L’agro-industrie et les collectivités bretonnes roulent pleins gaz pour l’ammoniac

Par Yann-Malo Kerbrat (Splann !)
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Peut-être mais toujours nommer ces monstres est d'utilité publique, je trouve qu'au contraire il faut nommer à chaque fois ! 

  • Nouveau
  • 14/06/2021 09:37
  • Par

On comprendrait qu'ils touchent des aides pour installer des système de filtration et des stations d'épuration.

Quelle rentabilité ? Si un jour on se retourne contre eux ça les mettra directement en faillite. 

C'est un peu comme la politique tout nucléaire, entre les coûts de la politique étrangère et les coûts du dementelement, il n'y aucune chance que ce soit rentable. Mais on continue.

Mais il faut les mettre en faillite s'ils ne changent pas radicalement.

  • Nouveau
  • 14/06/2021 10:30
  • Par

En matière environnementale les pouvoirs publics nuisent gravement à la santé des populations !

On ne devrait pas subventionner les agro pollueurs mais les taxer comme on taxe les automobilistes.

La filière auto est en pleine mutation, pourquoi pas la filière agricole ?

Absolument, comment peut-on continuer à jouer les autruches impunément? Cet article est salutaire, j'espère qu'il va réveiller des consciences. 

  • Nouveau
  • 14/06/2021 16:35
  • Par

Mais bon dieu on le sait depuis longtemps que la Bretagne est polluée. Enfin des analyses et des chiffres. Ah le bon air pur qu'on y respire.

ET oui on le sait mais l'agro busimess d'abord aller en parler à LE DRIAN la francafrique et tous les bretons PS et autres au pouvoir , de la mafia de la FNSEA et ces gens là sont dangereux et violents touche pas à mes sous et mes subventions! véritable mafia comme au Brésil et ailleurs !

Même Macron l'a dit au pape: " les Bretons c'est notre mafia à nous"

Merci pour cet article intéressant , notamment sur la pollution de l'air par l'ammoniac, pollution issue des bâtiments d'élevage intensif. Que dire des conséquences pour les animaux et les gens qui y travaillent et des alentours?

J'ai néanmoins une question sur la pollution des eaux par "l'ammoniac". L'ammoniac solubilisé s'écrit ammoniaque et non ammoniac, on l'appelle aussi l'ion ammonium. L'auteur de l'article l'a peut être confondu avec l'ion Nitrate NO3 car quand on parle de pollution de l'eau par les lisiers c'est en général cet ion là qui est en cause.

Mon propos n'est pas d'amoindrir l'impact de cet article mais, s'il n'est pas plus clair sur le cycle chimique de l'azote dans l'eau , il va susciter de nombreuses interrogations.

Cette enquête est en accès libre. C'est bien. Question. Qu'est-ce qui motive qu'un article soit ou pas en accès libre ? 

  • Nouveau
  • 17/06/2021 09:33
  • Par

Petite question : le con-sommateur qui bouffe du cochon de mer... n'est-il pas lui aussi responsable ?

Et ce n'est pas tout, le développement à marche forcé , heu pardon à coût de subventions par millions d'€..pour les méthaniseurs

Les administrations et autres chambres d'agricultures savent que la méthanisation pollue, mais chutttt

https://www.cairn.info/revue-sciences-eaux-et-territoires.htm

extrait :Augmentation des pertes d’azote ammoniacal au stockage et à l’épandage. Au cours du stockage (cinq mois), dans les conditions de l’essai, les pertes d’azote observées se situent dans une fourchette de 6 à 11 % pour le lisier contre 17 à 22 % pour les digestats. Sur une période de 44 jours (avril-mai), les pertes d’azote mesurées en surface de fosse ont été de 8,8 g m-2 j-1 pour le lisier, contre 17,7 et 19,8 g m-2 j-1 pour les digestats dL et dLC. La plus grande volatilité de l’azote des digestats aboutit à un double-ment des pertes au stockage dans le cas présent.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous

splann-1068x512
Cet article a été réalisé par Splann !, une ONG lancée en février 2021 et dédiée à l’investigation journalistique en Bretagne.

Ce travail a été entièrement financé par des dons, versés à 92 % par des particuliers et à 8 % par des associations, au premier rang desquelles Les Amis de La Terre. Par souci d’indépendance, Splann ! ne veut recevoir ni subventions ni mécénat d’entreprises. De plus, aucune fondation ne peut verser plus de 10 % du budget annuel de l’association. Aucune intervention éditoriale des donateurs n’est admise.

Cette première enquête en trois volets est diffusée sur son site, en français et en breton, et est mise gratuitement à disposition de plusieurs médias partenaires : Mediapart, la chaîne de télévision France 3 Bretagne, le réseau des radios associatives en langue bretonne (Radio Kreiz Breizh, Radio Kerne, Arvorig FM, Radio Bro Gwened et Radio Naoned) et le mensuel Le Peuple breton.