« L’algérianité existe avant la colonisation »

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Tous les commentaires

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

Je vous rejoins complètement. Les A l'air libre s'enchaînent et ne se ressemblent pas

Deux invités de qualités, intellectuelles et humaines, ce qui est particulièrement pertinent sur le sujet.

Merci à eux de nous rappeler la complexité de la mémoire et de l'histoire, de nous rappeler aussi l'intrication des sociétés Algérienne et Française.

Merci à Christophe Gueugneau de la qualité de ses entretiens.

L’intrication? Deux particules quantiques alors !!!

Je pensais à la définition simple " se mêler étroitement"...embarassed 

  • Nouveau
  • 14/10/2021 22:09
  • Par

Merci pour la qualité des émissions et celle ci en particulier 

  • Nouveau
  • 15/10/2021 00:51
  • Par

Je rejoins Terredesienne et Renald. Ce soir, une très bonne émission. N'oublions pas le 17 octobre 1961. Restons vigilants.

Bravo! Des paroles libres et riches de possibles ! Je remarque que ces deux excellents chercheurs ne sont pas vraiment reconnus par nos universités … il est vrai que leur ministre gère avec une idéologie d’extrême-droite !

  • Nouveau
  • 15/10/2021 06:16
  • Par

N'oublions pas les 5, 6 et 7 juillet 1962 à Oran non plus...

  • Nouveau
  • 15/10/2021 11:51
  • Par

Le vrai problème a été juste survolé dans cette émission , c'est la mainmise du MEDEF sur les politiques migratoires françaises en général , politiques migratoires qui fournissent aux esclavagistes du MEDEF de la main d'oeuvre a moindre coût , corvéable a merci ....

On ne peut pas d'un coté et à juste titre mettre en avant les 130 années du crime contre l'humanité que représente la colonisation de l'Algérie et d'un autre coté maintenir des liens privilégiés avec la puissance colonisatrice notamment par la libre circulation de la population Algérienne vers la France.

Le président Boumediène (Allah y rahmou) avait durant toute sa présidence fait le choix cohérent de ne pas mettre les pieds en France. Ce qu'il a fait. Malheureusement ses successeurs ont eux fait le choix inverse et pour le coup donné un exemple malheureux au reste de la population. 

Il est de l'intérêt des deux pays de réduire ces flux et de l'intérêt de l'Algérie de banaliser sa relation à la France.

Sur la question de l'immigration clandestine on peut se raconter des tas d'histoires mais il n'empêche qu'une partie non négligeable de cette immigration clandestine de jeunes Algériens vient nourrir la petite délinquance. 

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous