Affaire Mecili: l'enquête qui empoisonne Paris et Alger peut continuer

Par
L'enquête sur l'un des plus inavouables crimes politiques de ces trente dernières années va pouvoir se poursuivre. La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris a confirmé, mardi 14 octobre, la mise en examen du diplomate algérien Mohamed Ziane Hasseni, soupçonné d'être le commanditaire de l'assassinat, en 1987, à Paris, du dissident André Ali Mecili. La décision va à l'encontre des réquisitions du parquet général, très en retrait dans cette affaire que ni Paris ni Alger n'ont vraiment intérêt à voir resurgir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'enquête sur l'un des plus inavouables crimes politiques de ces trente dernières années va pouvoir se poursuivre. La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris a confirmé, mardi 14 octobre, la mise en examen du diplomate algérien Mohamed Ziane Hasseni, soupçonné par un juge français d'être le commanditaire de l'assassinat, en 1987 à Paris, du dissident André Ali Mecili.