Pour les enseignants, il faut dialoguer, dialoguer et encore dialoguer

Par et
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Et  'est repartie pour lire de commentaires a 2 balles.............

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

Les étrangers ont le droit de vote dans les elections professionnelles, sur les lieux de travail. Les prestations  sociales ne sont pas conditionnées par la nationalité. L'instrumentalisation de Front National par les partis (UMP- PS) par les médias n'est pas faite pour favoriser la consécration de la citoyenneté conférée par le droit de vote aux bénéfice des "non-français" aux élections politiques.

Reste la naturalisation : plus ou moins facilité selon les politiques : moins nombreuses sous Sarkhozy qu'aujourd'hui..

N'oublions pas tout de même que par le droit du sol, le droit de vote (qui n'est pas exclusif d'un fort taux d'abstention) nombre d'enfants dont les parents sont de nationalité étrangère disposent potentiellement de cette prérogative. Les crimininels de ces derniers jours avaient le droit de vote parce que français !!!

Enfin, le droit de vote des étrangers ne doit pas être perçu, naïvement, comme une solution,  une garantie paix et de progrès dans une République qui se veut : Laïque et Sociale.

Le constructivisme, inventé par Hayek, père du néo-libéralisme est aussi à l'oeuvre dans les populations issues de l'immigration en faisant des consommateurs plus que des citoyens.Une partie d'entre eux rejette l'occidentalisme pour se lancer dans une réinvention d'une identité imaginaire mortifère : celle que leur propose le dogme de l'Islamisme.

 

 

Et CAMARADE,

Faut peut être arrêter de squatter les lieux.................a moins que tu nous affiche l'autorisation d'hébergement par Mediapart .............

Partager mon magot de retraitée?  Aucun problème!

 Oui tu as raison, je suis riche, car j'aime déjà mon prochain, le soleil la pluie la terre

Bon courage

A mon avis, ce n'est pas aussi simple...

Dommage, l'article est protégé. Ainsi il est impossible de se faire une opinion, encore moins d'en discuter.

C'est pas moi qui déciderais de la date et de l'heure, ça tombe toujours, après trop de soubressauts et de prémisses rapprochées, sans crier gare, par un bout parfois inattendu, comme à chaque fois dans l'histoire. Profite bien de ta retraite dorée en espérant pour toi que tu t'y vautreras jusque dans ta belle mort. Qui sait?

Quant à la nature que tu as l'air d'apprécier, elle est bien en sursis elle aussi.

Oui, c'est passionnant et riche : même dans la provocation, les élèves demandent à être rassurés, écoutés, ils demandent à échanger et à être aidés à trouver une juste place. Ils grandissent, ils font un apprentissage nécessaire, même dans l'opposition.

On ne fait pas une société en niant l'autre, mais en lui donnant les moyens d'y trouver sa place. Il est effarant d'entendre Sophie Aram parler d'  "éduquer les croyants", comme si ils étaient, parce que croyants, des blocs de rien du tout ou des délinquants. 

Effarant aussi de voir certaines personnes revendiquer leur ignorance des concepts, des idées, des religions existantes et draper ça d'un imbécile et enfermant "moi de toute façon, je suis athée" qui ne sert qu'à esquiver les choses et s'exposer à ne rien comprendre du tout. 

Il est atterrant de voir aussi les confusions qui sont faites par exemple, sur la laïcité, présentée comme un athéisme revendicatif et provocateur, et même agressif.

Il est urgent que les enseignants ne restent pas seuls face à cette énorme demande sociale, tant il y a d'ignorance (histoire des concepts, connaissance des religions), qui empêche dialogue et action juste et utile : la tolérance et la laïcité sont des combats, mais l'ignorance est un croupissement et un pourissement. 

A l'instar de la plupart des Français, je suis absolument contre le vote des étrangers.

Et aussi contre l'abaissement de l'âge électoral.

On arrête un peu la démagogie dans notre pays !? Par ailleurs, on peut se demander, au cas (improbable) où la France serait attaquée, si tous ces jeunes réfractaires à un très court moment de solidarité de LEUR pays (éh oui!) nous défendraient... (poser la question, c'est y répondre).

Mais c'est vrai que nos politiques n'ont pas un seul instant à consacrer à tous ces jeunes abandonnés.

Le problème des jeunes délaissés dans notre pays est très grave, et je n'entends pas beaucoup de nos dirigeants chercher des solutions. Peut-être que le fait d'isoler les Jahistes ou autres terroristes dans les prisons est une bonne chose (?) mais n'y a-t-il pas plus urgent à faire pour ramener un peu de sénérité dans notre pays ?

Comment expliquer la raison de Hollande d'inviter au défilé des types comme le Turc ou l'Israélien ?

J'ai aimé cette foule au défilé, je n'ai guère apprécié cette mascarade des hommes politiques, certains cherchant à tout prix à être au 1er rang...

Mais peut-être suis-je un peu hors-sujet, ici, mais peut-être pas...

Bientôt les élections, alors après l'extinctions des lampions et les larmes séchées, tout redeviendra comme avant et, mille fois hélas, les Français voteront de nouveau pour les mêmes incompétents, devenus des professionnels de la politique.

Et les pauvres continueront à être pauvres, et les jeunes (bien souvent les mêmes) continueront à être délaissés. Je ne pense pas que des cours civiques ou des cours de morale changeront quoique que ce soit.

Ansi va la France !

En effet, la provocation n'est pas une arme à utiliser sans réflexion. Pour ma part, je suis choquée que le blasphème soit considéré comme un droit: le blasphème est la preuve d'un mépris profond pour l'opinion et les croyances d'autrui. Pour les gens incapables de s'autocensurer afin de ne pas blesser les autres, il serait bon qu'il y ait une limite légale.Cela préserverait la paix publique...Les mots font parfois plus de dégâts que les actes!

Le blasphème est une irrévérence à ce qui est considéré comme sacré ou inviolable. (Wiki)

Vous avez un problème avec ça ? Vous avez un problème avec la loi qui ne l'interdit pas ? Que placez-vous au-dessus de la loi ?

À vous lire.

Mais bien sûr !! Les réactions ne sont pas interdites, mais elles s'expriment dans un cadre légal, et un dialogue social prenant la justice à témoin, s'il le faut.

Arroser à la kalach et "refroidir" ceux que vous estimez vous offenser est d'une bien autre nature, Non ??

Quel que soit la propension à trouver des compromis, il paraît salutaire de garder quelques claires notions.  

"les mots font parfois plus de dégâts....." et votre "autocensure" que vous souhaitez à ceux qui en seraient dépourvue, pensez vous  quelle n' a pas fait de dégâts depuis des années ???

Charlie Hebdo est l'un des derniers bastions où elle n'avait pas son  "rond de serviette".

Je pense qu'on assiste aujourd'hui malheureusement à une projection de beaucoup des maux de la société française - les plus abjects et tout cas - sur une partie de la société française. Notre réalité de tous les jours, dans ce chouette pays qu'est la France, malgré un orgueil souvent mal placé et la certitude d'être le centre du monde, prouvent de sa diversité. Le tout étant également très hétérogène.

Qu'on appelle cette partie "communauté musulmane" prouve qu'en suivant les injonctions des sirènes communautaristes et identitaires, on a toujours besoin de tracer un grand coup de crayon pour la délimiter, afin pour certains, pour trop de Français(e)s d'en faire un repoussoir, un terrain en friche sur lequel parquer quelques nouveaux boucs émissaires. Elle n'a certainement pas plus de cohérence que celle qui fut désignée à la vindicte populaire dans les années 30, la "communauté juive" bien pratique pour déverser toutes les haines et les peurs que la grande crise économique et d'autres problèmes pourrissant silencieusement depuis la salle Grande Guerre (auxquels s'ajoutent les inquiétudes et remises en questions provoquées par les révolutions communistes, les atteintes de (vrais) socialistes comme Jaures à l'ordre établi très conservateur et sectaire).

La seconde n'était pas plus homogène que la première ne l'est aujourd'hui : petits commerçants, artisants, ouvriers, prolétaires, fonctionnaires, enseignants, chefs d'entreprise ou grands banquiers d'affaire, bourgeoisie établie et élite artistique, intellectuelle (les populations issues de nos ex-colonies arriveront à pourcentage égal de leur nombre, qui se dilue toujours plus, dans la société francaise à ces dernieres catégories, si on leur en laisse le temps). Sauf que la Shoah a définitivement mis l'interdit sur les propos et actes antisémites ou anti-juif, allant dans un excès de tabou à condamner aussi l'anti-sionnisme (sionnisme qui est pourtant un projet politique partagé). Pour satisfaire les rancœurs et frustrations des citoyens européens de 2015 paumés dans une Union Européenne qui part complètement en couille, souffrant dans leur majorité des affres d'une nouvelle crise économique mondialisée : concurrence généralisée, ostracisme, baisse des droits sociaux, surveillance etc..  Les Musulmans, ou affiliés par leurs origines et traditions, sont une population vierge pour le sacrifice de masse en Europe.

 

Ouvrez les yeux, c'est le même crachat qu'au nom de quelques cas isolés on fait à la face de milliers d'hommes et de femmes qui, dans leur majorité sont des victimes expiatoires toutes désignées. Du fait non pas de leur religion mais de leur position sociale "inférieure" car souvent en deçà de la norme et du confort minimum acceptable par les quelques nantis qui manipulent les opinions pour préserver leurs intérêts, au delà des morts et des guerres qu'ils aiment provoquer quand le moment leur semble nécessaire. Horrible de constater comment l'histoire avec un petit h a de ces hoquets, qui s'ils ne font pas toujours le même son, annoncent une déferlante de catastrophes, un grand vomi dans lequel les tripes et les entrailles ont toutes la même couleur, celle de la mort putride.

 

Et inclure dans la dénonciation, provoquer des enfants français, qu'ils semblent bien "intégrés" c'est à dire pas trop contestataires de cet ordre établi depuis des décennies, ou portent un voile ou crachent par défit sur Marianne, c'est vraiment ignoble de la part d'adultes pour le coup complètement irresponsables.

Ce sont avant tout des enfants de notre République défaillante, des petits-enfants d'une démocratie agonisante.

Les remèdes sont dans notre propre histoire, mais aussi dans la réflexion, le partage et la parole debarassée de tant d'hypocrisie et que les même  (ou leurs petits soldats poussés dans les medias) qui craignent pour leurs pouvoirs continuent à vider de son sens pour que le débat ne puisse plus avoir lieu.

 

Merde, le projet France comme le projet européen ça pourrait être pourtant autre chose non ? Plus généreux, plus noble, plus drôle aussi !! Bon courage pour les profs des quartiers sensibles et des cités !

La République est morte vive la République !

Ce matin entendu aux infos : les théâtres sont interdits aux collégiens et aux lycéens pour cause de plan VIGIPIRATE.

Un film, timbuktu, est déprogrammé par un maire.

Les terroristes ont gagné : VIGIPIRATE POUR 1000 ANS

"Blasphème" : outrage à la religion (Larousse). ..insulte à ce qui est considéré comme sacré (Quillet). Oui, j'ai un problème avec les gens qui utilisent ces armes-là: ils veulent blesser moralement, exprimer leur mépris à ceux qui ne pensent pas comme eux, et ne font preuve au final d'aucune fraternité. Ce ne doit pas être cela la liberté d'expression...Et si la loi s'en fout, elle devrait être modifiée pour faire sa place à chacun dans le respect mutuel.

Niet : La France a des valeurs... La laïcité intègre celles-ci ! Ou on l'accepte ou on passe son chemin : c'est pas compliqué ! C'est quoi ce bordel à venir ?? Ca devient fatigant de lutter toujours et encore pour ce que nous avons de plus cher : la séparation de l'Etat et de la religion ! Je suis Athée humaniste mais ces religions ont une prise de pouvoir sur les cerveaux gravissime ! La condition humaine est une vaste rigolade... Ca va devenir la chienlit si l'Etat n'agit pas....

Je viens de voir l'hommage à Charb qui m'a boulversé, j'en ai fait un article :

MARRE DES CONNARDS : Levons le poing pour Charb et les autres !

J'y parle notamment d'une idée qu'il faudrait mettre en place. Avec l'école, reprendre la main sur ce qui circule sur internet est très important. Je propose donc un moyen d'action qui demande de l'aide (de la visibilité notamment)

Merci donc si vous passez par mon billet

On peut aussi baisser son froc !!! c'est pas si simple que vous le pensez !!

"Associée à une forte valorisation du diplôme, une école inégalitaire construit une société à son image : fracturée, divisée, traversée par la résignation, la révolte, la valeur délétère du « moi d'abord »… Un ensemble de comportements trop présents un peu partout, classe politique comprise, source de délitement des liens sociaux et de démobilisation collective. Le ferment idéal de l'extrémisme, de la démagogie et des grands retours en arrière… Au mitan du quinquennat, l'urgence de l'action, pour une école plus efficace et plus juste, n'a jamais été aussi grande."

conclusion du bilan provisoire de la "refondation de l'école" par Pierre Merle,Sociologue, professeur à l'ESPE et à l'Université Européenne de Bretagne, Dernier ouvrage : La ségrégation scolaire, La Découverte, 2012.

l'article complet est ici, un réquisitoire contre l'injustice et les manquements des politiques scolaires:

http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/lesysteme/Pages/2014/158_1.aspx#a1

à MARIEFAB  ( et indirectement à Margo )

Bonjour.

J'ai la désagréable impression que vous n'avez pas le sens de l'humour. Mais alors serait-ce que vous ne seriez pas Charlie ? Surpris

Personnellement, j'ai vu deux choses amusantes dans les commentaires de Margo:

-Le "Camarade" , eu égard à votre diatribe sur l' égalité, rappelant les discours de base des militants communistes. Les donneurs de leçons peuvent parfois prêter à sourire.Sourire

-Sa remarque sur sa retraite, dont j'ai cru comprendre, à sa façon de le dire, qu'elle doit être bien dérisoire, et non dorée, comme vous le prétendez.  Incertain Ce serait donc de l'autodérision.  Elle me démentira au besoin...Bisou

Merci de m'avoir lu.

 

++++++ !

Oui tout à fait ! " Sans la laîcité, c'est rapidement la guerre civileé" mais ... c'est qu'on y est presque  ...  car la LAÏCITÉ a été on ne peut plus maltraitée depuis des décennies.  C'est cela que nous devons retrouver: l'UNION CIVILE sur les principes d'une ferme Laïcité. Elle a été piétinée et a laissé tous les pédagogues sans voix, perdus au milieu d'un gué où ils sont constamment conviés, par les déchirements, à prendre position pour on ne sait quel mirage de croyances religieuses - instrumentalisées.

La religion doit rester à sa place! : dans l'espace PRIVÉ!! Même si leur existence doit être enseignée à l'école.

Pour être aidé par rapport à la réalité vécue d'aujourd'hui, je vous invite à écouter et à lire MARIA GOYET qui est d'une clarté infinie quant-aux postures et à la clairoyance ferme qu'exige la LAÏCITÉ. La fermeté c'est de ne pas soutenir des analyses perverses et alambiquées qui ne font qu'augmenter la pression constante à vouloir faire plier notre système et qui se sert de nos chérubins en recherche de limites, car elles ne sont plus données dans un monde MARCHAND qui se prévaut de "l'illimité"

Les argumentations qui "blablatent" sont trop nombreuses, alors qu'il suffit parfois de dire NON à un enfant ou à un jeune qui se cogne à la vitre de l'impossible, pour qu'il trouve sa place dans le monde... Gérard miller dirait " quand un enfant insiste pour aller dans le lit de sa mère, il est inutile de tenir de grands discours: un NON ferme suffira. "... je fais un parallèle avec ce qui nous concerne, on ne discute pas sur les pulsions meutrières on les interdit.  Elle ne sont pas recevables à l'école, de la même façon que l'on ne peut recevoir l'apologie de l'islamophobie ou de toute autre xénophobie.. ça n'est pas compliqué quand même, juste retrouver le sens de la justice et des valeurs sociales.  On peut discuter des émotions mais les appels au crime sont INTERDITS dans une société de tolérances.

Faisons vite la comparaison avec des pays intransigeants et vous verrez que tous les enfants aimeront de nouveau vivre dans notre beau pays! Le temps des jérémiades est passé, les pouvoirs publics doivent, eux-aussi,  arrêter de "pixéliser" les modèles pour en revenir à une acception globaliste et philosophique de notre République une et indivisible, en nous rendant l'intelligence critique des lumières au lieu de chérir l'intransigeance du MARCHÉ .....

- http://www.franceinter.fr/emission-la-marche-de-lhistoire-le-temoin-du-vendredi-maria-goyet-professeur-dhistoire-geographie-et

- le blog de ses élèves: http://maragoyet.blog.lemonde.fr/

Discuter ?

Discuter avec des gens de culture obscurantiste ?

Bon courrage !

http://www.lepoint.fr/politique/emmanuel-berretta/philippe-esnol-on-a-recu-l-ordre-de-fermer-les-yeux-sur-le-port-de-la-burka-16-01-2015-1897094_1897.php

Religions: ensemble de dogmes partant du postulat de l'existence non prouvée d'une forme "divine" qui régirait nos existences.Déçu Ensemble des rites associés à ces dogmes.Bouche cousue A noter que les dogmes et les rites sont des inventions humaines...au même titre que les régimes totalitaires...Innocent

Sacré: Signifie "pas touche ! ". Par exemple, un principe de la République: LIBERTE ! et donc ses corollaires, liberté de pensée et d'expression. A noter que ces notions ont, de tous temps, été combattues par...les religions ! ...et les régimes totalitaires ...Criant

 

et il est hors de question de s'abonner au Monde, un journal qui a dévoyé sa mission de journal de référence en se transformant en chaine d'information continue merdique obsédée par la twitosphère

" de la distance" dites vous et donc du 3ème voire d'un 4ème degré qu'elle requiert. Et même si l'on n'apprécie pas toujours les dessins produits il ne faut surtout pas que CHARLIE ni tous les satiriques se fustigent. Ce pays a la grandeur de l'impertinence du siècle des lumières. Pour sur qu'un marquis de SADE aurait été égorgé voire fouetté jusqu'au sang par tous les "ayatollah de la pensée unique" de l'époque ... même  DIDEROT avec "sa religieuse" ...Si la Tolérance n'avait pas GAGNÉE !

Allons-nous continuer de souffrir de l'ignorance de ce que nous sommes vraiment ou l'avons-nous oublié, faute de l'avoir défendu?..... Surtout ne jamais  revenir en arrière. En FRANCE il n'existe aucune loi sur le blasphème, celui-ci est irrémédiablement toléré et tant pis pour nos détracteurs...

Que ceux qui ne le supportent pas: passent leur chemin et masquent leurs yeux. Personne ne vous obligera jamais à regarder, contrairement aux mises en esclavage qui fleurissent pour honorer dit-on un Dieu qui ne peut donner son avis sur ce qu'on lui fait dire et qui s'avère fort cruel!..

" FOULES  ESCLAVES  DEBOUT DEBOUT!"... " L'internationale"

Je vous accorde le droit de dire votre irritation vis à vis de l'ironie et de la caricature  Mais cela peut friser le retour des forces de la Réaction par une invitation à la censure ! ... J'ai entendu cela chez mon pharmacien, chez le vendeur de journaux... Certains français sont toujours là avec leurs francisques et leurs goupillons pour réclamer le retour de l'ancien régime. La laïcité n'est jamais gagnée, c'est comme le combat sur l'égalité.. Nous devons être très clairs en cet endroit. Les guerres de religion ont toujours été très meurtrières et incontrôlables de passions haineuses. La laïcité nous a protégés depuis 2 siècles, elle est une excellente solution à l'intolérance. Notre pays doit en être plus que fier, il est un modèle pour tous les autres.

Quant-à la liberté d'expression.. . Je vous le redis si cela vous gêne , vous avez le droit de ne pas le lire et non pas celui de m'empêcher de le dire ou de le dessiner si ça me chante...

caricature au 18ème siècle:

73328575.jpg

le long chemin des intolérances et de la percée d'esprits vifs, les caricaturistes: http://tpecaricatures.canalblog.com/

http://www.ina.fr/video/RAC00005178

les nuances sont délicates à faire, les religions sont toutes sans exception PROSÉLYTES, et la laïcité: passive. Donc je vous mal comment continuer à protéger notre système tolérant si toutes les religions se remettent à l'attaquer pour emporter la donne !!

Une période de déchirements nous attend si aucune personnalité de poids nous remet face à notre exemplaire République et surtout si les citoyens sont dans le flou... . Pour refermer le débat, il est indispensable de prendre position pour une laïcité sans compromissions. je crains juste que les affairistes politiciens n'en aient pas envie et continuent de faire flamber les passions pour récupérer les voix des électeurs à leur compte et que les citoyens fassent preuve d'inintelligence....

Pas tous pourris ou "conditionnés"? On va bien voir!

Dommage, ils ont réagi un peu trop vivement. Bien sur que montrer " l'irrévérencieux" à l'école n'est pas une bonne idée. Il faut réfléchir à deux fois. ça n'est pas le rôle de l'école de faire ça, par contre il pouvait parler de la liberté d'expression, sans besoin d'étayer par les dessins de Charlie..Il faut juste croire que les profs sont eux aussi pas mal paumés...La punition est disproportionée..

.... Ou peut être voulait il dire à ses "élèves-copains" que lui avait réussi à l'acheter ! ( Clin d'œil humour) Parfois les profs ont juste quelques années de plus que leurs élèves, devinez si c'est sérieux?

"ces religions ont une prise de pouvoir sur les cerveaux gravissime !"

Tout à fait d'accord avec votre commentaire, et en particulier cette phrase.

La laicite c'est pour croire DANS L ESPACE PUBLIC ou ne pas croire sans danger , notre loi n'interdit le port de signe religieux qu'au FONCTIONNAIRE , à l'etat . 

ou il a viré Porte et Guillon ... 

++++ !

Le 5 novembre, le blogueur Raef Badaoui a été condamné à dix ans de prison et 1 000 coups de fouet pour « insulte à l'islam », en Arabie saoudite. Depuis le 9 janvier, ce châtiment corporel est mis à exécution à Djedda (ouest) par les autorités du Royaume, à raison de 50 coups chaque semaine.

Ceci se passe actuellement, dans un pays "moderne" ....qui a pignon sur rue et se pavanne à l' ONU...

"Effarant aussi de voir certaines personnes revendiquer leur ignorance des concepts, des idées [...]. Il est atterrant de voir aussi les confusions qui sont faites par exemple, sur la laïcité, présentée comme un athéisme revendicatif et provocateur, et même agressif."

Laïcité est une notion polysémique, ne le saviez-vous pas ?

Il semblerait bien que non. Qu'un ou des sens ne vous convienne(nt) pas, il(s) n'en demeure(nt) pas moins vrai(s). Aussi, ne soyez pas agressif à l'égard de ceux qui utilisent la notion de laïcité dans un sens différent du seul sens que vous lui prêtez : sans doute d'ailleurs, à vous comprendre,  celui de laïcité "ouverte" ou "plurielle" (selon le PS) ou "positive" (selon N. Sarkozy). Celui du plus grand respect des religions, au point parfois d'accepter quelques compromissions pour ne pas les déranger, sinon les provoquer (faut-il en évoquer quelques-unes ?).

 L'attitude à avoir en de telles circonstances n'est-elle pas de chercher à susciter le débat  sur le sens de la laïcité sur lequel il faut aujourd'hui mettre l'accent, au vu de la situation, plutôt que d'opérer un tri péremptoire entre ceux qui maîtriseraient le bon sens, le seul sens, de ce que serait "la" laïcité, et ceux qui n'en auraient qu'une compréhension erronée (et "attérante", "effarante", "ignorante", "provocatrice" et même "agressive"), et de les condamner par là-même, eux et leur volonté d'une laïcité plus ferme, au hors-sujet, sinon au ban de la pensée autorisée.

Ouvrons le débat plutôt. Discutons des bienfaits et méfaits passés de la laïcité "positive", ainsi que des bienfaits et des méfaits d'une laïcité qui pourrait être plus ferme. Voilà le sujet.

 

Toutes les solutions pour le vivre ensemble, en d'autres termes, prendre des décisions ensemble trouvent un écueil sur l'absence de spiritualité de la laïcité. Il me semble en effet que notre république n'ait pas assez pris en compte la nécéssité d'une spiritualité humaine. Au delà des religions, des philosophies millénaires, des dérives en tout genre qui marquent pour moi un retour du spirituel dans le champs de la vie réelle, comme un contre point au pragmatismes de tout bord qui justifient tant d'efforts et de renoncements sans garantie aucune d'une forme de salvation sociale, il manque dans le champs éducatif, pédagogique une réelle volonté de s'emparer du sujet. Il y a là comme un dénie générale de tous les acteurs de la République. La république s'oppose à la représentation publique des phénomènes religieux, mais elle ne permet pas l'épanouissement d'une forme de spiritualité autour de ses valeurs à vocations universelles au même titre que les grandes religions monotéistes, alors que la population scolaire a subit de profondes transformations socioculturelles. L'institution scolaire, les institutions en générale se comportent comme si la république, la laïcité étaient des évidences. Elles ne le sont pas. Ni pour les natifs, ni pour ceux qui nous ont rejoint, qui ont rejoint le médiatique pays des droits de l'Homme.  Ainsi, l'absence tente de combattre la présence, fatale.

La religion et les motivations de ses usagers s'en trouvent ainsi renforcées au détriement de la paix républicaine, puisqu'aucune religion ne peut combler le fossé de la génèse face à la science ; fossé creusé par les divergences entre les tenants de la religion et ceux de la science, chacun répondant en choeur à cette sentence "Toute connaissance dérive en probabilité". Peut être est il temps de repenser la spiritualité, plutôt que de vouloir conserver des modèles un tantinet obsolètes et qui ont prouvé leur inaptitude latente et constante à vivre ensemble. Alors le XXI° siècle sera-t'il religieux ou pas ? Il serait temps d'y apporter une réponse volontaire et démocratique. 

La laïcité n'est pas faite pour signaler ses croyances... elle permet juste de vivre en bonne intelligence. Donc, effectivement les signes extérieurs de la religion de chaque croyant sont possibles dans la rue, dans tous les espaces extérieurs ou les institutions visitées mais ne le sont plus dans les espaces de la République où la neutralité, face à ses convitions spirituelles ou pas de conviction d'ailleurs, doit primer.

Nous avons, nous les athées plus que des raisons de nous plaindre. En tant que citoyenne, l'actuelle hystérie médiatique des RELIGIONS me met en colère..Mais je supporte!

on pourra ajouter que blasphémer contre une religion bien établie, bien logée, bien chauffée... et dont les clochers sont souvent en forme de donjon (et subventionnés par la "culture" ou "l'histoire")... n'est pas la même chose que blasphémer contre une religion à laquelle se raccrochent des gens qui cherchent à garder ou à récupérer leur dignité baffouée par un racisme ambiant dont il ne faut pas nier l'existence même si on refuse d'en prendre la mesure,  et qui aboutit à la discrimination, à l'école comme dans le reste de la société.

Précaution et précision : Je suis contre la peine de mort de toute façon. Donc évidemment contre les méthodes terroristes.

je me contente de reprendre de reprendre un citation de l'article :

"Quand je regarde mes élèves, je me demande si en étant le nez dans nos programmes, nos emplois du temps, tout ce quotidien, on n'est pas en train de se voiler la face sur les vrais problèmes »,

cette phrase me donne un peu d'espoir - peut-être les (enfin certains...) enseignants vont-ils enfin pouvoir entendre les gens comme moi, qu'ils désignent en général comme des aigris ou des débiles.

Vieuxschnock, il est fort possible que mon interprétation n'ait pas été prise avec le recul nécessaire de l'humour en veux-tu en voilà. Maintenant, je veux bien rire avec tout le monde, dans un grand rassemblement univoque mais ce que je ressens profondément aujourd'hui, c'est que le cynisme emporte tout sur son passage, ce que d'aucuns se délectent pleinement. La confusion règne à tous les étages, est-il vraiment besoin d'en rajouter? Et surtout à quelles fins?

Me sortir du "camarade" est-il vraiment en soi un gage de camaraderie vu la suite pour mieux dézinguer ce que je tentais de mettre en avant et trop peu au centre des débats à savoir l'égalité? Chacun peut l'interpréter à sa sauce. Moi je n'y ai vu que du cynisme et fort peu de "camaraderie", il est vrai.

Quant à votre "Mais alors serait-ce que vous ne seriez pas Charlie ?", qu'est-ce donc que cette injonction à rire et à devoir se positionner? Je n'aime pas l'esprit binaire. Beaucoup de dessins m'ont fait rire, d'autres moins, sans que j'éprouve le besoin d'en rajouter et de participer à la bralette intellectuelle sur le débat national "pour ou contre Charlie", où tout et son contraire a déjà été dit, et qui met en ébullition la planète entière. et alors? Votre sentence?

J'aimerais, si vous insitez pour connaître le fond de ma pensée, qu'on ne fasse pas de Charlie une icône comme d'autres font de Mohammet la leur, car enfin, ce consensus binaire "je suis Charlie", c'est faire bien peu de cas de certaines dérives qui étaient au coeur même de divergences au sein de l'équipe. Pourquoi taire en effet un glissement progressif de la ligne éditoriale du journal qui s'est droitisée sous l'effet de l'autoritarisme de Vall, devenant elle-même moralisatrice, en se positionnement pro-américain et pro-israëlien pourtant peu conforme à sa ligne traditionnelle. Peut-on oublier certaines tendances prononcées du tout-militaire? Comment l'équipe a-t-elle pu notamment accepter Vall affichant ouvertement son soutien à l'intervention de Georges W. Bush en Irak, le parti-pris pour le oui au référundum de 2005, taxer Siné "d'antisémite" alors que celui-ci ne l'a jamais été et la façon sentencieuse de le virer comme un malpropre et pour le coup bien peu respectueuse de leur fameuse "liberté d'expression". Je reproche, oui, à l'équipe de Charlie hebdo, d'avoir en plusieurs occasions été des mous se cachant derrière le rire pour ne pas avoir à faire le ménage devant leur porte, de ne pas avoir fait sa propre satire à des moments crucieux comme ceux-là.

Ce pourquoi je ne dirai pas, dans une communion générale absurde "je suis Charlie" mais seulement "je suis en partie Charlie".

"je suis en partie Charlie".

Hé bien voilà ! Là vous me faites plaisir. Mon intervention aura servi à clarifier ça. Des milliers de gens ont affiché ce "je suis charlie" sans même comprendre ce qu'ils voulaient dire par là. Quand il y a une quasi unanimité, celà m'inquiète. Et ma petite phrase "serait-ce que vous ne seriez pas charlie" allait dans le sens de ce que vous venez de développer.

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

Mais également à tout ceux qui participent à l'acte éducatif : élèves comme parents accompagnateurs  (contrairement à la note de service de Mme N. Belkacem qui faisait un "petit accomodement" à la canadienne, une entorse à la Laïcité) des sorties pédagogiques. L'Ecole Publique est lieu de formation du citoyen qui apprend à être différent de sa différence.. ou se développe l'esprit critique, la libre conscience, l'émancipation..

Il existe encore bien d'autres " entorses " à la laïcité exemple : « l’infraction pour injure existe dans la Loi sur la presse du 29 juil-let 1881... le droit général et le droit local reconnaissent l’injure à une religion » . Et : la loi de finances pour 2011 a attribué 4 millions d’euros, soit 250 postes supplémentaires, à l’enseignement privé alors que 16 000 postes seront supprimés dans le public -

- https://www.google.com/url?q=http://ldh-toulon.net/le-delit-de-blaspheme-est-encore.html&sa=U&ei=BUi8VJyGC8fzUu_HgNgK&ved=0CA0QFjAE&client=internal-uds-cse&usg=AFQjCNFFlVJF7-WwPZEkzjmMbBpyDdpenA

. Et pour finir : https://www.google.com/url?q=http://www.fnlp.fr/&sa=U&ei=K1G8VJ_YJsz-UpfWg-AM&ved=0CAYQFjAA&client=internal-uds-cse&usg=AFQjCNFg7KqjW7-p6LeSIiMzXDQsYrOHWw

Un grand merci à vous pour votre commentaire et ses liens édifiants . Je rajoute un extrait envoyé ce jour par mon fils prof Histoire / Français

: " Voici ce qui s'est passé vendredi dans mon lycée (j'ai envoyé ce texte à une collègue absente pour congé maladie ; j'ai enlevé les noms d'autres collègues) : De 13h à 14h -horaire très mal choisi-, on a été... une vingtaine de collègues (sur environ 140) à participer à un comité "Vivre ensemble" proposé par la proviseure, et, franchement, ça fait peur d'entendre certaines remarques de collègues par ailleurs désireux de bien faire... : une Véronique L. (professeur de Lettres-Histoire) répondant "Oui, il y a le fait religieux dans le programme d'histoire de première Bac pro" à une question de la proviseure sur l'enseignement des religions ; je l'ai reprise avec tact, mais elle a soutenu son point de vue comme si j'étais dans l'erreur, avant que je lui dise : "Mais c'était dans les anciens programmes du Bac pro 2 ans, Véronique... ça avait été en débat lors de la réforme du Bac pro 3 ans, mais le ministère d'alors avait retiré les religions du programme" ; elle a blêmi d'un coup, se rendant peut-être compte que sa préparation à l'agrégation l'an dernier (pour laquelle elle a eu un congé annuel) l'avait tenue trop éloignée des réalités programmatiques des pôvres professeurs en lycée professionnel que nous sommes ; et notre brave et un peu tout fou Philippe P. (professeur d'EPS) de s'exclamer : "Mais on ne peut pas demander à l'imam de la mosquée d'à côté de venir parler à nos élèves ?" (je l'ai repris également avec tact mais aussi humour en lui rappelant le sens du mot laïcité et en rajoutant qu'il faudrait au moins inviter un curé, un pasteur, un rabbin, ou un bouddhiste ou un... il a souri, lui). Il faut dire, à la décharge des profs d'EPS (il y avait Jean-Pierre C., aussi), que des élèves "se lâchent" au gymnase et que les profs en entendent des vertes et des pas mûres. Enfin, à la MLDS -Mission de lutte contre le décrochage scolaire-, les deux profs responsables (c'est marrant : c'était la première fois que je les entendait parler de leurs élèves) ont dit que sur leurs 14 "décrocheurs", 6 avaient refusé de faire la minute de silence après un débat très chaud, à tel point qu'ils ont accepté que les "réfractaires" partent, sinon ils allaient dans le conflit "

A Vieuxschnock et accessoirement Margo qui n'est pas rieuse , mais fielleuse , péremptoire et agressive . Que l'argumentaire circonstancié et souvent pertinent de Mariefab l'insupporte , soit ! mais alors , qu'elle y réponde de manière développée claire et respectueuse ajouterai à la clarté du débat . Il y va de la liberté d'expression CAMARADE Robespierre ! Clin d'œil . Et évitez , si possible , de vous ériger en donneur de leçons anti-communiste ( si ce n'est pas dans l'esprit , c'est dans la lettre...) à la manière de l'arroseur arrosé , vous prêtez à sourire...Rigolant . ( Je signale pour lever toute ambiguité , que je ne suis pas communiste ni anti ) .

O.K. sauf à propos du délit de blasphème , voir un de mes posts précédents .

Blasphèmer un dieu ou l'idée que certains s'en font n'est pas insulter l'individu croyant mais exprimer son incroyance...qui est légitme et pas un délit ! C'est de même nature qu'exprimer ou un désaccord ou se moquer / ridiculiser une opinion ou un parti politique . En République qui revendique l'exercice démocratique , c'est une nécessité absolue qui va à l'encontre de l'autocensure qui ne s'exerce que trop au risque de la désinformation et de la tromperie conduisant , à juste titre , à la révolte . L'autocensure n'est une vertu en aucun cas car elle fait le lit de l'extrème .

A tous les cagots , culs bénis et réducteurs de têtes

: https://www.youtube.com/watch?v=2aIe9D52AKc

- https://www.youtube.com/watch?v=Jyk9pzF74c8&list=PLKlz2S7V0MeHwOyYurdMNSugjvFn-BrVU&index=87

- https://www.youtube.com/watch?v=JOgIbqZSaT4

Je n'ai pas cherché à parler de la laïcité "positive" ou d'autres notions. Vous projetez un peu sur mes propos, je crois. 

J'ai décrit des choses que j'ai vues et entendues, soit autour de moi dans la vie quotidienne, soit dans les médias, si vous lisez bien mon message. Je n'ai pas cherché à imposer un sens à la notion de laïcité, j'ai pointé une réaction qui fermait tout dialogue, que j'interprète comme une réaction de peur et sans doute aussi de faiblesse (pas ou peu de connaissances ou d'arguments, mais ça peut se changer, ça, rien  d'irrémédiable) et j'ai indiqué mon inquiétude pour les professeurs, sommés brusquement de rattraper une actualité à laquelle les enfants ont accès individuellement, sans presque de filtres, et dans toutes ses folies, une situation internationale un peu plus compliquée que le "je suis Charlie" que présentent les médias et de répondre aux légitimes interrogations de leurs élèves, qui comme tous les enfants cherchent leur place entre la famille, l'école et ce qu'ils perçoivent de la société à travers le prisme des médias.

Je pense qu'il y a assez pour de nombreux débats, que je n'ai pas la prétention d'ouvrir avec mes petits muscles, et qui de toute façon, sont déjà en cours.

Simplement, je remarque que les médias font beaucoup d'effort pour clarifier, et en même temps,  "participent au malheur du monde", par leur rôle de chambre d'écho et en nommant mal (l'usage du mot "communauté", l'assimilation musulman/arabe, les mots islamiste, djihadistes, la notion de religion, le formatage de l'info d'actualité, entre autres exemples). C'est un constat qui m'interroge moi-même et qui me pousse à savoir plus et mieux. D'autres ont la cervelle en forme de kalashnikov, apparemment. Ca ne m'empêchera pas de continuer à chercher quoi et comment faire pour que ça change. Il faut naviguer en ces mers incertaines, parmi mascarets et menées des uns et des autres (j'aime les banalités Clin d'œil ...). That's all, folks ! Sourire 

MDP ne dépublie pas toujours. Plutôt tendance à squeezer. Sur l'international surtout et depuis le 7/1 sur le national.

Pour les enseignaants, il faut dialoguer, dialoguer... et surtout respecter le mot d'ordre : DELATIONNER  maintenant que la république s'est dotée d'en centre aéré de DERADICALISATION

« Il y a une prof qui a dit à une élève : "Si tu ne participes pas à la marche dimanche, tu sors de mon cours"

Répéter ce qui n'est pas vérifié est une attitude de faible en esprit.

Votre comparaison est fausse.

Un très beau témoignage d'une l'enseignante du neuf-trois :

http://tailspin.fr/post/107696839163/pour-mes-eleves-de-seine-saint-denis

 

+1

Les 10 commandements de la démocratie française

Tu ne voteras pas FN

Tu ne voteras pas FDG

Tu seras CHARLIE

Tu te conformeras à la pensée unique

Tu seras utopique

Tu seras timoré

Tu auras un choix référencé, homologué, en ce qui concerne tes opinions politiques (UMP, PS)

Tu seras Européiste

Tu admireras les élites

Tu seras un BENI-OUI-OUI

TROP TARD !

On a fait de l'angélisme, "l'immigration est une richesse pour la France", on a voulu une société communautariste ben voilà le résultat, nous y sommes !

Ce sera la soumission ou la guerre !

Nous aurons le choix entre Houellebecq ou Zemmour !

 

On n'a pas voulu une société communautariste.... On a eu besoin, après la guerre

 

d'Algérie, d' ouvriers payés pas cher du tout  pour faire tourner les usines

 

Renaut à Boulogne  Billancourt par exemple. C'est aussi simple que cela.

 

Laicité??? dites- vous. Notre religion, c'est le fric. Et la plupart des arabes...

 

ou des musulmans...n'en ont pas ( de fric). Ils n'ont qu 'un sujet qui les soude,

 

c'est l'Islam et certains ne tolèrent pas que l'on porte atteinte au Prophète.

 

Plus ils sont pauvres plus ils s'scrochent au Prophète.

 

 

Il faut bien s'accrocher à quelque chose sur cette terre, et même à la religion quand on n'a pas le sous. Nécessité oblige !!!

Il y a bien longtemps que nous n'avons plus d'industrie et 3 millions de chômeurs, mais toujours autant d'immigration !

 

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

Parallèlement beaucoup de jeunes des cités sont abandonnées depuis trop longtemps. Aucun gouvernement n'a agit en ce sens, aucun.


Toujours les mêmes rangaines ... Les mêmes "jeunes" qui préfèrent avoir un quartier pourri pour qu'ils puissent faire leurs petites affaires. Les syndicats de police appellent ces cités, des lieux" de non droit" ...

C'est quoi au fait la solution ? à part manger des fromages de pays ... ?

Et critiquer les religions n'est pas un droit, c'est un passe temps pour gros cons en mal d'éxistence.

...Mais je n'ai pas pour habitude de demander le règlement de mes problèmes de santé mentale, par personnes interposées... Innocent Mais vous avez le droit de vous tromper de traitement...

Tu m'étonnes! Sourire

Mille fois raisons... c'est d'une telle évidence ! Et encore et toujours manipulation et cynisme. Comment mettre un point final à tout cette impudence ?

...C'est une CHARLIE-COUILLONNADE ...

Les religions ne sont qu'un outil d'oppression inventé pour de gros naifs qui ont besoin de croire au Père Noël. Pas très futé tout ça ...

"Les syndicats de police appelle ça des zones de non-droit"

bin dis donc pépère c'est pas très courageux les syndicats de police dans ce cas, ce ne serait pas plutôt une justification pour éviter d'y aller dans ces zones de non-droit ? Sache qu'Ici il n'y a pas de zone de non droit . Nul part.

Hé !! l'autruche !! je t'ai vue !!!

Pas de détournement de problème, pas de faux fuyant, mondialisation ou pas c'est de la capacité de l'Islam d'admettre les codes de la laïcité et de la Républiue dont il est question !

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

 

Le droit de critiquer toutes les religions, c'est l'idéologie française du 19 ème siècle,

 

héritée de la Révolution Française, en réaction aux excès de la religion catholique.

 

On peut toujours hurler contre la mondialisation... Elle est là.

 

La question, c'est: qu 'est-ce qu 'on a fait mis à part causer?. Cela, on sait faire.....

 

Sans vouloir faire de provocation on voit ce que cela a donné à Charlie Hebdo....

 

 Ces derniers temps je n'ai plus lu Mediapart, parce que j'en ai marre de cette


liberté d éxpression qui ressemble à la diarrhée verbale. Je ne réussis pas à tout lire.

 

Je suis pour ma part persuadée

 

qu 'on ne peut pas tout dire, au nom de la  DIVINE liberté d expression.

 

 

...C'est clair, les heures de conneries en bloc, avec un journal de 20 h, de 30 mn, avec un quart d'heure sur Israel ou leurs voisins... 10 mn sur les dernières petites phrases du dimanche, d'une sommités de gauche ou de droite... Une innondation dans le sud, et la naissance de deux jumeaux à Monaco, dignes héritiers des grands mafieux du rocher aux putes... Et enfin, le record du mercato des petits génies du PSG, assujétis à l'ISF...

Heureusement, il y a vous et bien sûr ..Moi !!! Clin d'œil

Cadrer les élèves ou les écouter ?  La question me semble interessante.

Avez vous une opinion sur ce sujet ?

 

Les faire parler, puis les cadrer un minimum.

Car il est nécessaire de les rappeler à un certain nombre de valeurs et de normes, même si l'on sait que ce rappel ne sera pas nécessairement intériorisé. Du moins, pour un certain nombre d'entre eux, pas à court terme. Mais cette exigence de moyens sans exigence de résultat est le propre de l'enseignant (comme du médecin).

 

Il faut faire entendre  aux enfants que l'éducation doit leur permettre d'apprendre à être différents de leur différence pour comprendre qu'il est préférable de faire vivre le droit à l'indifférence de mettre l'accent sur ce qui nous est commun,  plutot que de faire valoir le droit à la différence qui conduit à la différence des droits. L'Egalité, la Laïcité, la Fraternité, la Liberté passe par là ce chemin difficile.

J'aime bien votre réponse.

"il y a des profs, ils nous comprennent pas. Ils nous font la morale, on n’a pas envie de leur parler."


Le prof n'est pas un psy. Nous (je suis enseignant) leur demandons de comprendre le contenu des savoirs qui sont ceux qui les armerons si l'autorité du savoir n'est pas mise au même niveau que n'importe quel propos tenu par des "enfants roi" : la responsabilité des adultes, des institutions est en cause, dès lors qu'ils se font les promoteurs de l'idée selon laquelle l'Ecole serai un lieu de consommation comme un autre, ou chacun arrive avec un "moi identitaire" sur-dimensionné parce que très incertain. La honte, la modestie ne sont indéniablement pas ressenties ou blamés parce que la marque des faibles.. . Le libéralisme économique alimente cela et en tire tous les bénéfices.

Merci.

Je vous recommande, ainsi qu'à tout ceux qui s'interrogent et qui souhaitent échapper aux préjugés de la "bien-pensance" un petit ouvrage d'Henri Pena-Ruiz : La Laïcité dans la collection Dominos-Flammarion. C'est limpide simple et lumineux.

Quand on est professeur, comment faire passer les contradictions de nos sociétés ? ça me semble impossible !

Les faire parler, puis les cadrer un minimum.

Réponse de folie, d'inconséquence totale.

 

Evidemment.

je partage votre avis .La solution , loin s'en faut , n'est pas de reporter la résolution des problêmes sur l'éducation nationale et les professeurs .en revanche , ils doivent appliquer sans retenue la loi et les décisions prises par les institutions ( ce qui est loin d'être le cas , notamment des syndicats ) .

Notre société a perdu pied , indiciblement depuis plusieurs générations ; il faudra du temps et des mesures énergiques et bien comprises , puissent-elles être mises en place par les partis républicains .

ils se font surtout les promoteurs du déni  de "machine à aggraver les inégalités"
Aussi votre jargonnage moralisateur m'atterre:  la réalité à comprendre , réalité dont vous êtes une partie agissante, est fort bien décrite ici:

http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/lesysteme/Pages/2014/158_1.aspx#a1

Je n'aime pas trop le terme " cadrer" mais je n'en connais pas d'autre...je dirais " recadrer " a la lumière des faits réels et non fantasmes. Rappeler que la république ne les abandonne pas tant que cela puisqu'ils sont a l'école ....que leur(s) parent reçoivent les prestations sociales , ont acces aux services de sante etc...rappeler les pourcentages dans l'emploi très supérieurs a ceux qui sont au chômage, cesser de stigmatiser avec des mots comme " communauté"" que les journalistes utilisent a tout propos , les mots " banlieues" , il y a beaucoup de diversité sociale dans les banlieues qui sont aussi des villes .... Que des républicains ont défilé pour défendre les gamins poursuivis par la police a Villiers le Bel Sont ils pour la peine de mort? Pour la loi du talion? Pour les mariages forces? Pour l'interdiction d'écouter de la musique, de boire un coup avec les copains, garçons et filles? Pour l'interdiction faite aux filles d'aller a l'école? Pour les mariages forces? Sont ils allés dans leurs pays d'origine voir comment va la société, le travail, le chômage , les interdits? Que pensent ils des immigres qui rêvent de l'Europe?

Vous, au moins, vous êtes lucide...Clin d'œil

Parler de quoi ? Asséner des certitudes ou susciter le questionnement et la recherche pour que chacun se forge sa propre opinion ?

Je souscris au rappel à l'État de droit, mais aussi à sa critique construite quansd c'est nécessaire...

Ce qui est remarquable dans les réactions à l'article c'est qu'on parle de tout autre chose que son contenu. L'article montre la puissance du phénomène de la montée d'un islam qui tend vers l'islamisme chez des enfants ou des ados qui seront bientôt des adultes.

Cette allégeance est supérieure à celle de la nationalité française et des valeurs républicaines.

Ca c'est un vrai problème qui ne va pas se régler par l'absence de fermeté. La possibilité de dialoguer a déjà été effacée dans bien des cas par une éducation familiale exclusivement religieuse.

Oui la religion est bien l'opium du peuple.........................

 

L'absence d'une politique globale et cohérente de mixité sociale

"Associée à une forte valorisation du diplôme, une école inégalitaire construit une société à son image : fracturée, divisée, traversée par la résignation, la révolte, la valeur délétère du « moi d'abord »… Un ensemble de comportements trop présents un peu partout, classe politique comprise, source de délitement des liens sociaux et de démobilisation collective. Le ferment idéal de l'extrémisme, de la démagogie et des grands retours en arrière… Au mitan du quinquennat, l'urgence de l'action, pour une école plus efficace et plus juste, n'a jamais été aussi grande." http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/lesysteme/Pages/2014/158_1.aspx#a1

Et vous,  a combien estimez-vous le nombre gamins de quartier qui ne sont pas charlie ?

..A part vous, beaucoup de "FRANÇAIS" sont descendus marcher ce dimanche, pour marquer leur ras-le-bol des incivilités permanentes de ces mêmes jeunes gens, à qui, désormais, vous demandé conseil(s) pour vous "situer" ...

Bon courage !!

Je ne me risquerai pas à une estimation d'ensemble, je n'en ai ni la compétence ni la connaissance.

Par contre, mon expérience et les échanges que j'ai avec nombre de collègues confrontés aussi à des publics d'élèves mixtes en termes d'origine ethnique me conduisent à affirmer que le phénomène ne doit pas être minoré, il n'est absolument pas marginal, bien au contraire, au niveau de la jeunesse d'origine africaine (arabe de confession musulmane particulièrement) mais aussi, de façon moindre car bien moins nombreux, au niveau des jeunes élèves "européens" convertis.

(Il me paraît presque réconfortant (au delà de la tristesse liée aux évènements) de constater qu'une partie de la gauche semble désormais accepter d'ouvrir pleinement les yeux aujourd'hui sur cette réalité dérangeante. Et qu'elle soit amenée, pour une partie d'entre elle, à quitter, peut-être, la posture de borgne et de manchot qu'elle adoptait jusqu'à présent en abandonnant la mollesse des concepts à l'ancienne (?) dernière mode de laïcité "ouverte" (version de gauche) ou "positive" (version Sarkozy). J'aimerais même penser que cela permettra de renforcer une laïcité forte à gauche, afin de ne pas laisser le champ libre à la droite dure et à l'extrême-droite qui n'utilisent le concept de laïcité que pour masquer leur rejet de la seule religion musulmane, et par delà elle, masquer son racisme non seulement religieux mais également ethnique (au lieu de se prévaloir de la laïcité contre vraiment toutes les religions et avoir une conception humaniste libertaire des relations entre les êtres humains).)

 

Là, je dis oui.

OK vous en voulez combien 15000, ce n'est pas le sens de mon propos et ce sera toujours 200 fois moins que les électeurs FN.

Une majorité de Français a voté aux européennes pourle FN parti ouvertement raciste, antisémite qui prone l'exclusion, la peine de mort et j'en passe.

Une autre majorité n'a même pas bougé son c.... pour aller voter.

Pourquoi ne se pose t'on pas la question du vivre ensemble et de la citoyenneté de CEUX LA ?


 

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

C'est les enfants que la laicité doit proteger a l'ecole....pas les parents.....

Vous ne pouvez pas imposer au parents de faire une croix sur leur symboles religieux....Surtout que l'on parle bien de "sorties scolaires"...Donc hors de l'etablissement... Apres si on parle de personnel de l'etablissement c'est different....

Vous pensez que c'est une bonne chose  que des enfants voient leur parents obligés  par l'EN a faire une croix sur leurs symboles religieux ?

 

 

Bien sûr, il est evident qu'

 

il a manqué à Charlie Hebdo une véritable conscience sur ce qui se déroule dans


ces quartiers de Seine Saint Denis.

 

Il y a en France ectte forme d'apartheid. On se permet de vouloir imposer nos valeurs

 

alors quúne majorité de ces élèves n'en ont aucune idée et ne peuvent rien y comprendre.

 

Benjamin me parait raisonnable....

J'ai travaillé dans un lycée français à l'étranger où les élèves musulmans n'étaient pas issus des "quartiers", avaient des moyens conséquents et béficiaient souvent de la double nationalité : ils ne lisaient pas Charlie Hebdo; quand le programme au lycée en venait au siècle des lumières, ils étaient hilares sur la critique de la religion catholique par nos philosophes, mais baissaient la tête quand on abordait, pour les professeurs qui en avaient le courage, les critiques de leur religion révélée. Et j'ai travaillé en France en ZEP avec des élèves dont les parents étaient "absents" pour des raisons diverses, leurs réactions à la lecture des mêmes textes étaient encourageantes pour l'avenir de la reflexion critique et ils voulaient s'en sortir. Que les journaux soient insolents ou non n'est pas la question. Quand l'établissement est porté par une bonne équipe d'enseignants avec des projets dans et hors établissement qui réunissent, les intercesseurs religieux auto proclamés sont inutiles...Il est vrai que notre établissement était critiqué par des chefs d'établissement voisins qui trouvaient que nous faisions trop de "tourisme" avec les crédits d'école ouverte, les mêmes qui faisaient des classes ou roms et maghrébins étaient réunis, des classes de  niveau où les élèves avaient intégré le fait que la classification numérale des classes condamnait à une orientation, où l'élève turc choisi par ses camarades était dissuadé de lire le texte ministériel à la commémoration de la fin de la guerre de 14 au  monument aux morts. Qui sont les intégristes, avec parfois, cerise sur le gateau, un discours de gauche officiel?

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

+ 1

La pauvreté est un faux alibi, l'Arabie Saoudite est richissime et atteint le summum de l'obscurantisme !

Il faut que la gauche cesse de tout vouloir expliquer par l'économie, on peut être riche et totalement obscurantiste et rétrograde !

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

 Vous me faites ''Rire"" quand vous dites l'Arabie Saoudite est richissime.

 

Allez donc parler aux femmes saoudiennes.... Vous n'avez même pas le droit de les regarder.

 

Allez donc parler à tous les jeunes désoeuvrés en chômage et aux immigres qui font le travail mal payé

 

Là où l'extrêmisme musulman est le plus violent, c'est dans les pays les plus pauvres,

 

Pakistan, Nigéria ( Boko Haram y fait des massacres de masse), et chez nous, c'est dans

 

les banlieues ghettoisées  pauvres ( St  Denis, Genevilliers, la Seine Str Denis,  Marseille, etc....)

 

Rappelez vous Clichy sous Bois, Sarcelles....

Les Saoudiennes vivent dans l'opulence...mais sous clé !

Ce n'est pas la pauvreté qui est à l'origine de cela mais l'Islam !

En Chine il y a infiniment plus de pauvreté qu'en France ou un chômeur gagne bien plus qu'un Chinois qui travaille et là-bas, pas de djihadistes car pas d'Islam !

Rappelons qu'il n'y a pas que les habitants des " quartiers" qui sont au chômage , a fortiori les musulmans. Il faut une analyse économique solide ...il n'y a pas d'ouvriers et très peu d'employés a l'Assemblée nationale : c'est une donnée constante qui n'a rien a voir avec la " diversité" d'origine mais avec la diversité sociale d'abord, accentuée par la diversité raciale...C'est la bourgeoisie noire qui occupe des places aux USA, pas les couches populaires qui remplissent les prisons... Quant aux religions comme " éléments structurants " de notre société, nous les athées humanistes nous en avons marre. les athées n'auraient aucun sens de la " spiritualité" , n'auraient pas " d'âme", seraient "anti famille", etc...etc... Les athées sont tolérants, ils revendiquent qu'on le soit avec eux et que l'on prenne leur parole en considération sur les grandes questions de société comme la fin de vie par exemple .

NON, je ne suis pas du tout d'accord avec vous!!!, un prof doit pouvoir s'appuyer sur des directives simples et précises, c'est le role de l'administration de rédiger ces directives, en ce qui concerne la discussion sur les principes, ce n'est pas le role des enseignants, car il faut d'abord former les parents qui transmettent les valeurs!!!, un prof dépense déjà une énergie folle à faire son cours, et il ne va pas passer son temps à discuter avec les cathos, les boudistes, les muslims, les athées, les adorateurs d'Athon, les règles de la vie en commun, il applique un réglement interne signé par le gamin au début de l'année, si le gamin ne veut pas , c'est à l'administration de régler le problème ou au politique qui a donné la carte de séjour au mome!!

Pour les parents c'est leur choix de vivre en France ou en Arabie Saoudite, avec les conséquences dans les deux cas mais vouloir vivre en Arabie et se balader a poils sur les plages comportent certains risquent, l'inverse étant vrai aussi!!

Comme vous j'ai travaillé vingt ans au Maroc, et avec des élèves de la haute bourgeoisie, ce n'est pas une question de niveau social, mais de culture, dans la culture arabo musulmane, on ne critique pas le père, encore moins le caid, on baisse la tete devant le roi en lui embrassant la main, et il ne viendrait jamais à l'esprit de quelqu'un de critiquer le prophète, c'est dans les gènes, comme nous c'est dans nos gènes l'esprit critique ou l'insolence de Voltaire, évidemment c'est dur de passer d'un culture à l'autre surtout pour des gens faibles ayant peu de refèrences culturelles!!

Mais les politiciens de gauche essayent de formater la pensee du peuple!!

LOng programme!! mais il faudrait y penser!! à commencer par enseigner l'athésime au lycée!

Le 5 novembre, le blogueur Raef Badaoui a été condamné à dix ans de prison et 1 000 coups de fouet pour « insulte à l'islam », en Arabie saoudite. Depuis le 9 janvier, ce châtiment corporel est mis à exécution à Djedda (ouest) par les autorités du Royaume, à raison de 50 coups chaque semaine.

Ceci se passe actuellement, dans un pays "moderne" ....qui a pignon sur rue et se pavanne à l' ONU..


Je vous cite:

"Là où l'extrêmisme musulman est le plus violent, c'est dans les pays les plus pauvres,"

C'est un pays pauvre ? Surpris

 

 

.

Dans les gènes, certainement pas. Dans la culture oui. Et dans ces pays, la culture et la politique sont imbibées de religion d'une façon indissociable.

Alors, en Occident et en France en particulier, pourquoi serions nous frileux d'une laïcité qui nous permet d'accepter, mais dans la sphère privée toutes les croyances.

Nos valeurs tiennent la route, Non ?? Aussi l'entrant peut se conformer à cette nouvelle donne, ce n'est pas trés facile pour lui, mais c'est la base de son intégration et puis c'est tout.

Pour ne pas voir celà, on a regardé ailleurs bien trop longtemps.

Nuance! Ce ne sont pas les terroristes qui ont gagné, ce sont les gouvernements successifs qui ont perdu, à force d'incompétence, de négligence, à force d'avoir placé des priorités là où elles n'étaient que secondaires.

Sous Hassan 2, mon amphi a été envahit par les flics, et je n'ai rien pu faire , ni le recteur pour les arrêter!!  Et certains étudiants ont disparu de la circulation!!

En mars 1965, en décembre 1970, j'ai les proviseurs de mes lycées, faisant barrage devant le lycée, porte ouvertes, empêcher les policiers d'entrée.

Oui, il y a eu par la suite du zéle , voire des instructions aux policiers, pour passer outre.

Mais cela peu-il dédouaner La ministre de l'EN de mener l'école vers l'instrument de délation.

dans les profs ,il y a aussi des racistes ,des incultes formatés , malheureusement.

...Comme sur MDP...Malheureusement !!!

Allez bon courage les gars.....et tout ça 1600 euros/mois en début de carrière!!

Et seulement 2000 euros 15 ans après.

Véridique !

Mais que faites vous du "sacerdoce" ???  Clin d'œil bordel !!

...Mais à 5000 € par mois, un con reste un con, et je sais de quoi je parle, car je suis con....

Sacerdoce !!! nous sommes dans un pays laïque !!!Sourire

Votez vous une augmentation en vous intitulant "con VIP" ce serait un" jump" apprécié. Non ?Sourire!!

Ouiiiiiiii !!!!!!!!!!!

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Qui "dégouline soi-même de battage de coulpe" ? Si vous m'attribuez cette attitude, c'est que vous m'avez bien mal compris.

Je vous invite à consulter mes autres posts, si vous cherchez à m'interpréter.

Quant à votre affirmation péremptoire sur le rôle de l'école et de ses maîtres, elle est toute empreinte de phraséologie idéologique sans souplesse (et sans connaissance du cadre réglementaire professionnel qui s'impose aux enseignants, comme l' "obligation de neutralité"...). Quant à moi, je ne parle pas de l'extérieur (votre manière de parler vous trahit) du monde enseignant, confronté aux difficultés d'affronter cette réalité dérangeante et aux non moins difficultés d'y répondre. Bien au contraire.

Etre, pour un enseignant, au contact de cette réalité n'est pas aisé, mais la critique de ce contact, et les conseils à l'emporte-pièces, si, n'est-ce pas ?!

Vous ne parlez pas d'une manière neutre de la neutralité... On dirait que soutenir une idée vous fait peur et en même temps, vous soutenez une idée.

Je ne parle pas de l'extérieur, moi non plus. J'ai des élèves. Mais certes, je ne reste pas devant eux comme une lavasse tétanisée par la neutralité obligatoire ! Ce qui est obligatoire, c'est la problématisation du propos. Mais cela n'est en rien suffisant. Un professeur... professe. Et je suis professeur. Pas enseignangnan. En conséquence, j'exprime une pensée articulée, avec un problème à résoudre, l'explication des conditions productrices de ce problème, la discussion de solutions pensables pour ce problème, tout cela afin de proposer une solution à ce problème, qui est celle que j'ai construite le plus intelligiblement possible, accompagnée de l'indication des limites de cette solution. Cela s'appelle l'éducation critique. Et l´éducation critique n'est jamais neutre. 

Oui, le professeur à des obligations : vis à vis de l'intelligence humaine, c'est à dire vis à vis de ses élèves. Vis à vis de l'Etat ? Il faut voir lequel. Vis à vis de la République et de la nation : certainement, quand elles défendent l'humanité. Mais, je le sens,  vous allez me rétorquer qu'il a des obligations vis à vis de qui le paie...Voire. Encore faudrait-il que le professeur soit convenablement payé. 

"Le monde" est de plus en plus inepte et superficiel !

les enseignants aussi subissent ou acceptent le matraquage des médiacrates .

En effet. Hélas...

A lire cette suite, je crois bien que vous n'avez pas été en mesure de déceler la fausse naïveté des questions et des propos du premier post.

Pourtant, dans le second, je me suis essayé à vous mettre sur la voie, en vous invitant à lire d'autres de mes commentaires (notamment sur d'autres fils ayant pour thème plus ou moins implicite la stigmatisation de l'irréligion de gauche) : histoire que vous parveniez à lire entre mes lignes, avant d'interpréter quoi que ce soit.

Je vois qu'il n'en a rien été.

C'est dommage, car si vous aviez fait un petit effort, vous vous seriez empêché de tomber dans le ridicule d'une lecture mal comprise et, en corollaire, d'une interprétation tombant à plat, au vu d'une pratique, la mienne, qui n'a vraiment rien à voir avec ce que vous en supposez avec aplomb et condescendance, voire mépris.

Sans avoir de réponse toute faite, mes pratiques militantes (et non pas supposées), au sein de l'éducation nationale et en-dehors, tendent à me conduire à chercher à assurer au mieux de mes convictions le combat idéologique contre les dominations, d'où qu'elles viennent, tout en me gardant bien de faire du prosélitisme bourrin auprès des élèves (tel que votre premier post semblait l'appeler, avec des formules à l'emporte-pièces). Mais juste en s'appliquant à rester sur la ligne de crête à la croisée du professionnel et du "convictionnel" : en favorisant une culture d'esprit critique (au passage, je vous concède que votre dernier post, rectifiant ainsi l'esprit du premier, y venait aussi, puisqu'il parlait, lui, d' "éducation critique", formule désormais beaucoup plus nuancée et satisfaisante, à mes yeux)...

Aussi, je me permettrai donc de laisser de côté vos quelques formules désobligeantes, sinon insultantes ("soutenir une idée vous fait peur et en même temps...", "lavasse tétanisée par la neutralité obligatoire", "Et je suis professeur. Pas enseignangnan. En conséquence, j'exprime une pensée articulée..."). Formules qui en disent finalement long sur vous....

Je ne retiendrai que votre intelligence à vouloir "professer" de manière la plus professionnelle, et la plus éthique, possible, que nous puissions avoir...

 

D'accord avec tout le début de'votre argumentaire, quant à la solution, s'il s'agit de mathématiques, je veux bien vous suivre, mais s'il s'agit d'histoire ou de philosophie, a fortiori d'éducation civique, vous me permettrez de vous rétorquer qu'il n'y a PAS de solutions toutes faites et que c'est bien l'esprit critique des élèves qu'il s'agit de développer afin qu'ils se forgent une opinion par eux-mêmes, quitte à ce qu'elle soit différente de celle que le PROFESSEUR professe...

..J'ai fait la même chose que vous pour le dessin du prophète n°1...

Qui a parlé de solution toute faite ? Quant à celles des élèves, bien entendu, ils sont à l'école pour la construire, en apprenant ce que signifie construire une solution à des problèmes complexes. Et les mathématiques ne font pas exception. L'école n'a pas manqué d'élèves qui n'ont pas fait que répéter les démonstrations connues de théorèmes connus. Heureusement, il s'en est trouvé et il s'en trouve encore pour inventer des démonstrations inconnues et aussi à des théorèmes jusqu'à eux inconnus.

Vous retenez l'essentiel. Et moi je retiens que vous savez écrire en français, ce qui ne m'oblige en rien à faire l'exégèse de chacun de vos posts si l'un d'entre eux ne parvient pas à se faire entièrement entendre. 

qu'ils se forgent une opinion par eux-mêmes, quitte à ce qu'elle soit différente de celle que le PROFESSEUR

 

 

Trés bien!!! cher collègue!!!mais nous sommes aux antipodes da la culture musulmanne!!

Comme vous ne l'ignorez pas la culture musulmane a produit nombre de savoirs sans lesquels les mathématiques les sciences ou la poésie n'auraient pas la richesse qu'ils ont aujourd'hui...

 La culture musulmane n'est pas la pratique religieuse, laquelle, dans chacune des grandes religions monothéistes, je vous l'accorde Lemoineau, n'ont jamais brillé par leur promotion de l'esprit critique....

Elle sera longue cette discussion, puisque, fondamentalement, l'acte d'enseigner est un acte politique, un acte de pouvoir. 

... Donc les profs sont les généraux des "guerres intellectuelles", qui vont permettre à nos enfants d'être de bons soldats aux services de la nation ? Espérons que ceux-ci, ne se trouveront pas dans la désolation de pensée que nos professeurs de gauche, nous ont transmis dans les années 70/80, ou georges marchais paradais, pour vanter le programme commun ... Ils faut qu'ils mettent leurs professeurs à leurs places de passeur, mais surement pas de formateur...

D'ailleurs, les professeurs ou enseignants sont trop souvent de gauche, et inféodé à un syndicat borné, mais ils se trahissent en formant des robots pour sa majesté CNPF...Une masse de planqués aux ordres d'un directoire bien pensant, mais incapable de renverser le système... Pas de cacahouètes les mignons ?

Arrétez de les mettre en avant, ils ne pensent qu'à leurs intérêts et leurs salaires pour payer leurs vacances au VVF ...

Un microcosme, qu'un ministre de gauche jospinien, avait proposé de "dégraisser"... le mammouth".

 

 

 

Si c'est du premier degré, tout ce qu'on peut dire c'est que vous êtes un parfait vecteur de poncifs. Vous arrive-t-il de penser par vous-même ou bien êtes-vous affligé en permanence de psittacisme choppé au troquet du coin ? 

...Pas grand chose à dire ... Mais l'essentiel est de vérifier si vous êtes encore "là" ... Vous l'êtes bien, merci, je suis rassuré ... !!! Poncifs, encore un terme de prof prétentieux, qui veut nous faire voir qu'il "sait" ... Bonne nuit Maître !!!

malheureusement il y a des profs jumperiste aussi .

Il ne faut pas généraliser mais c'est vrai qu'il en existe pas mal comme vous les décrivez... malheureusement. Je ne sais pas comment ils arrivent à vivre dans leur classe en ce moment, ils doivent se sentir un peu dépassés... (euphemisme); à moins qu'ils aient trouvé la réplique : on ne parle pas, on se tait et vous obéïssez. Point barre. Il existe des profs qui "terrorrisent" les élèves, quel qu'il soit. Ils veulent la paix dans leur classe. Cela se défend mais ils passent sûrement à côté de beaucoup de choses.

...Et bien moi, chère Bichette,  je m'interroge sur la vie de mes "poulains" à l'école ... Vivre dans l'angoisse qu'un petit taré, sorte un flingue ou un couteau pour venger son idole ou défendre une petite conne, qui a fait assassiner un élève de 17 ans à Marseille.. Par deux connards désoeuvrés et surement bien malheureux, devant le programme d'éducation civique de la République ...

Déjà, Mesdames les "mamans", commencez par aller mettre vos enfants dans les campagnes au calme, et non les entasser, dans des lycées de ville, sous prétexte qu'un quotidien de "bonne facture", à établi un palmarès de la réussite ... du 98 % de réussite au bac ... Ou par placement immobilier, pour une future plus value de votre logement...Pour palier au déficit de votre prochaine retraite...

Décentralisez vos vies à la campagne, mais là, encore, c'est le parisien lambda fait le "marché"...englué dans ses contradictions, il donne le La, pour mieux nous marcher sur la tête.

Les profs, eux, pas de soucis, des prêts à taux 0,01%, des logements sociaux à des prix de raves, fournis par la République, (enrichissement sans cause)et même de bons maris, profs aussi ... Une clio, et une balade à la fête de l'huma, ou dans une université d'été, pour y croiser l'élite du moment... Super leur univers !!! , et ils enseignent à nos enfants ?

Stop !!!!

 

Plus rantanplan que jolly jumper, celle là...

...Vous êtes donc là pour nous en raconter ...J'attends votre prose...

Ben justement , les profs nont pas droit aux 1% logement , leur taux d'intérêt quand ils empruntent est celui du marché , ils n'ont pas non plus de comité  d'entreprise,  ni de médecine du travail , les femmes qui ont des enfants non pas autant d'année  pour leur retraite  que dans le privé,  leur salaire est gelé  depuis des années et donc leur pouvoir d'achat et en baisse .

Alors la prochaine fois,  avant de dire des conneries , renseignez vous , ou bien restez en aux classique "passéistes" et "trois mois de vacances" .....

Et en plus ils doivent gérer les crises d'ados des enfants rendus aggressifs par les discours antiprofs comme le votre que leur sortent certains parents (souvent les mêmes,  complètement laxistes avec leur enfant et qui viennent ensuite dire quon ne sait pas y faire avec leur petit ange) .

Et c'est quoi votre caisse à  vous ? 

Je crois que ce doit être très difficile pour les enseignants qui ont beacoup d'élèves musulmans de faire comprendre la liberté d'expression. D'autant que ces enfants là n'ont probablement pas cette liberté chez eux et encore moins avec les religieux qui se scandalisent des caricatures de Mahomet.

Dialoguer avec des jeunes à qui on n'a pas aprris à dialoguer, au contraire, est une entreprise difficile, mais indispensable. 

La minute de silence imposée n'était certainement pas la meilleure réponse pour ces jeunes.

 

D'autant que ces enfants là n'ont probablement pas cette liberté chez eux et encore moins avec les religieux qui se scandalisent des caricatures de Mahomet.
Que savez vous sur leurs libertés chez eux ??? (Probablement : est une couverture facile !!!) Donnez nous, des faits réels, pas des sous-entendus ...

c'est vrai que dialoguer avec des élèves catho c'est plus facileCoolDéçu

Pauvres profs !

Et c'est reparti !

Mais vous savez quoi ? Nul n'est obligé à le faire, ce boulot particulièrement difficile, c'est vrai. Mais là n'est pas la question.

Alors elle est où la question ?

Peut-être dans ce pays qui fonctionne à deux vitesses.

D'un côté des politiciens et des media qui peuvent tout se permettre : encourager l'islamophobie, les communautarismes, les haines, la ségrégation sociale, l'injustice ... sans souci des conséquences de leurs actes ou de leurs propos

De l'autre des citoyens, dans ce cas élèves et profs, qui devraient eux se taire, marcher au pas et réparer les conneries des premiers

Il existe d'autres moyens, de faire face à la terreur et de mobiliser pour celà tout le pays et ses citoyens :

1 - un discours politique responsable

Exemple en juillet 2011 - réponse du Premier Ministre Norvégien Jens Stoltenberg après le massacre d'Utoya (77 personnes tuées par un militant de "l'Europe Chrétienne") : 

«J’ai un message pour celui qui nous a attaqué et pour ceux qui sont derrière tout ça: vous ne nous détruirez pas. Vous ne détruirez pas la démocratie et notre travail pour rendre le monde meilleur.»

«Nous ne devons pas renoncer à nos valeurs. Nous devons montrer que notre société ouverte peut faire face à cette épreuve. Que la meilleure réponse à la violence est encore plus de démocratie. Encore plus d'humanité. Mais jamais de naïveté. C'est quelque chose que nous devons aux victimes et à leurs familles.»

«Nous allons répondre à la terreur par plus de démocratie, plus d’ouverture et de tolérance.»

2 - une analyse sérieuse des parcours des tueurs et de leurs modes opératoires afin de comprendre comment ils ont "dérapé" et se donner les moyens d'éviter au maximum que de tels drames se reproduisent 

Car ce qui frappe ce sont leurs similitudes, un quasi portrait robot : ils sont tous Français, issus de banlieues abandonnées, absence d’un père, les foyers, la délinquance, la prison avec ses gourous. Et puis cette facilité à se procurer des armes de guerre sur notre sol. Enfin, et c’est très préoccupant, l’abandon de leur surveillance peu de temps avant qu’ils ne passent à l’acte.

Coulibaly qui fait un emprunt chez ... Cofidis pour financer ses crimes, les frères Kouachi qui braquent une station service pour faire le plein d'essence et se procurer ... des chips et de l'eau minérale, mais aussi Merah confondu par une annonce sur ... le Bon Coin et Nemrouche qui se fait arrêter par des douaniers lors d'un contrôle de routine, après avoir traversé la France dans un car avec ... les armes dans son sac

Rien à voir avec une grosse organisation internationale. Le problème c'est que reconnaitre que de tels pieds nickelés peuvent ensanglanter notre pays c'est pas glorieux. Difficile avec ça de mobiliser le "gratin" de la planète et d'obtenir "l'union sacrée droite/gauche" qui ouvre la porte à la dérive totalitaire et guerrière qui nous attend !

Alors là OUI, avec un discours politique responsable et de vrais moyens pour lutter contre le terrorisme franco/français, les profs pourraient trouver les mots pour expliquer et les élèves pourraient les entendre !

Je vous avais lu superficiellement. Je suis d'accord avec vous, globalement.

C'est que l'école peut faire plus et mieux. Quand vous parlez du prof, en effet il ne peut pas grand chose. Mais l'ensemble des acteurs d'un établissement, oui, ils peuvent, ensemble. Encore faut-il accepter de ne plus être profession libérale, d'adhérer à un discours commun, de se comporter en adultes.

Je dis toujours qu'il n'y a pas de problèmes de gamins, il n'ya que des problèmes d'adultes.

Entierement d'accord avec votre analyse....

Ce genre d'attentats est  et restera aussi imprevisible qu'un braquage de superette ou de banque....

C'est un aveu d'echec pour le gouvernement (Et les precedents), il fait semblant de trouver des solutions...Mais on est deja dans le mur....

Aucune lecon n'a été  tirée de l'affaire Merah,  les causes de la radicalisation de ces gars n'interessent personne.... Le discours politique alimente l'incendie au lieu d'apaiser...

Les memes causes produiront les memes effets....

Je finirai par croire que cela les arrange....

Un ensemble de mesures allant dans la bonne direction pourrait permettre d'eviter la radicalisation des suivants.....Mais c'est un travail a moyen/ long terme...

Ce qui est sur c'est que ce ne sont pas les profs qui a eux seul pourront combler les manquements de l'ensemble de la société....Politiques et parents compris....

OK; bien sur, 50% des postes non pourvus au CAPES (en maths), sans parler des reçus qui démissionnent rapidemment!!

  • Nouveau
  • 15/01/2015 20:45
  • Par

Fallait-il en parler ou pas ?

Il faut dire que les profs ont fort à faire car en face les jeunes aprés le "choc" et " l'émotion" vont chercher des informations sur internet   pour essayer de comprendre     ,  mais  là ..........c'est la jungle !

Je suis  agréablement surpris de voir à quel point les gens se posent les bonnes questions sans tomber dans l'hystérie générale !

 

 

 

Allez !!! encore la faute à l'argent ... (contre tous ceux qui veulent penser ...)

Pffffff !!!!!!!!!!!!

Parce que vous, jolyjumper, vous trouvez bien sûr l'argent sous les pas d'un cheval... Pas la peine d'en parler, donc ? Mais une fois sorti de votre crottin, vous verrez peut-être qu'il y en a qui en ont beaucoup moins que vous...

...Essayez de travailler et vous en aurez, de votre foutu pognon...

Mon travail m'apprend que vous êtes un crétin.

Il en ressort quand même que la défiance des institutions et des médias est grande. Cela interpèle quand à la responsabilité de la duplicité des politiques et leur communicants. Cela montre aussi combien la fracture est profonde entre ceux qui ont droit à une représentation et ceux qui n'en n'ont pas. On mesure aussi combien est difficile la tache des enseignants pris entre le marteau et l'enclume puisqu'ils sont des représentants de l'état en lequel une partie non négligeable peut vouloir entrer en conflit avec eux. On note aussi le déficit d'information où le trop plein de communication par le net éventuellement où la part du ressenti prime sur l'analyse. Il faut rajouter la violence sociale dont les élèves sont les témoins à travers la vie de leurs parents trahis de toutes parts par les promesses non tenue de la république.

Le dialogue ou sa tentative entamé à l'occasion des attentats ne devrait pas s'arrêter au simple événementiel mais s'inscrire dans la durée car le combat pour une saine réflexion l'exige.

Dans le dernier numéro de Sciences Humaines, février 2015, Mensuel n° 267, Sciences humaines donc, complément indispensable de Charlie Hebdo, consacré aux "Inégalités Pourquoi elles s'accroissent ? Comment les combattre ?":

  • entre "décrochage scolaire, les profils à risque", page 8,
  • "les ressources insoupçonnées de l'école", page 42,
  • le constat que le régime a depuis longtemps fait le choix de l'inégalité (Alfgérie "française", de la ségrégation, de l'injustice, du mépris, surtout depuis 2012 (1), page 28.

Bonne nouvelle: il y a autant de photos pédo-pornographiques sur les disques durs des deux tueurs de Charlie que sur le disque dur d'un prélat catholique. Autre bonne nouvelle: c'est la faute à la libération de la femme (2)...

 

 (1) c'est moi qui rajoute

(2) pardon, je suis Charlie...

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

Encore une leçon de bonne morale, d'une enseignante qui fait "semblant" de participer et qui critique les médias dominants ... Vous êtes pas capable de tenir vos élèves ? Vous avez fait un rappel à la loi ? Mais de quel pouvoir êtes vous investis,  pour vous permettre de faire ce type d'intervention ?

Et arrêtons de montrer du doigt les jeunes ??? C'est les vieux qu'il faut mettre en retraite et laisser la jeunesse grandir avec des ambitions, pas des leçons de morale de gauche. Trois ministres en deux ans...Chercher l'erreur dans votre ministère avant de  désigner les "autres" comme responsable de vos incapacités.

Vive la liberté d'expression !!!

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

Péguy était normalien : il fut lieutenant d'office. Le savoir, c'est le pouvoir. Et le pouvoir commande.  Du reste, aucun citoyen - comme chacun sait, sauf jolymachin, qui lui ne le sait pas- n'est censé ignorer la loi, et chaque citoyen a le devoir de la rappeler quand cela est nécessaire. 

joly jumper est un vieux canasson réac

  • Nouveau
  • 15/01/2015 21:00
  • Par

Et bien moi je préfère de loin  le discours républicain pur et dur à celui de l'excuse  permanente !

http://www.marianne.net/ecole-desintegrons-integrisme-1421318034.html

http://blog.causeur.fr/bonnetdane/

Une phrase de l'article m'a rappelé un souvenir de 2nde : "fallait-il en parler ou pas". Ce souvenir, c'est celui d'un prof de français qui, de temps en temps, sortait du programme pour nous faire nous exprimer sur des sujets de société. Nous avons abordé l'écologie, l'homosexualité, l'amitié, ... Les interventions étaient très tranchées, comme on peut s'exprimer à 15 ans. Je n'étais pas celui qui parlait le plus et je crois même n'être jamais intervenu. Sans doute faut-il une certaine maîtrise, une empathie, une formation. Mais ce type à réellement participé à ma construction personnelle. Alors oui, pour moi, il faut en parler.

On a tous (Je l'espere) le  souvenir d'un prof comme ca...Qui sait poser son bouquin oublier le programme pour une heure ....Et vous parle, vous fait parler,   de choses essentielles ...de la vie...

Dans mon cas c'etait un prof d'anglais en 1ere...Qui nous avait d'ailleurs emmené voir "Le cercle des poetes disparus" en VO.....

Avec ce prof , on a fait de la vraie philo...

Avec le prof de philo, on a parlé des grands auteurs......pas plus...

Oh capitaine mon capitaine ! 

Je ne l'oublierai jamais....

Oui, pareil. Et cela ne lui a pris que quelques heures dans l'année.

Tout ceci m'amène à me poser, à nouveau, la question de savoir si l'histoire officielle véhiculée par les manuels scolaires, sachant qu'elle perpétue un mythe, supporte d'autres mises en perspective.

Ce beau reportage témoigne des manquements graves certes, mais infiniment minoritaires qui secouent nos écoles et que la rumeur médiatique ne finit pas d'amplifier.

Si ces incidents sont minoritaires, ils ne sauraient secouer quoi que ce soit. Sauf votre intellect fragile, bien entendu.

Mais la vérité est toute autre.

Oui, le fait de globaliser les signalements de faits sans même en montrer une typologie est dangereux. Et s'il y a une priorité aujourd'hui c'est d'appeler au calme partout. Ensuite c'est une erreur de déstabiliser l'Ecole en laissant croire qu'elle serait partout infesté de gamins irrespectueux de la République, voire favorables à ce qui s'est passé la semaine dernière. 

Quant à la vérité .... c'est que des milliers de collégiens étaient dans les cortèges partout, y compris sans leurs parents, et en bien plus grand nombre que les quelques trublions dont il faudrait évaluer la dangerosité. 

Si vous étiez à la montagne la semaine passée, alors je vous l'apprends. 

 

Vous pensez que les gamins présents dimanche étaient ceux qui sont irrespectueux ? Surpris

Je le récris : il n'existe que des problèmes d'adultes qui, collectivement, ne prennent pas toute la part de leur mission. La proportion de ceux qui sortent du système incapables de traiter une situation complexe est énorme. L'école renforce les inégalités. Donc, oui, la responsabilité du système et de ses acteurs est entière.
Maintenant, après aoir assimilé ce constat (ce n'est pas gagné pour tous), il s'agit de s'organiser pour faire autrement. Et figurez-vous qu'il ne s'agit pas de réinventer la roue : des dispositions qui marchent à l'étranger peuvent facilement être mises en place.
Mais je sais que cela ne se fera pas, parce que je sais de l'intérieur à quel point ce système est vicié.

Le mot d'ordre ici c'est: "Débattons!". Sous d'autres latitudes ou dans d'autres cultures c'est: "Des bâtons". Pas facile la vie commune.

Les jeunes des quartiers difficiles sont particulierement sensibles à l'injustice...

Rarement lu pareil lieu commun, pareille déclaration lénifiante. Et votre boulot, vous le faites, oui ou non ?

Et moi j'ai rarement vu un commentaire aussi pretentieux...!.

Et vous ? Vous faites quoi de positif pour faire avancer les choses ? A part vos commentaires a 2 balles ....

Quelle experience avez vous des jeunes des quartiers ?

Qui vous dit que je suis prof ? Ou , en quoi aurai je des comptes a vous rendre  ?

Ce lieu commun lenifiant ou je ne sais quoi c'est ce que j'ai constaté sur le terrain....monsieur le pédant ...

Si vous vous loupez avec ces jeunes , genre accusation a tort ou autres , si vous brisez leur confiance, si vous n'etes pas juste... ils vous petent entre les mains.....

Mais ca  , faut aller au contact pour le comprendre...

"Et moi j'ai rarement vu un commentaire aussi pretentieux...!."

ça doit pas faire longtemps que vous êtes abonné car c'est courant sur Mdp! Sourire

En tout cas, je confirme, vous avez raison : la justice c'est ce à quoi ils sont le plus sensible. Ils ne supportent pas l'injustice (et ils n'ont pas tort... Innocent ).

De plus, Jack Duvallet est connu pour ses interventions inopportunes.

Oui , je suis nouveau....Mais j'ai deja croisé 2 ou 3 pedants qui n'ont pas compris que peter plus haut que leur cul ne permet en aucun cas  de prendre de la hauteur....

 Merci pour votre soutien

Ma biche... Votre commentaire se situe à une hauteur stratosphérique : là où certains volent en escadrille.

C'est bien de se balader comme ca de com en com,  et de lacher deux trois phrases a 2 balles  ou sa petite appreciation personnelle ....C'est trés productif....

On dirait un inspecteur des travaux finis...Inspecteur academique peut etre ?

Si vous avez des choses, une experience  a reellement exposer , faites donc...Parce que pour le moment tout ce que vous faites ...C'est  tout oser.....

  • Nouveau
  • 15/01/2015 21:40
  • Par

Proposons des espaces de dialogue démocratique. Proposons la réduction des inégalités. Proposons comme le propose PIKETTY une fiscalité qui redistribue le patrimoine et le capital. Proposons que plus un être humain ne dorme dehors sans l'avoir délibéremment choisi. Proposons de lutter contre la pauvreté. Libérons du temps pour favoriser les rencontres entre anciens et jeunes. Cessons de diviser le peuple en pseudo communautés qui n'existent que dans les fantasmes de gens qui refusent leur fréquentation. Refusons tous ghettos dorés comme pauvre. Refusons l'austérité. Refusons que la prison ou le chômage soient l'horizon du plus grand nombre dans des départements entiers. Refusons l'abandon de jeunes parmi lesquels le nombre de SDF n'a jamais été aussi fort. Refusons que derrière les grandes envolées moralistes, se planque l'impuissance publique. Que la République réprime sans faillir ce qui doit l'être. Qu'elle préserve les libertés publiques et son idéal de liberté, d'égalité, de fraternité... Coopérons étroitement et généreusement avec l'AFRIQUE, avec la Francophonie, avec le monde arabe. Favorisons  la paix en ISRAEL et en PALESTINE en refusant la tentation d'une guerre sans fin qu'on envenime en prenant partie, ce qui conduit à accepter les exactions d'un Etat, ou d'une faction totalitaire. Coopérons avec les peuples en difficulté. Prenons enfin soin de l'environnement car en SYRIE, l'une des première cause de l'explosion humaine est le changement climatique qui a déplacé des centaines de milliers de paysans. Refusons que la torture se pratique dans les frontières de l'UE. 

Et nous verrons alors si les fanatiques et les fascisants sont aussi nombreux. Auquel cas ils seront éteints par l'idéal de fraternité que nous générerons. Rien de bon ne peut pousser dans l'inégalitarisme et dans le mépris. 

 

Pas lu cet article, ça m'interesse pas.

En revanche il est question de geler la baisse des effectifs dans l'armée et d'aligner des mesures sécuritaires, super....

Au moment où le gouvernement avec son "pacte de responsablité" taille dans le budget de l'Education dite nationale en en faisant sortir des centaines d'écoles de collèges et de lycées des réseaux de l'éducation prioritaire et abandonne des quartiers entiers, des milliers d'élèves et d'enseignants sur des critères ahurissants de mauvaise foi, alors que les moyens mis en oeuvre étaient déjà largement insuffisants;alors que le nombre d'enseignants malgré les propos lénifiants des ministres qui se sont succédés est en chute libre et que les vocations se tarissent faute d'attractivité, au moment où on se détourne encore plus de la frange la plus fragile de la population pour faire encore plus plaisir aux économistes du TINA, on pleure à chaudes larmes sur la liberté d'expression en péril et on fustige la dérive de jeunes délinquants (ou pas) qui deviennent terroristes.

Marre de ces articles à la con qui oublient l'essentiel, marre de ces journalistes qui préfèrent le sensationnel quand la maison s'écroule lentement mais surement, l'Education Nationale autrefois ciment de notre société est en train de crever dans l'indifférence quasi générale à coup de réformes iniques de territorialisation mais y compris sur MEDIAPART ON S'EN TAPE !!!

La concurrence "libre et non faussée" s'applique désormais à l'école, et il  parait évident que ce n'est pas le meilleur moyen de prévenir la délinquance ni de renforcer le vivre ensemble.

Les futurs Merah et Kouachi ont de l'avenir.

Gardez vos articles à la noix pour VOUS !!!!

cela n'a pas forcement avoir mais les salaires des enseignants seront plus bas en 2015 qu'en 2014 (pas de hausse du salaire mais hausse des prelevements)!!!

Et vous oubliez les pertes de revenu dues au changement du statut des professeurs du second degré par décret signé Hamon en date du 23/08/2014, professeurs qui vont devoir s'enquérir de missions obligatoires supplémentaires, en nature et nombre indéfinis..., tout cela avec un salaire qui baisse.

Autant dire que Peillon et Hamon ont, à la suite des Darcos, Chatel, etc., voulu tuer le corps enseignant public et l'école publique. Et il est à craindre qu'ils y soient arrivés. Ces attentats sont le coup de grâce. Rendez-vous en septembre 2015 pour la balle finale dans la nuque. La suite logique et recherchée est la privatisation tous azimuts du secteur éducatif. 

À la bonne santé de vos porte-monnaies, citoyens !

Vous ne pouvez pas vous empecher de tout ramener à votre porte monnaie.

Le débat dans cet article n'a rien à voir avec la situation financière des enseignants.!!

Mais il a beaucoup à voir avec le porte-monnaie de tous les citoyens qui financent par l'impôt une école publique dont ils veulent qu'elle reste une école de qualité plutôt qu'une école dont la qualité baisse sous les coups de boutoir du néolibéralisme qui veut privatiser tout le secteur éducatif.

C'est plus clair comme ça, jepper70 ?

  • Nouveau
  • 15/01/2015 22:03
  • Par

Dans ma classe, j’ai procédé autrement avec mes élèves de CM1 CM2 et je pense m’en être pas trop mal sorti. Je les ai rassemblés comme chaque mardi matin autour d’une table ronde avec un bâton de parole en circulation[1]. Après un bref et très factuel rappel des faits concernant les attentats de Charlie Hebdo, j’ai proposé l’accroche suivante : « Quelles questions pouvons-nous poser suite à ces événements ? ». Certains de mes élèves musulmans se sont agités sur leur chaise. Le cadre est strict : ne parlent que ceux qui ont le bâton.  Des élèves prennent la parole (ou pas). Certains parlent de la liberté d’expression. D’autres expriment leur peur d’une guerre imminente. Deux élèves musulmans évoquent l’offense faite au prophète. « C’est pas bien, disent-ils, ils l’ont un peu cherché ». D’autres élèves réagissent : « Ce ne sont que des dessins ! » « Ils étaient contre toutes les religions ». «  C’est pas que des dessins alors ».  Je ne dis rien et reste dans mon rôle. Je reformule et relance la discussion par de nouvelles questions  « Si on peut critiquer l’Islam, peut-on critiquer Charlie hebdo ? ». Un des élèves X rétorque : « Mais avec la liberté d’expression, c’est la guerre ». Je ne sourcille pas. Un élève réagit en défendant la liberté d’expression et condamne la violence. L’élève X,  gêné, dit  « Ben il fallait pas les tuer pour ça, c’est péché… ».  La parole était libre et j’ai été épaté par les réactions des enfants. Les entrainer à entendre le point de vue de l’autre est toujours plus efficace que de les catéchiser. Je précise que je travaille dans un quartier sensible et le tiers de mes élèves sont musulmans. Certaines années, c’est la moitié. Cela pose la question de la nécessaire mixité sociale et confessionnelle dans nos écoles pour assurer un dialogue. Comment éviter les dérapages dans des établissements ghetto où les populations se sentent massivement stigmatisées ?


[1] Pour l’organisation des ateliers philo lire ici.

Et que donne le "bâton de parole" pour les 15 ans et plus, chez vous ???

Et pourquoi pas ? Les ateliers de photo langage utilise cette technique et s'adresse à des ados. Qu'importe le procédé, l'essentiel est de trouver un dispositif qui garantisse l'écoute donc la parole

Oui aux ateliers philosophiques. Et au bâton de parole. Sourire

Je parie que ce sont les "mâles" qui se sont agités... J'ai bon ?

  • Nouveau
  • 15/01/2015 22:20
  • Par

 

@LUCIE DELAPORTE ET RACHIDA EL AZZOUZI

Je vous félicite et me réconcilie un peu avec certains "pari pris"  de vos collègues.

Votre, mon,  constat était  plus que prévisible. Espérons  que devant ce cataclysme national   François Hollande ferra le nécessaire

Mes enfants qui ont aujourd'hui  respectivement 36 et 33 ans sont marqué par leur scolarité.

 Nous avons du déménager (mon fils était au collège)  dans le 93 et sur les conseils des profs, et les flics, pour échapper au dictat de gosses d'algériens (c'est une réalité). Je tiens a préciser que mon meilleur prof en Fac était musulman, je crois un marocain

Je remercie ses profs qui m'ont aidé a préserver mes enfants étant d'origine étrangère moi même et élevant seule mes enfants (c'est vrai, j'ai des yeux bleu et européenne  certainement cela a du leur donner bonne conscience............)

J'avoues les avoir tres fortement incité!!!!!!! Vous ne savez pas ce que c'est  un fonctionnaire.....

C'est  le résultat qui compte mais je garde un souvenir amer de cette France , mais que  j'ai retrouvé l'autre jour

(.........................................)

Vivre, rire, aimer Est si difficile?  sans doute

Et pour finir, biens que Bac, yeux bleus, mon  premier job, les sous sol UAP, les premiers mots "cette .....qui vient piquer notre job.  Alors les visibles........

Je vous rassure, aujourd'hui j'ai une retraite confortable, enfants et petits enfants, 

et ma France que j'aime tant

 

 

 

 

 

 

Abstenez vous de vivre en République laïque alors.

  • Nouveau
  • 15/01/2015 22:21
  • Par

Paroles paroles paroles...les profs ne sont ni des curés, nis bonnes soeurs ni assistants sociaux ni flics ni des fées qui changeront la vie de misère. Ce sont de citoyens normaux ...dialoguer ne set à rien. Lors de l'obtention de vos diplômes, vous n'aurez rien si vous provenez de l'immigration. Le dialogue n'y changera rien. Les illusions ne changent pas la réalité.

Lors de l'obtention de vos diplômes, vous les obtiendrez si vous répondez aux connaissances que ces diplômes sont supposés garantir que vous possédez. 

Maintenant, il peut arriver que les populations immigrées ne bénéficient pas du bagage linguistique nécessaire pour lire, écrire et parler comme il est demandé de savoir le faire pour obtenir le diplôme. 

Toutefois, il y a des bibliothèques, une école qui doit vous apprendre à écrire, lire et parler. Ceux qui  prennent leurs études au sérieux ne réussissent pas moins bien que les Français qui ne sont pas issus de l'immigration récente et qui souffrent de ces mêmes handicaps linguistiques. Souvent, même, ils réussissent mieux. 

Je parlais bien entendu de terrain à propos des français de confession musulmane issus de la 3ième génération. Les diplômes sont là, la maîtrisde de la langue aussi, du parler, de l'écriture etc...ils sont français. La question de l'handicap linguistique ne se pose pas dans ce cas d'espèce...Ils n'ont rien...comment expliquez-vous ceci...ils ont déjà des difficultés à entrer dans une discothèque ou à ne pas se faire controler par la police (je ne parle pas de zonars) ... je ne parle pas des immigrés récents, je parle de plus de 30 ans d'exclusion...

Il y a aujourd'hui une classe moyenne française d'origine maghrébine de plus en plus nombreuse et complètement intégrée grâce à... l'école. Mmes Dati,Valaud-Belkacem, Bougrab, etc. le font assez comprendre. Et je peux vous dire que chaque année j'ai dans mes classes des élèves issus - ou, car il s'agit beaucoup de filles, le plus souvent issues - des quartiers défavorisés qui forcent l'admiration par leur ténacité, leur vivacité et leur talent. L'école est une chance que ces élèves ont su saisir sans demander leur reste ! Le problème serait plutôt l'intégration des garçons : ici, des facteurs culturels jouent. Être à 5 ans un petit roi qui a autorité sur sa mère n'aide certes pas à mieux écouter et prendre vraiment au sérieux un corps enseignant français largement féminisé...

Pas faux !!! Votre phrase de conclusion.

Mais c'est difficile pour un français de souche de rentrer dans une mosquée, pourquoi ne pas faire une boite dans chaque mosquée le soir et d'y amener vos frangines et cousines au lieu de les  laisser à la maison!!

Mercredi, lors du débat d’orientation pour la stratégie numérique de la France, Axelle Lemaire a détaillé l’agenda des prochains textes mis en œuvre pour lutter contre le terrorisme. Dans les prochaines semaines, les décrets d’application de la loi contre le terrorisme du 13 novembre 2014 seront publiés au journal officiel. Cette diffusion permettra de rendre effectives plusieurs mesures, dont la possibilité pour les autorités de placer des mouchards afin de capter les conversations en VoIP (Skype, etc.).

Très bientôt, le blocage administratif des sites

Dans le lot, sera spécialement publié le décret permettant de bloquer les sites pédopornographies ainsi que ceux faisant l’apologie du terrorisme. Comme relevé dans nos colonnes, le texte a été notifié en urgence à Bruxelles, au lendemain de l’attentat contre Charlie Hebdo. Il passera ensuite entre les mains de la CNIL puis reviendra devant l’ARCEP. Ce décret permettra à l’office central de la criminalité informatique (OCLCTIC) de bloquer les sites faisant un peu trop la part belle aux messages terroristes, selon des critères d’appréciation inconnus.

[...]

L'avant-projet de loi sur le renseignement finalisé dans quatre semaines

Ce n’est pas tout. L’avant-projet de loi sur le renseignement sera « finalisé d’ici à environ quatre semaines » annonce encore la secrétaire d’État chargée du numérique. « Mon ministère, à l’instar de l’ensemble des ministères concernés, contribuera à enrichir ce texte ». Avec ce texte, les pouvoirs du renseignement dans la lutte contre le terrorisme (notamment) seront considérablement étendus.

Si on en croit Jean-Jacques Urvoas, député et président de la commission des lois, l’objectif est de leur donner des moyens juridiques plus robustes, spécialement en vue des interceptions sous Skype, de la fouille des ordinateurs, la mise en place de balises-espionnes sur les voitures, la prise de connaissance des contenus des SMS, etc. Un train d’autres mesures non encore annoncées pourrait encore être ajouté au convoi. Axelle Lemaire précise par exemple que la comparution immédiate sera facilitée à l’encontre de ceux qui ont publié sur Facebook « des propos et des images incitant à la haine et faisant l’apologie du terrorisme ». Cette procédure permet de faire juger un prévenu immédiatement après sa garde à vue.

[...] Toujours dans la suite de la loi contre le terrorisme de novembre dernier, un autre texte d’application permettra à l’OCLCTIC d’ordonner des mesures de déréférencement administratif des sites faisant l’apologie de ces acteurs, toujours sans intervention préalable du juge.

http://www.nextinpact.com/news/91754-il-ne-s-agit-pas-d-adopter-patriot-act-a-francaise-selon-axelle-lemaire.htm

Magnifique. Cela va redonner une impulsion aux ventes de cahiers et de crayons ! 

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

Je n'ai que des questions pour les auteurs de l'article , pas de réponses, c'est assez "malcommode".

Sans oblitérer le témoignage de nos pairs, jeunes et moins jeunes, élèves ou professeurs, nouvelles générations et un peu moins jeunes...et sans écarter ce pan de la réalité immédiate, mais plutôt pointer ce qu'elle questionne en amont ...

 

- Depuis combien d'année il n'y a t'il pas de travail de fond honnête sur l'institution scolaire et sur  l'impact des différentes réformes de l'éducation nationale,  historiquement et contextuellement ?

- Depuis combien d'années  se posent  les questions des jeunes générations laissées en dehors de l'instruction ?

- Pendant combien d'années encore ces questions resteront en suspend ?

 

 

Blasphémer sur l'Islam, et représenter le prophète prêt à se faire enculer, ou se faisant enculer, ça rapporte du fric et fait vendre un journal satyrique qui menace de faire faillite, surtout si on rattache cette fameuse caricature au contexte d'alors: le film américain qui avait blessé les musulmans du monde entier, faisant passer Mahommet pour le dernier des cons et des salopards de la Terre. 

Mal comprenant.

Pensez-vous qu'il était le premier ?

Duduche, vous n'êtes pas cinéphile, c'est votre droit.. mais faudrait changer de pseudo. Cabu l'était.

Vous faites probablement allusion au dessin où l'on voit le prophète allongé, nu et qui dit "tu les aimes mes fesses". C'est une allusion au film "le mépris" de Godard. Le dessinateur se moque autant du prophète que de Godard. Pour ce film, les producteurs lui ont imposé une scène de sexe. Il a eu cette idée de mettre Bardot, allongée sur le ventre, nue et qui décline à Piccoli des "tu les aimes .. avec presque tous les éléments du corps.

En revanche, je suis d'accord, ce n'est pas vraiment malin de faire ce genre de dessins, sans en donner les clefs pour la compréhension.

Je ne me revendique pas de Cabu, sauf dans sa volonté à défendre la libre pensée (tant qu'elle n'appelle pas à massacrer quiconque), et de son personnage du grand Duduche, dans lequel je me retrouve régulièrement psychologiquement, quand bien même cela peut agir comme du poil à gratter chez certains!Rigolant

Ceci dit, respect à Cabu et à son oeuvre en général. C'était un dessinateur génial.

 

oui et alors!!! les salopards de boko haran le discreditent encore plus!! et la tu la boucle, intégriste de mes deux!!

  • Nouveau
  • 15/01/2015 23:04
  • Par

À propos d'une classe de CAP mécanique.
"Les autres, la majorité, nés en France, ne possèdent pas les compétences fondamentales : ils savent lire mais ne comprennent pas la moindre complexité, écrivent dans une langue déplorable, sans ponctuation, sans conscience claire de la segmentation des mots, sans maîtrise de la syntaxe ou de la conjugaison. Ils ont aussi de très grandes difficultés en mathématiques, ne savent pas lire les très grands nombres, paniquent devant une petite addition.
Ils sont intelligents, ils ont des valeurs morales, ils raisonnent. Ils sont presque tous issus de familles non-francophones. Et ils ont fait toute leur scolarité en France. Ils ont 17 ans, et ils seront bientôt des adultes n'étant pas suffisamment instruits pour évoluer en autonomie dans notre monde si complexe."


Lu dans cet article.
Sans autre commentaire.

J'ai été enseignante et moi aussi ça me fait pleurer (comme j'ai pu le lire dans un autre commentaire).

Pleurer encore quand la ministre de l'EN, ignorante, parle comme un robot bien huilé.

 

Comme je vous approuve.

Pleurer encore quand la ministre de l'EN, ignorante, parle comme un robot bien huilé.

C'est ça qui vous fait pleurer, ma biche ? Mais moi, si je pleure, c'st en faisant le constat souligné un peu plus haut. Qu'avez-vous fait contre ?

Je suis prof, je suis athée mais ça ne regarde personne. Je me refuse à disuter avec des êtres vivants qui ne sont pas à leur place dans la cmlasse dans laquelle j'enseigne, à cause du laxisme du système et de mes collègues.

Je m'occupe des bons, pour faire en sorte qu'ils deviennent encore meilleurs dans la discipline que j'enseigne.

Je n'ai que faire de ceux qui ne sont pas à leur place, et certainement pas de faire leur éducation civique à la place de leurs parents.

Par ailleurs, dans le civil (c'est à dire en dehors de mes cours) je pense que ce ne sont pas les islamistes qui posent problème mais l'Islam, au même titre que les autres religions monothéistes.

 

Cher monsieur, vous ne remplissez tout simplement pas la mission éducative de votre fonction. Il serait bon que vous quittiez l'Éducation nationale pour cette raison ; et si vous rechignez, qu'on vous aide à comprendre ou qu'on vous exclut.

En effet , mais cette mission étant impossible,...... Autant l'assurer convenablement auprès de ceux  qui le meritent et le souhaitent, les autres de toutes façons n'auront aucune chance pour la suite dans le système, et vont se faire massacrer dans le supérieur,  donc concentrer  ses efforts sur ceux qui le peuvent est à mon avis une excellente strategie....c'est celle que j'ai adoptée pendant quarante ans dans ma carrière...'Un prof ce n'est  pas un curé!! Un sur dix aura accès un poste de cadre....le reste ..... ce sont des  jobs d'executant... 

je suis désolé, j'ai fait plein de fautes en écrivant trop vite parceque l'angélisme ambiant me fait perdre mon sang froid

Pas grave, moi aussi, la tablette me joue des tours!!

Et d'ailleurs, si tout le monde faisait comme moi, et si nous avions un réel soutien-c'est à dire une défense de notre autorité-il n'y aurait aucun problème.

Les religions et l'éducation ne sont pas les seuls problèmes: il y a aussi la démission des politiques, après celle des parents.

  • Nouveau
  • 15/01/2015 23:31
  • Par

J'ai regardé sur Arte "28 minutes" et j'ai été bien surprise du sort qui est fait à la laïcité dans certains établissements. Madame Latifa Ibn Ziaten, la mère du soldat qui a été assassiné par M Mérhad était invitée. Cette femme se rend dans les établissements, je suppose qu'elle garde son voile pour intervenir auprès des élèves. A St Etienne devant 500 lycéens, elle a fait faire la minute de silence AVANT la consigne donner par l'Education Nationale ! Le proviseur a dit "Mme Latifa Ebn Zaten vous demande, avec mon accord de faire une minute de silence", les élèves l'ont faites. Ce qui lui a fait ajouté "certains professeurs expliquent pas, ils arrivent dans la classe .... ". Demain, elle sera à Argenteuil !

Je respecte le chagrin de cette femme. Il ne lui donne pas cependant le droit, d'aller, voilée, dans les établissements scolaires pour tenir quels propos aux élèves ? Par ailleurs, je suppose que cela se fait sur le temps de cours des professeurs.

Ce matin j'ai aussi entendu sur France Inter, des journalistes proposer d'aller dans les établissements scolaires pour expliquer leur métier. La façon dont certains journalistes ont traités le sujet est inquiétante et ils vont aller expliquer aux élèves ? "les nouveaux chiens de garde" frétillent. La semaine de la presse existedéjà, c'est bien suffisant.

 

 

Il faut récompenser les travail et déveloper les capacités.

 

Il faut faire des classes de niveau: classes de bons pour les bons, classes de mauvais pour les moyens, (et des garderies pour les singes, avec des profs moins compétents et moins payés).

Il faut aussi faire respecter les lois de la république, et ne tolérer aucun débordement par rapport au respect de la plus stricte laïcité.

Couleur, odeur, religion ne doivent pas exister pour nous. Seuls doit compter le potentiel scolaire.

Il faut que les bons, qui concentrent notre avenir, deviennet meilleurs. Nous savons bien que les autres, qui sont déjà une charge pour la société auront (pour quelques temps encore ) le RSA. C'est le principe de la récompense du parasite. ça suffit.

Il faut, il faut... Il faut que vous fassiez votre boulot surtout, sans chercher d'abord la paille dans l'oeil de votre voisin. Votre discours est anti républicain, vous ne méritez pas d'être professeur.

On voit bien que vous ne savez pas très bien ce que recouvre le concept de république.

D'ailleurs, quand je dis il faut, je fais aussi.

 

C'est vous qui décernez les diplômes? Qui décrétez les qualifications? Vous êtes socialiste, sans doute??

...Seuls doit compter le potentiel scolaire...

Menteur ?

Bonsoir, 

et les amis, les profs, ce qu'il voudraient, c'est seulement un peu de soutien, des solutions pratiques...pas les critiques incessantes de donneurs de leçon...à trois balles.

Agressions de profs, suicides de profs...c'est pas des choses dont on entend parler peut-être?

Et vous, beaux messieurs qui savez tant de choses, comment donc vous y seriez vous pris?

Les profs sont abandonnés à leur sort dans leur classe, ils se doivent d'être ,en quelque-sorte, un modèle de la république...une image parfaite

Et qui? aujourd'hui, pourrait ,ne serait-ce que prétendre, incarner ce Modèle?

Que chacun se regarde et se juge.

Que chacun regarde le monde tel qu'il est dans toute sa complexité et qu'un seul me l'explique...

Si on se sort de cette histoire un jour, ce sera forcément ensemble...

Ma liberté d'expression républicaine j'en use ce soir pour dire un truc très con : Unissons nous, réapprenons la compassion...soutenons les, les profs, les médecins,les infirmières, les gardiens de prison, les flics, les magistrats et les autres tous ceux qui sont sur le terrain...

Par exemple en écoutant réellement leurs revendications syndicales...

en appuyant leurs mouvements de grève...Leurs actions politiques.

En laissant un peu tomber les exellentes vannes gouleyantes sur les "fontionnaires" et en riant un peu plus de notre connerie personnelle...

Alors, oui, de tout coeur avec vous les profs, et bravo pour votre travail...

Continuez de faire ce que vous pouvez, ce sera toujours mieux que ce que des ronds de cuir vous préconniserons de faire bientôt dès qu'ils seront sorti de leurs abris.

 

Les professeurs avaient donc une double mission :

- prévenir et éviter toutes les dérives racistes qui consistent à amalgamer arabes et terroristes (bien que les principaux concernés ne font rien contre, au contraire).

- mais visiblement il convenait aussi parfois de réaffirmer nos valeurs, de rappeler notre droit à dénigrer l’ensemble des religions (en insistant sur la distinction entre les individus et les religions), notre droit à blasphémer n’importe quel dieu quoi qu’en pense l’UMP qui voulait réintroduire il y a quelques années un délit de blasphème !

Après il est temps aussi de regarder la réalité en face et de cesser d'ignorer le fameux éléphant rose au milieu de la pièce. A mon époque, lors des attentats du 11 septembre ou ceux de Madrid personne ne se serait permis de siffler la minute de silence. On le voit bien dans l'article certains jeunes musulmans ont un problème d'antisémitisme (et d'homophobie) en plus de rejetter la laïcité.

(ALLAH--YHWH--DIEU), ne m’a pas créé. Jusqu’à PREUVE du contraire…C’est le hasard qui m’a créé, Il m’a d'abord fait : Cyanobactérie, sans noyaux, puis : Eucaryote bactérie avec noyaux, comme tout un chacun de nos jours… Tout un chacun, QUE JE NE TUE PAS, s’ils pensent : qu’ils sont LE peuple élu. S’ils pensent : qu’ils sont créés à l’image de leur Dieu. S’ils pensent : que leur Prophète est ‘’grand‘’. S’ils pensent : Que Dieu est une hypothèse… Entre, la loi républicaine laïque, et, la ‘’loi‘’ religieuse, je vous laisse deviner mon choix !

Il faudrait le faire avant de distribuer la nationalité française à des salafistes qui nous haissent!!

Voici la solution :

Une danseuse ? bizarre

ben moi aussi, ça m'étonne

le boulot de prof est dure, changer et devenez policier, vous aurez les mêmes individus en face de vous mais en pire. 

Oui, il faut discuter, débattre, encore discuter et faire réfléchir. Bel article

Ah ben oui, ramer toujours, mais sans pagaie, sinon c'est trop facile.

L'autorité comme le respect, la démocratie, la liberté d'expression doivent faire partie du dialogue que les profs ont, tous les jours, avec leurs élèves... Bon courage, les Profs. Ce n'est pas la police que l'on doit applaudir, C'EST VOUS...!

http://phil195829.overblog.com

  • Nouveau
  • 16/01/2015 09:19
  • Par

D'un côté Lassana Bathili, de l'autre Boko Haram, de quoi réfléchir me semble-t-il.

Hollande a su deployer militaires, gendarmes, polices pour "protéger " les gares, les centre commerciaux ... Et pour nos "proteger" nos écoles, les enseignants ont reçu une circulaire avec un lien pour les aider a parler de la laÏcité! C'est à pleurer de rire ou rire de désespoir. Pourquoi ne pas avoir envoyer dans nos écoles nos intellectuels, artistes, universitaires qui ont écrit, chanter, dessiner la Liberté.

 

  • Nouveau
  • 16/01/2015 09:21
  • Par

Pour une fois je trouve cet article de Médiapart plutôt bien fait, équilibré montrant les différents points de vue et la complexité des choses ! Mais PLENEL est islamophile ! Ah si Médiapart pouvait procéder ainsi pour l'international ! Ah si Médiapart à propos de l'Ukraine, de la Russie, de Poutine avait procédé de même en présentant de manière équilibrée le point de vue et la perception des différents camps et leur avait donné la parole au lieu d'anoner la propagande de l'OTAN ! Mais Médiapart est Russophobe et Poutinophobe !

Hollande a su deployer militaires, gendarmes, polices pour "protéger " les gares, les centre commerciaux ... Et pour nos "proteger" nos écoles, les enseignants ont reçu une circulaire avec un lien pour les aider a parler de la laÏcité! C'est à pleurer de rire ou rire de désespoir. Pourquoi ne pas avoir envoyer dans nos écoles nos intellectuels, artistes, universitaires qui ont écrit, chanter, dessiner la Liberté.

 

  • Nouveau
  • 16/01/2015 09:29
  • Par

" Pour les enseignants, il faut dialoguer.................diloguer"


Le gouvernement et les médias (excepté MDP) ne font pas leur boulot et passe la patate chaude aux enseignants. A ceux-ci de la passer à quelqu'un d'autre ! Personnellement, ce sont mes parents qui m'ont éduqué et non mes instituteurs et professeurs.

Que font les parents ????? Que fait la police ?Sourire

DIALOGUER, c'est très bien, mais ça ne suffira pas. On en reparlera. Ne faisons pas l'autruche !! Je suis très pessimiste quant à l'avenir. J'espère beaucoup me tromper.

ALLEZ !!!! LES ENSEIGNANTS !!!! sortez-nous du caca !!!!! Nous sommes avec vous !


Le probleme en France réside dans 4 faits:

1- Faire respecter strictement la loi de 1905 parfaite séparation des religions de l'état et de ses représentant ( Des représentants de la république au Vaticant c'est une faute).
Expliquer aux citoyens la séparation de l'église et de l'état.

2- Le dimanche matin sur antenne 2 expliquer aussi la libre pensée et l'athéisme.( sexualité avant le mariage, contraception, liberté de raisonner sur la pensée unique.... )

3- Reconnaitre l'état Palestinien et condamner les crimes d'Israél signaler par les cours de justices internationales.

4- Réduire la misère qui exclus des citoyens de la république.

  • Nouveau
  • 16/01/2015 13:38
  • Par

***

DIALOGUER ... Avec QUI

DIALOGUER .. Avec quels moyens ?

Faut arrêter de se masturber l'esprit dans ce pays, les Bisounours et "Tout le monde il est gentil .." c'est fini ! Rappelez vous nos chers ministres Daladier & Chamberlain qui sont revenu de Berlin avec un grand sourire en 39 .. on connait la suite. Au passage remercions Giscard et son regroupement familial et notre cher "nain malefique" avec la suppression de la police de proximité, qui était un excellent outil. Mais c'est plus facile de dépenser du fric dans les voyages et la bouffe de ces messieurs du pouvoir que dans les choses intelligentes et utiles.

A ce tarif c'est pas 25% que va faire la marine mais 50% avec 10% d'abstention seulement aux prochaines elections . Je plains sincerement les genrations futures.

Mais peut-être aurait il fallu y penser avant ... 17 Executions arriveront-elles à nous reveiller ?

"Rappelez vous nos chers ministres Daladier & Chamberlain qui sont revenu de Berlin avec un grand sourire en 39 .. on connait la suite."

Vous parlez peut être des accords de Munich en 1938

  • Nouveau
  • 16/01/2015 13:47
  • Par

Respect à tous ces enseignants   !!,livrés à eux même dans le chaudron de la société.

On leur demande tellement de choses mais il me semble difficile de former un citoyen lorsque les classes dépassent souvent 30 élèves.

Ces derniers jours les éditocrates et cie (les mêmes qui demandent de "dégraisser le mammouth")demandent aux enseignants d'expliquer ceci ou cela aux élèves ,pourtant l'équation est difficile à réaliser avec des moyens en moins.

La recette des impôts est  pour les patrons et sert  également  à faire la guerre mais l'éducation et la santé est le dernier de leurs soucis.

Pour tenir une société il faut lui faire peur et c'est cela qui se passe .

On leur demande tellement de choses mais il me semble difficile de former un citoyen lorsque les classes dépassent souvent 30 élèves.

La question des effectifs trop élevés est de plus en plus abordée comme un frein. Maintenant, on n'arrive plus à recruter des profs, d'où la campagne télévisée neu-neu actuelle. Oui, il faut revaloriser les métiers enseignants, comme il faut revaloriser toutes les professions dans ce pays, sauf les cadres sup et les patrons.

Et, au-delà de la question de la rémunération, il faut que les jeunes enseignants soient réellement formés, soutenus, qu'ils constatent que les acteurs du système coopèrent, agissent sur les mêmes valeurs. Et je le regrette : ce n'est pas le cas.

"qui est chargée de transmettre des valeurs". ou d'instruire ? chacun n'est il pas libre de ses valeurs, le but étant qu'elle soient un minimum réfléchie, construites, et respectant l'autre ? l'education nationale souffre toujours de ne pas s’appeler instruction publique. de plus si les valeurs sont un facteur descendant, imposé, elles ne sont par définition pas communes. quand on connait tout le mal que se donnent les enseignants pour que les élèves construisent leur savoir, apprennent à rechercher, ce discours de la ministre de tutelle est aberrant. c'est justement sur ces questions, en partant de LA situation sociale (qui est un facteur unifiant) et DES cultures DES élèves (qui potentiellement sont des facteurs clivant), que l'école pourrait construire le vivre ensemble (comme ils disent) et des valeurs communes, qui dans quelques années pourraient devenir un facteur stabilisant pour la société. mais de facteur stabilisant ils n'en veulent pas. il est bien plus utile de diviser et d'imposer un règne colonial, dont l'acceptation (totale) ou le rejet (tt aussi total) sont le facteur structurant, justifiant dès l'école la promotion des uns et la criminalisation des autres. ils ont raison, ils ne sont pas racistes, ils ne sont pas élitistes. c'est un système unique, structurant, à l'apparence tout à fait logique et NEUTRE, totalitaire.

Je viens de voir l'hommage à Charb qui m'a boulversé, j'en ai fait un article :

MARRE DES CONNARDS : Levons le poing pour Charb et les autres !

J'y parle notamment d'une idée qu'il faudrait mettre en place. Avec l'école, reprendre la main sur ce qui circule sur internet est très important. Je propose donc un moyen d'action qui demande de l'aide (de la visibilité notamment)

Merci donc si vous passez par mon billet

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

pour continuer à réfléchir, il faut des outils :Centre de Prévention contre les Dérives Sectaires liées à l'Islam

http://www.bouzar-expertises.fr/

 

Bonjour a vous,

Une question :  Comment a été demandé, aux eleves, le respect de la minute de silence???

Il y a t'il eut un debat ensuite ,avec ses eleves qui n'ont pas respecte ,cette injonction???

Liberte d'expression????

LOLOLOLOLOLOLOL

Le site " Centre de Prévention contre les Dérives Sectaires liées à l'Islam" propose des livres, des outils  pour comprendre et faire comprendre la laïcité

http://www.bouzar-expertises.fr/experiences-professionnelles-et-partenaires

Dounia Bouzar est :Docteur en anthropologie du faite religieux et de la laïcité Experte Discriminations auprès du Conseil de l’Europe

 C'est aussi une femme magnifique ne ratez pas ce site et demandez des intervention,des formations, auprès de votre rectorat, patronat....

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

Le pédagogisme, un serpent qui se mord la queue. Qui est chargé de transmettre les "valeurs"? l'Ecole, Hou, la, la! Et la rue, le bas d'immeuble, l'escalier, la cave, les potes (tu parles), Papa et Maman, Tonton, Tata, Pôle Empoi, Pépé, Mamie, Robert l'entraîneur, le dealer du coin, les curetons des différentes révélations, l'épicier, le boucher, le bistrot, les policiers, les élus, la grosse Lulu, Voici, Gala, l'Equipe, Aujourd'hui,  Call of Duty et surtout les télés, celles de M Bouygues en tête, qui  martèlent leur bêtise moutonnière (appelée consensuelle)... L'Ecole se devrait aujourd'hui d'être le seul remède de tout ça, encombrée qu'elle est déjà de programmes nécessairement chargés, compte-tenu de ce qui est dit plus haut!

 

La religion ainsi mal appréhendée fait tout simplement son lit dans l'ignorance, ces jeunes ne font que reproduire ce qu'ils entendent chez eux. Le rôle de la République laïque et -réellement- démocratique est de les aider à se tirer de là, en tout cas leur donner les clés. L'islam en soi n'est pas en cause, il faut se calmer,  la question se pose aussi pour d'autres religions, sectes et même pour ceux qui ne pratiquent aucune religion : c'est le savoir qui manque cruellement.

Je laisse parler un grand laïc, ex-chanoine de Latran, le ci-devant citoyen Sarkozy.  

Dans la transmission des valeurs et dans l'apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l'instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur, même s'il est important qu'il s'en approche, parce qu'il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d'un engagement porté par l'espérance. 

Je note que les imams, ça n'existe pas...

Relire le discours intégral ici : ça vaut son pesant de cacahuètes et de jésuitisme. 

http://www.lemonde.fr/politique/article/2007/12/21/discours-du-president-de-la-republique-dans-la-salle-de-la-signature-du-palais-du-latran_992170_823448.html#TaorkA0eeXRuSr89.99

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Je suggère, non, je lance le défi aux caricaturistes de Charlie Hebdo où d'ailleurs -ceux qui défendent leur droit à souiller des symboles religieux au nom de la liberté d'expression- qu'ils aillent dans les collèges et lycées de ce qu'on appelle les quartiers sensibles, faire œuvre de pédagogie. Qu'ils s'expliquent, qu'ils justifient ce droit au respect... à sens unique. C'est vrai, comment peut-on demander à tous ces jeunes de respecter les valeurs de la république et "du vivre ensemble" quand on ne respecte pas leurs propres valeurs ?

Peut-être verront-ils dans le regard de tous ces jeunes un grand désarroi, l'abîme qui les sépare, peut-être seront-ils touchés par leur sincérité, l'authenticité de leur indignation. Peut-être cela permettrait-il à ces caricaturistes de comprendre l'indignation du monde musulman. Car tourner en dérision le prophète Mahomet, c'est aussi tourner en dérision l'histoire, la culture, la famille et jusqu'aux pères et mères qui s'inclinent à la mosquée.

Cela me paraît déjà lâchement facile de caricaturer un symbole religieux plutôt que tel roi du pétrole ou chef de guerre, les vrais responsables de l'obscurantisme qui sont aussi les oppresseurs de peuples entiers. Mais c'est vrai, il ne faudrait pas prendre le risque de voir se tarir les robinets à pétrole.

Allez, qu'ils aillent dans les collèges et lycées et qu'ils convainquent tous ces jeunes. S'ils y arrivent, c'est à vie que je porterai le badge "je suis Charlie".

S'ils n'y arrivent pas, qu'ils arrêtent !

Aux cas ou vous ne l'auriez pas remarqué, les journalistes et Charlie hebdo sont des athées.

Hors, pour un athée, tout ce qui relève de la religion relève du mythe, autant dire que cela correspond en gros à croire au père noël, et se moquer du père noël ne constitue pas une faute.

Pour un athée, le fait de se moquer des religions est un devoir moral, un moyen de mettre les croyants face à leur contradictions, dénoncer l'absurdité des dogmes, provoquer un électrochoc au moyen de l'humour puisque vous niez depuis des siècles ce que la science nous démontre jour après jour: QUE DIEU N'EXISTE PAS.

Je ne vois pas pourquoi ces gens devraient aller se justifier de quoi que ce soit devant une bande de gamins à peine pubère qui ont décidé de suivre une religion pour camoufler leur haine de la société qui les à mise à l'écart derrière des convictions religieuses.

Leur place était bien là ou ils étaient même si mercredi dernier ils ont croisé le chemins de deux abrutis d'illuminés.

 

la science nous démontre jour après jour: QUE DIEU N'EXISTE PAS.

je suis curieux de connaître cette démonstration.

En vérité, les religions n'ont jamais pu démonter que dieu existe comme les sciences n'ont jamais démontré que dieu n'existe pas.

Pour le religieux : "je CROIS que Dieu existe"; pour l'athée : "je CROIS que dieu n'existe pas"

 

Dieu est une hypothèse...

même s'il n'est pas certain que Laplace ait dit exactement et qu'on ne connaît pas exactement le contexte qui lui fit ajouter à l'adresse de Napoléon " ....dont je n'ai pas eu besoin "

Les scientifiques ont démontré depuis un moment déjà que l'univers est né du big bang.

Avant le big bang, le temps et l'espace n'existaient pas. Si le temps n'existe pas il est impossible qu'une action se produise car le temps est indispensable pour cela.

Dieu n'a donc pas pu créer l"univers en 7 jours comme le dit votre bible.

Voilà la démonstration en deux lignes que l"existence de dieu est largement mise à mal par la science et nous n'en sommes qu'au début. A tel point qu'un jour prochain les religions monothéistes actuelles ne seront pas plus crédibles que les anciennes divinité grècques de la mythologie. 

Bonne soirée.

A ceux qui me déconseillent en particulier et à tout le monde, en général, je conseille d'aller lire la genèse de cette affaire des caricatures de Mahomet.

 

http://fr.m.wikipedia.org/wiki/Theo_van_Gogh_(r%C3%A9alisateur)/


http://fr.m.wikipedia.org/wiki/Caricatures_de_Mahomet_du_journal_Jyllands-Posten

 

Quant à moi, je prépare quelque chose à destination des survivants de l'holocauste* que vont bien finir par provoquer les intégristes de tous bords.

 *holocauste : Utilisé dès le xixe siècle dans les langues française et anglaise pour désigner le meurtre à grande échelle d’un groupe social ou ethnique[1

Vous oubliez que Jiseuce Kryste marchait sur l'eau.

Sans compter Ah Bras Àm qui fendait les eaux.

Les esprits, par manque de références scientifiques, étaient malléables. Mais... on me dit dans l'oreillette qu'il en subsiste ! ;-O

agnostique la bible n'est pas ma référence.

Dans Wikipedia.

Les problèmes apparents posés par le Big Bang et leurs solutions

L’étude des modèles de Big Bang révèle un certain nombre de problèmes inhérents à ce type de modèle. En l’absence de modifications, le modèle naïf du Big Bang apparaît peu convaincant, car il nécessite de supposer qu’un certain nombre de quantités physiques sont soit extrêmement grandes, soit extrêmement petites par rapport aux valeurs que l’on pourrait naïvement penser leur attribuer. En d’autres termes, le Big Bang semble nécessiter d’ajuster un certain nombre de paramètres à des valeurs inattendues pour pouvoir être viable. Ce type d’ajustement fin de l’univers est considéré comme problématique dans tout modèle physique (en rapport avec la cosmologie ou pas, d’ailleurs), au point que le Big Bang pourrait être considéré comme un concept posant autant de problèmes qu’il n’en résout, rendant cette solution peu attractive, malgré ses succès à expliquer nombre d’observations. Fort heureusement, des scénarios existent, en particulier l’inflation cosmique, qui, inclus dans les modèles de Big Bang, permettent d’éviter les observations initialement considérées comme étant problématiques. Il est ainsi possible d’avoir aujourd’hui une vision unifiée du contenu matériel, de la structure, de l’histoire et de l’évolution de l’univers, appelée par analogie avec la physique des particules le modèle standard de la cosmologie.

Bien à vous.

Moi je suis d'accord avec vous.

Le coup de "on est athées" donc on peut dire que le prophète est ceci ou ça, ce coup là fonctionne si on est dans le vide. C'est un raisonnement pour un monde virtuel où la loi écrase tout.

Si on prétend avoir des finesse de gauche comme le "vivre ensemble", alors on évite de choquer.

Mais là, il s'agit de nuances, et les nuances c'est très difficile à faire sur MdP.

Tout commence par le respect de son prochain, quelle que soit sa couleur, sa foi, sa non foi.....

Rien de plus a dire....

 

Très bon article qui rejoint ma réflexion personnelle :

 

http://blogs.mediapart.fr/blog/vincent-mudry/150115/les-enfants-perdus-de-la-republique

  • Nouveau
  • 16/01/2015 17:20
  • Par

Ces jeunes, sont des élèves, mais aussi les enfants de notre société française, de la télévision, d'internet.....

Comment peut-on leur faire croire que nous "sommmes tous Charlie"? Puisque nous savons, du moins je l'espère, que les choses ne sont pas aussi simples. ( Souvenez vous des commentaires qui trouvaient indécent que des ouvriers coiffent le même bonnet rouge que leurs patrons).

Et ces enfants doivent faire la synthèse des informations, des discours, ils s'expriment en classe.  L'école n'est pas le lieu d'une quelconque pensée unique.

Dialoguer c'est d'abord écouter. Préciser ; d'où je parle, étudier les faits dans leur contexte et pas seulement le matin du 7 janvier. Constater les points d'accord et de désaccord. et surtout que les déssaccords portent sur l'analyse et non sur les personnes.

Enfin que la liberté ne nous fasse pas oublier l'égalité et surtout la fraternité.

 Pour ceux qui me trouveront bien naïf: déconseiller n'est pas dialoguer.

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.
Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

Je ne comprends toujours pas ce concept de laïcité tant débattu parmis les commentaires!!! Quelqu'un peut me rappeler ce qu'est la Laïcité? Car d'après ce que je lis, on ne m'a surement pas enseigner cette définition à l'Ecole.

Lorsque l'ensemble de la société civile a abandonné l'éducation de ses enfants, elle s'est retranchée vers les éducateurs, en l'occurrence l'éducation nationale. L'ensemble des couches sociales est entrée en "lâcheté" ; peur du passé, peur du nouveau, personne n'assume et les gosses sont pommés !

Le rôle des profs, des instits n'est pas d'éduquer mais d'instruire. L'éducation c'est l'enfant qui se la fait dans son milieu interactif, parents, médias, copains(profs aussi) qui nourrit son développement intellectuel et émotionnel.

Nous sommes hébétés, et les ados(révolté par nature) haïssent notre hébétude et le vide de nos réponses...

Je ne suis pas enseignant, mais j'ai pu constater que la plupart d'entre eux fait du bon boulot, cependant, seul,s ils n'arriveront à rien !

OUI ! OUI ! OUI ! Il faut dialoguer.

Appel du Pacte civique - L’esprit du 11 janvier 2015 

Nous avons tous vécu, ce dimanche 11 janvier, un évènement exceptionnel, qui marquera sans doute l’histoire de notre pays. Essayons, sans céder au culte de la réaction immédiate, d’en tirer quelques enseignements.

Nous demandons d’abord au Président de la République et au gouvernement de prendre une initiative forte pour lancer la construction collective de ce qui reste le parent pauvre de notre République, le volet de la fraternité. Ce chantier doit s’étaler dans la durée, et mobiliser l’ensemble de la société, collectifs, associations, syndicats, partis politiques, élus, entreprises, services publics et simples citoyens. Il ne doit pas avoir pour seule ambition de rassembler le peuple, dans l’esprit du 11 janvier 2015, mais aussi de construire ensemble, dans tous les domaines de la vie sociale, des réponses aux défis d’aujourd’hui et de demain.

Nous demandons aussi aux partis politiques de changer de regard sur la société et de comportement collectif : considérer qu’ils ne détiennent pas toutes les solutions, qu’ils doivent s’appuyer sur l’ensemble des forces vives de la société pour définir et préparer la transition vers la société de demain ; cesser de semer la division, accepter de débattre entre eux, et avec la société civile.

Nous demandons surtout à toutes les forces de la société, aux salariés et aux dirigeants des entreprises, aux agents de l’Etat et des collectivités, aux enseignants, aux soignants, à toutes les organisations citoyennes, dont nous faisons partie, aux associations religieuses, syndicales, culturelles, sportives, d’élargir leur action, de coopérer, et d’élaborer en commun des propositions pour sortir du culte de la compétition et de l’argent-roi, ennemis de la fraternité, et pour assurer dans les faits une égalité d’accès aux biens communs. 

Nous demandons aux médias de changer de regard sur la société et sur leur métier : sortir de la « bulle médiatique » qui les enferme, rendre compte du mouvement de la société, préférer la réflexion longue à l’approximation immédiate, nourrir et organiser un débat approfondi et respectueux entre opinions et intérêts différents, contribuer à construire la fraternité.

Nous demandons à l’ensemble des citoyens de poursuivre la formidable entreprise qu’ils ont lancée, d’approfondir leur vision de la fraternité en recherchant les meilleurs équilibres entre liberté et responsabilité, entre droits juridiques et obligations morales, entre épanouissement personnel et engagement au service de la collectivité, de réfléchir à la manière dont ils peuvent contribuer, concrètement, avec modestie et détermination, à la transition vers la société dont ils rêvent.

Jouons collectif ! Ne laissons pas retomber l’élan du 11 janvier 2015 !

http://www.pacte-civique.org/Accueil

A Bobigny, il y en a une qui a bien dérapé...

On touche le fond...

Avocats : â vos plaidoiries !

http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/01/16/bobigny-une-enseignante-mise-a-pied-pour-avoir-tenu-des-propos-complotistes_4557525_3224.html

Un prof, c'est quelqu'un qui fait un enseignement sur une discipline pour lequel il a été formé.

Il n'enseigne pas "la république" ou "la laïcité" ou "nos valeurs" pour lequel il est totalement incompétent en termes pédagogiques (il pourrait au mieux enseigner son point de vue, ce qui est franchement inquiétant).

Il n'y a pas d'élan du 11/01/2015, c'est un leurre et surtout une bouillie informe.

Pour l'instant, la seule mesure d'état prise, c'est la reconduction du budget de la défense ; quelle avancée !

Seulement, pour conserver en l'état le budget de la défense, il va falloir rogner sur les autres ; et ça va s'agraver inéluctablement...

  • Nouveau
  • 16/01/2015 18:30
  • Par

D'accord avec Jacques Bolo.

Idem pour le commentaire de Canopée :

"J'ai fait la minute de silence... C'est un choix. La rendre obligatoire pour des élèves c'est nier leur liberté d'expression. Ceux qui le désiraient devaient pouvoir le faire en toute tranquilité mais ceux qui ne le désiraient pas devaient pouvoir s'en abstenir."

D'ailleurs, cette minute était-elle obligatoire ? Pour les profs ? Les élèves ?

Quant à l'Union sacrée, non merci !

J'ajoute par ailleurs, qu'il faudrait cesser de sacraliser le boulot de journaliste. Le quotidien du localier ou du SR n'est pas très glamour. Ce n'est qu'un boulot qui se termine de plus en plus souvent au Pôle Emploi.

 

France’s much vaunted secularism is not the neutral space it claims to be

http://www.theguardian.com/commentisfree/belief/2015/jan/16/france-much-vaunted-secularism-not-neutral-space-claims-to-be

Un dialogue ne peut être mis en oeuvre que s'il existe une véritablement  mutualité(au sens d'égalité) humaine.

Ce partage mutuel des valeurs n'existe pas en France ; trop de discontinuité socio-économiques, clivages cultuels et culturels insolubles, pas de perspectives pour la "jeunesse sacrifiée" sur l'autel du profit capitaliste.

La régression est partout comme fruit vénéneux de la misère(comprise dans tous ses sens).

je suis charlie © jeeper je suis charlie © jeeper

"On a eu autant de mal à chier cette couverture que d'avaler l'assassinat de nos potes" c'est ce qu'a déclaré Luz en réponse à un journaliste et c'est passé sur toutes les chaines de télé.

Est-ce bien utile et bien responsable d'en remettre sans cesse une couche dans la provocation et la vulgarité ?

Demain le collégien, en tendant sa copie de résumé de texte au professeur lui fera remarquer qu'il a eu du mal à chier son résumé. Et cet autre dira qu'il a du mal à avaler l'insulte etc etc. Et on se demande comment aider les enseignants...

Croire, au sens religieux, peut amener à tuer, je suis d'accord. Le bilan, toutes religions confondues, depuis 2000 ans, est sans appel. Mais croire, penser, rire, créer, c'est ce qui nous distingue, entre autre, de la bête. Et on n'a pas besoin de la religion pour cela.

Quand dénoncerons-nous les rites initiatiques religieux imposés aux enfants comme des abus de faiblesse ? Ce serait un bon début...

Le bilan, toutes religions confondues, depuis 2000 ans.

Surement parce qu'avant 2000 ans il n'y avait pas de religion!

Le bilan des athéismes du xxème n'est pas mal non plus.

CROIRE TUE

Vous croyez ?

Si il y avait des religions il y a 2000 ans!! Et avant et même il y a 5000 ans! Quel ignare!!

Nous y sommes....en bas et face au grand mur.

Depuis des années nombreux sont ceux qui avaient mis en garde , dont moi , contre une assimilation que ne se faisait plus , alors qu'elle aurait du etre contrainte.

Qui y a t-il d'extraordinaire a ce que des cultures vivant en commun sans lien ou meme en oppositions religieuses, se divisent sur Charlie .

Moi j'accuse tous ces politicards qui pour rester a la gamelle ont accepté la pénétration de notre ancestrale culture par ceux la meme qui la combattent...leur offrant gites et couverts contre rien....

On en est a payer des prestations sociales a des gens qui les utilisent pour aller s'entrainer a nous détruire. Ils reviennent tranquillement et organisent leurs méfaits contre ceux qui les nourrissent et il  se trouve toujours des ames pertubées pour les défendre.

Savez vous que les Juifs haissent les Musulmans et que les Musulmans haissent les Juifs et ce depuis des siécles ?

Nous sommes devenus des complices , victimes et témoins de ces guerres qui n'ont rien  a voir avec nous...Nous nous sommes tapés 1500 ans les curés...On a donné...merci.

Rien ne va s'arranger sans actions .

Moi je crois que c'est déjé trop tard . Il faut imposer nos traditions , notre culture a tous ceux qui veulent partager notre terre.

A voir tous ces pleurnichards politicards pleurer en Coeur, imaginent- ils une minute qu'ils sont responsable de ce gachis , de l'assassinat de Charb , de cabu et des autres par manquements graves a leurs responsabilités...

Demandez donc a un sénateur de la République s'il se sent responsable de quelque chose...Il ne sait meme pas de quoi vous parlez ce Satrape, et pourtant ils sont couverts de priviléges et ce pour 350 millions par an...

 

Pendant que l'on débat, le gouvernement rakette les enfants  pauvres. Les fonds sociaux des collèges et Lycées sont diminués ! ils sont passés  2001 / 2013 de 70 à 32 millions d'Euros, une baisse de 60% ! alors que la misère explose et le nombre d'élèves n'a cessé d'augmenté. C'est sans doute cela que signifie " réduire la fracture sociale " de tout nos "bien pensant ". Pauvre Education nationale détruite depuis des décennies ! avec la complicité des moyens " d'informations aux mains du capital rendant autistes les citoyens.

 Et que dire du député PS Malek Boutih voulant mettre au nom de la sécurité :" sous tutelle d'Etat " des quartiers, voire des villes !  Et au non de cette même sécurité : cette petite musique que les partisans de l'austérité, seuls invités des mé(r)dias, commencent à nous seriner : " social ou sécurité il faudra choisir ! "

“Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux.” [Benjamin Franklin]

 

 

 Merci pour ce billet qui aide à comprendre.

Un adolescent est en construction. Nous avons été adolescents et nous avons, nous aussi, dit des horreurs.

En 1970, lorsque le général de Gaulle est mort,  j'étais dans un internat. La surveillante nous a annoncé en plein réfectoire que nous allions avoir un jour de "vacances" en hommage à ce "grand homme". Pour nous, le général de Gaulle était un vieux monsieur , symbole d'un conservatisme dans les idées, pas très favorable à la liberté d'expression ... etc ... Nous avions 17 ans.

Notre réaction  : éclats de rire, enthousiasme, applaudissements !!! 

C'est alors qu'une vieille dame s'est  levée pour prendre la parole en pleurant. C'était notre infirmière et elle avait été résistante.

Je ne me souviens plus  exactement de ce qu'elle nous a dit mais je peux vous assurer que j'ai été marquée à jamais. Aujourd'hui, je suis heureuse d'avoir rencontré cette personne sur ma route, cette personne qui m'a appris qu'on pouvait faire beaucoup de mal sans le vouloir... qu'il fallait essayer de voir le point de vue de l'autre.

Ne jamais oublier de parler, d'écouter, de dialoguer. 

C'est notre rôle de parents, d'éducateurs, d'adultes auprès de n'importe quel jeune.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Merci pour ce billet qui aide à comprendre.

Un adolescent est en construction. Nous avons été adolescents et nous avons, nous aussi, dit des horreurs.

En 1970, lorsque le général de Gaulle est mort,  j'étais dans un internat. La surveillante nous a annoncé en plein réfectoire que nous allions avoir un jour de "vacances" en hommage à ce "grand homme". Pour nous, le général de Gaulle était un vieux monsieur , symbole d'un conservatisme dans les idées, pas très favorable à la liberté d'expression ... etc ... Nous avions 17 ans.

Notre réaction  : éclats de rire, enthousiasme, applaudissements !!! 

C'est alors qu'une vieille dame s'est  levée pour prendre la parole en pleurant. C'était notre infirmière et elle avait été résistante.

Je ne me souviens plus  exactement de ce qu'elle nous a dit mais je peux vous assurer que j'ai été marquée à jamais. Aujourd'hui, je suis heureuse d'avoir rencontré cette personne sur ma route, cette personne qui m'a appris qu'on pouvait faire beaucoup de mal sans le vouloir... qu'il fallait essayer de voir le point de vue de l'autre.

Ne jamais oublier de parler, d'écouter, de dialoguer. 

C'est notre rôle de parents, d'éducateurs, d'adultes auprès de n'importe quel jeune.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La volonte de recuperation du gouvernement fait encore beaucoup de mal, apres Sarko et la lettre de Guy Moquet a lire dans les ecoles, voila la minutes de silence. Ca part peut-etre d'une bonne intention, mais ca tient aussi beaucoup de la manipulation, pourquoi pas une minute de soutien, il y a quelques annees quand les habitants de Gaza ont fait tomber le mur?

Pourquoi pas de minutes de silence pour les milliers de morts de Gaza l'ete dernier? Pour ceux de 2008? Pourquoi pas une minute de silence pour les victimes de drones americains, quand c'est un mariage par exemple? Pour ceux qui se preoccuppent de la vie des autres, pour ceux qui peuvent imaginer les horreurs de la guerre et de l'opression, pourquoi leur dire que certains ont droit a tout l'espace et les autres rien?

Je trouve personnellement que ce n'est pas a l'ecole de parler de ca, ni au parents d'ailleurs, c'est quasi un acte d'accusation envers ces gamins, surtout a chaud comme ca, sans reflechir aux implications et avant que les dernieres lois liberticides votees ne soient appliquees, qui ridiculisent toute cette messe a la liberte d'expression juste avant son enterrement!

Parce que Gaza n'est pas en France et que les morts à Gaza sont de la responsable d'un mouvement terroristes le Hamas dirigés par les frères musulmans et qui dans sa charte veut la disparition de l'état d'israel et l'instauration du grand califat......voilà la raison

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.
  • Nouveau
  • 19/01/2015 10:13
  • Par

La ministre bavarde

les recteurs ont une prime revalorisée

et les prof's se d.......... !

 

Vous aurez remarqué qu'aucun Député, Maire ,conseiller Général, conseiller Régional, a moins que cela m'ai échappé, n'a pris la peine d'aller dans les lycées et collèges pour parler aux l'ensemble des lycéens et collégiens, de la République et de ces valeurs , cela montre à quel point nous sommes dans une démocratie malade et à  bout de souffle

beaucoup sont d'anciens profs, surtout chez les socialistes et connaissent l'arène ....pas fous les types ils préfèrent rester au chaud et voter le projet Macron....

Dialoguer, dialoguer....certes mais pour dire quoi? Des choses qui le soir seront démontées par le milieu familial, le grand frère ou la mosquée du coin, il ne suffit pas de dialoguer....il faut aussi exiger et prendre les sanctions nécessaires..et évidemment c'est beaucoup plus difficile!!

oui

 

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

Le constat d'ensemble qui s'impose, c'estr que nous avons bâti une sociétré "invivable". Les sociétés animales existantes ont subi le "tri" de la sélection darwinienne...à laquelle nous ne sommes plus soumis, et nous seuls. Nous avons des pouvoirs , nous le savons et nous les exerçons, sans réussir à prendre conscience des responsabilités que cela nous impose,vis-à-vis de nous-mêmes et des autres espèces vivantes.

Notrre société est puissante, diverse, multiple, riche en contradictions.Par exemple, le double "poids" effarant du passé et du présent. Englués dans des coutumes et des croyances, et en même temps avides du "nouveau" : donc, incapables de gérer les inévitables conflits., que nous nous bornons à subir , et dont il nous faut bien essayer de réparer les nuisances.Toujours dans "l'après coup".

Que beaucoup d'enseignants se sentent dépourvus, et pas aidés, devant ce qui s'est passé début janvier...et les retombées partout dans notre pays et au-delà, quoi d'étonnant?

Bien sûr qu'il faut dialoguer, topujours et encore. Mais, lorsqu'on n'a pas appris à le faire, lorsqu'on n'a jamais pratiqué de dialogue , encore moins réfléchi chacun et enselmble à ce que sont, dans notrre espèce, les axctes et les échanges de parole , depuis la petite enfance, on n'a pas les moyens de faire face ...

Je n'ai encore rencontré nulle part, par exemple, l'idée de donner du temps à un groupe-classe pour échanger à propos de "Charlie", l'adulte se bornant à v diller à ce que tous parlent et écouten, et organisant une "mise en tas" sur un tableau de tout ce qui est dit ; puis un temps de "tri", pour aboutir à un bilan sans jugement :"Voilà les idées et les mots qui circulent là-dessus". Et n'engager de débat qu'ensuite , l'adulte-témoin devenant participant seulement  dans cette phase . Et, zenfin, un bilan du débat, avec constat des permanences et changements par rapport à la première "mise en tas".

Et il y aurait mille autres façons de procéder, qui soient hors des schémas convenus. Mais toutes capables de mettre en lumière le miot d'ordre cher à Alain Bentolila :"En venir aux mots, plutôt qu d'en venir aux mains."

Je suis enseignant. Mon métier n'est pas de dialoguer mais de transmettre des connaissances.

J'attends de mes collègues qu'ils abandonnent la démagogie, et qu'ils transmettent à mes classes des élèves qui ont effectivement le niveau pour absorber les contenus des programmes (dont je ne décide pas).

Je pense à ce titre que le dogme du collège unique est un des éléments qui empêchent notre système éducatif de fonctionner.

je ne crois absolument pas à la mixité sociale, qui est juste un moyen de nivellement par le bas.

Au contraire, je souhaite aider les bons, pour qu'ils deviennent encore meilleurs. Je voudrais donc que les moyens ou les mauvais ne m'empêchent pas de faire mon travail.

Pour cela, il faudrait faire des classes de niveau à l'intérieur des établissements.

 

Je suis moi même un des produits de l'école de la république, issu d'une famille pauvre, j'ai pu m'élever, grâce à la qualité et à l'intransigeance de mes maîtres, que je prends comme modèle.

 

Je ne suis donc d'accord sur rien avec le galimatias de cet article. Je crois au contraire qu'il faut cesser de dialoguer, de discutailler, et qu'il faut transmettre les connaissances et autant que possible détecter les talents.

 

On peut espérer que ces talents deviendront les leaders de la république à venir (nous ne l'avons pas encore), et seront moins ignares, plus compétents que ceux qui nous dirigent actuellement, de droite ou de "gauche".

J'ai été enseignant pendant un demi-siècle, de la Maternelle à l'Université , et la "transmission" a toujours été mon dernier souci ...les premiers étant l'usage judicieux des savoirs que l'on acquiert de toute façon, et la réflexion sur le choix  des savoirs recherchés, et sur leurs conditions d'utilisations combinées . Aucun savoir n'est utile, ni fiable, sans beaucoup d'autres à y associer , non?

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Certains prénoms d'enseignants ont été changé à leur demande.