Migrants: associations et «citoyens solidaires» font bloc

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’état d’exaspération est à son comble. Face à un pouvoir dont elles dénoncent jour après jour les instructions (la dernière en date est une circulaire mettant fin à l’hébergement inconditionnel – lire notre article) et les pratiques administratives et policières à l’égard des migrants, les organisations nationales et collectifs locaux de défense des droits des étrangers ont décidé de parler d’une seule voix. Ils organiseront des états généraux des migrations au printemps 2018. D’ici là, des cahiers de doléances vont être rédigés dans le cadre d’une « concertation décentralisée », à compter de ce week-end.