France: La BDF abaisse encore ses prévisions de croissance

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Il va pas être content, Manu !

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

C'est une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

Avec les baisses de pouvoir d'achat des pauvres pour donner aux encore plus pauvres, du plan pour plus de pauvreté de Macron, c'est sur, c'est pas ça qui va augmenter la sacro-sainte croissance !

J'comprends pas, avec Manu et un peu de temps, on allait voir ce qu'on allait voir ! Le plein emploi, les Français qui, tirés par des premiers de cordée qui allaient tous revenir en France pour payer un peu d'impôts et faire ruisseler du fric comme pas possible, plus aucun pauvre dans les rues, bref, le BONHEUR !!!

Et là, patatras ! Il faut laisser du temps au temps (le maître des horloges a oublié de les remonter), les premiers de cordée préfèrent New York à Paris (ils ont des excuses, à Paris, il y a Hidalgo) et les pauvres tirent tous la corde vers le bas pour empêcher les premiers de monter (quelle belle brochette de mauvais joueurs, ces pauvres !0.

En gros, c'est au moins autant le bordel qu'avant. Seule exception notable, les riches sont encore beaucoup plus riches et continuent de se foutre de la gueule de celui qui nous sert de président provisoire depuis leurs paradis fiscaux !

Eh, Manu, finalement, il n'y a pas que ceux qui ont voté pour toi qui se sont fait avoir ! Tu devrais te regarder dans le miroir tongue-out...

Avec 0,2% au premier et au second trimestre, il faudrait 1,2% de croissance au second semestre pour parvenir à 1,6% à la fin de l'année. Cela semble un peu beaucoup, non ?

C'est pas sympa pour le gouvernement de l'échalas matignonesque : vous arrondissez vers le haut...

En fait, 1,1948 % au second semestre suffirait tongue-out. L'objectif semble plus facile, non !?

 

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale