux salauds qui roulent en diesel !

Arrêtez d'emm... les gorets ?

Et un peu dans le genre (haro sur le diesel), je suis en train de lire "Histoire mondiale de la France" de Patrick Boucheron (Le Seuil). Un pavé de plus de 5cm très instructif. J'y ai appris que les géologues on découvert les traces d'un brusque réchauffement du climat à deux reprises.... il y a 12.000 ans et 9.000 ans. 

Quand je pense qu'Homo sapiens avaient déjà inventé le diesel...

J'ai toujours pensé que l'acticité humaine favorisait le réchauffement actuel. Mais est-ce vraiment la seule cause ? (Ce qui ne veut pas dire qu'il ne faut pas éviter un maximum de produire ce qui peut aider le climat à se réchauffer !)

Je pense que vous avez mal lu le livre!

Lutter contre la production d'ammoniac (et d'autres pollutions) n'empêche pas de lutter AUSSI contre le diesel. Et en fait, contre la bagnole individuelle.

En ces temps où l'on nous parle en permanence de serrer la ceinture, réduire les coûts, comment peut-on trouver normal que, pour se déplacer, un humain de 60-80 kg met en route un véhicule approchant ou dépassant la tonne ?!! Et tout ça, pour se rendre au supermarché à 4 km (donc, on perd en essence, amortissement et...temps ce qu'on a gagné en prix réduits par rapport à la supérette à deux pas), au boulot alors que 1 000 personnes font à peu près le même trajet au même moment, pour déposer les gosses à l'école (de mon temps, on y allait à pied, et sinon y'a les transports scolaires) ?

Mais nous vivons dans quel Absurdisworld ?

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

"Je pense que vous avez mal lu le livre!"

Loupé ! (Ou comment contredire sans savoir ?)

Le réchauffement d'il y a 12.000 ans, c'est page 31.

Et le brusque réchauffement d'il y a 9.000 ans, c'est page 34.

Bonne relecture ! undecided

je ne suis pas retourné en Bretagne depuis 25 ans , cette odeur permanente dans la campagne m'indisposait trop , pas moyen de respirer normalement ,et me cogner les algues ensuite , non merci !

Juste.

Mais c est très bien en Bretagne ne viennent que les vaccines contre la connerie 

et oui mais ce  productivisme agricole en bretagne et aussi valable partout sur cette planète et moi dans ma région les pouvoirs public se sont lancés dans la production de lait de chèvres à outrance pour alimenter les supermarché en fromages de chèvres et ils nous font croire que ces ruminants ne mangent uniquement des aliments produits localement c entièrement faux , peut être le foin mais pas les concentrés de production qui proviennent pour l'essentiel de tourteau de soja

Le chlorophylo-gauchisme gangrène...

Vivement des surgelés d'algues vertes au rayon non communautaire des supermarchés !

Les grecs aussi croyaient avoir le pouvoir de tout changer en allant voter, on a tous vu le résultat...

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

  C'est ce qu'ils pensaient en votant Syriza et A.Tsipras mais la réalité s'est vite rappelée à eux. L'Union Européenne les a écrasé comme elle écrasera toutes les tentatives de changements qui viendraient des gauches voulant remettre en question ses dogmes.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

  J'ai souvent demandé aux militants de LFI où en est le livret plan B qu'on aurait du avoir en 2017. Quatre année plus tard ça n'a toujours pas été fait et la page n'a pas bougé d'un iota. Proposer un programme de gauche dont on est sur que l'Union Européenne fera tout pour l'écraser sans en parallèle prévoir un plan de sortie pour éviter le scénario grec c'est de la démagogie destinée à tromper les électeurs qui ont bien compris que ce programme sera irréalisable dans le cadre de cette union. Sans un plan B crédible il n'y a aucun moyen de pression qui permettrait de faire changer cette situation.

https://avenirencommun.fr/livrets-thematiques/livret-plan-b/

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

suicidaire !

Bravo pour cet article de ma si chère Bretagne.

Et "l'écologie" à Paris ?

Voir ICI.

Alors parce que l'air de Paris est pollué,  il faudrait taire la situatiin catastrophique de la Bretagne ? Argumentation bizarre.

Situation catastrophique ....rien que cela malescoucou alors restez chez vous les bobos parce que l ammoniac il n est pas sur les plages ni au terrasses des bistrots .....

Hors sujet!

Bon courage pour aller faire bouger la FNSEA la dessus.  

Mon pauvre monsieur, le Covid a fait 110 000 morts, et c'est pas fini, avez-vous vu un plan d'amélioration de l'hôpital, des crédits et des embauches ? Non, les soignants sauvent les malades avec des bouts de ficelle et au risque de leur santé.
Et sur le Médiator vous avez vu quelques condamnations sévères ?

Castex s'intéresse aux retraites, pas à l'hôpital.

  • Nouveau
  • 14/06/2021 12:18
  • Par

Avec les vents d’Ouest dominants, les particules fines générées par l’ammoniac vont jusqu’où ?

Elles s'arrêtent à la limite de l'Ille & Vilaine et de la Mayenne. Quelle question !

Erreur sur la carte :

CA Dinan au lieu de CC Questembert (56)

A voir dans 2 semaines pour qui les bretons ont voté  

Peut-être que si les autres Français arrêtaient d'aller passer leurs vacances en Bretagne et commençaient à boycotter les produits bretons les plus directement responsables de cette pollution (à commencer par le cochon), cela contribuerait à la fois localement et nationalement à changer le rapport de force entre le lobby agro-industriel et ses victimes ?

Les bretons sont déjà les premières victimes, et le problème est ... mondialisé .... mais en 2022, ça pourrait commencer à changer en France ?

Merci pour cette enquête. En cinquante ans j'ai dû assister au naufrage de mon pays...

Il serait honnête de ne pas assimiler la FNSEA à l'ensemble des agriculteurs, suffit de regarder les suffrages aux élections professionnelles. Ou la position d'autres syndicats qui, eux, ne sont pas sur la ligne de cogestion avec les profiteurs de ce système : banques, industries (dont Airbus qui peut écouler ses avions précisément parce qu'on achète du soja). L'article est plutot clair si l'on écarte 2-3 biais corrélation VS causalité, mais le fil de commentaire comporte une fois de plus un amalgame de réactions au seul fondement idéologique. Dommage... 

  • Nouveau
  • 15/06/2021 00:03
  • Par

Article pitoyable et commentaires hors sol ....entre l ammoniac chez nous et le périphérique parisien faites votre choix 

sur la carte vous découvrez que la TIMAC de St Malo est la 2ème productrice d'ammoniac en Bretagne ! depuis les années 60 les Malouins ont tenté de se débarrasser de cette entreprise fabrique de produits chimiques mais la mairie a toujours supporté le Groupe Roullier la maison mère...triste France...

Très bon début pour le SPLANN! Bravo pour cet article.

Camp de concentration, quelle tristesse que la plupart des gens ferment les yeux à cette atrocités.

Vous tous qui mangez des animaux, vous êtes responsables, réagissez bon sang, revoyez vos habitudes alimentaires!

La Bretagne est arrivée à saturation... Le Nord-Pas-de-Calais prend le relai avec des autorisations accordées par les Préfets pour de nouvelles fermes-usines : Ex. Elevage de Porcs à Robecq (62350) : autorisation demandée en plein confinement par le fermier, sans doute pour ne pas trop éveiller l'attention des habitants qui vont subir les désagréments...

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

Cet article est à charge et manipule les arguments pour justifier une opinion a priori. Il dit aussi que l'Agriculteur doit rester au moyen âge et n'a pas le droit aux progrès des sciences et de la médecine, à la réduction du temps de travail, à l'élévation du niveau de vie et aux vacances.

La moindre des choses est de donner le point de vue de quelques agriculteurs. Puisque ce sont les principales victimes ils devraient pourtant être bien placés pour en parler. Et quand il s'agit de parler nature, ils l'ont étudiée pour en faire leur métier.

J'en connais et n'ai aucune difficulté à discuter avec eux. J'apprends et m'enrichis à leur contact. J'observe les immenses progrès qu'ils ont réalisés depuis ma naissance.

Et notamment dans le domaine de l'écologie je vois que les agriculteurs ont réalisé des progrès considérables qui ont nécessités de grands changements et des investissements : moins d'intrants chimiques et phytosanitaires, moins de rejets dans l'environnement, plus d'efficacité en profitant de toutes les nouvelles technologies (GPS, imagerie, applications mobiles, matériels performants, météo plus fiable...).

Quand je vais faire mes courses alimentaires mon premier choix est le "produit en France" en raison de son goût, de sa qualité et da sa sécurité (Il y a quand même quelques excellents produits qui viennent de chez nos voisins !).

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous

splann-1068x512
Cet article a été réalisé par Splann !, une ONG lancée en février 2021 et dédiée à l’investigation journalistique en Bretagne.

Ce travail a été entièrement financé par des dons, versés à 92 % par des particuliers et à 8 % par des associations, au premier rang desquelles Les Amis de La Terre. Par souci d’indépendance, Splann ! ne veut recevoir ni subventions ni mécénat d’entreprises. De plus, aucune fondation ne peut verser plus de 10 % du budget annuel de l’association. Aucune intervention éditoriale des donateurs n’est admise.

Cette première enquête en trois volets est diffusée sur son site, en français et en breton, et est mise gratuitement à disposition de plusieurs médias partenaires : Mediapart, la chaîne de télévision France 3 Bretagne, le réseau des radios associatives en langue bretonne (Radio Kreiz Breizh, Radio Kerne, Arvorig FM, Radio Bro Gwened et Radio Naoned) et le mensuel Le Peuple breton.