Alternatives aux néonicotinoïdes: en bio, la betterave à sucre ne se porte pas si mal

Par

Dans l’Eure-et-Loir, Romain Lhopiteau, qui produit 15 hectares de betteraves sucrières bio, est à peine touché par la jaunisse. Preuve que face à la possible réintroduction des néonicotinoïdes dans cette culture, annoncée par le gouvernement au cœur de l’été, les alternatives existent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le vaste champ est comblé de bouquets de grandes feuilles vertes. Seules quelques feuilles rabougries, jaunies, apparaissent çà et là, au ras du sol. D’ici un mois environ commencera la récolte : les betteraves sucrières enfouies sous terre seront arrachées mécaniquement, sur les 15 hectares cultivés par Romain Lhopiteau. En attendant, l’agriculteur en déracine une. Plus grosse qu’un melon.