Le tribunal de Marseille suspend les sanctions financières de deux enseignants «désobéisseurs»

Par

L'éducation nationale les avait sanctionné de 32 jours de retrait de salaire pour avoir refusé d'appliquer l'aide personnalisée, mis en place par Xavier Darcos. Les deux enseignants «désobéisseurs» opposés aux réformes de l'école primaire ont ont obtenu du tribunal administratif de Marseille la suspension de ce retrait de salaire. Une seconde victoire pour le mouvement de résistance pédagogique après une décision semblable du tribunal de Montpellier le 9 juillet.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Saisi en référé, le tribunal administratif de Marseille a ordonné jeudi la suspension du retrait de salaire de deux enseignants «désobéisseurs» de l'école des Convalescents, dans le centre-ville de Marseille. L'inspection académique des Bouches-du-Rhône avait retiré 32 jours de salaire sur trois mois de travail à Christine Jousset, enseignante de CP, et Erwan Redon, enseignant de CM1-CM2, pour avoir refusé d'appliquer les deux heures hebdomadaires d'«aide personnalisée», crées par l'ancien ministre de l'éducation, Xavier Darcos.