En détention provisoire depuis deux ans et demi, Adlène Hicheur, docteur franco-algérien en physique des particules, sera jugé les 29 et 30 mars devant la 14e chambre du tribunal correctionnel de Paris pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste ». Lors d'une conférence de presse au siège parisien de la Ligue des droits de l'homme, le 15 mars, son avocat a dénoncé « une affaire emblématique des dérives de la lutte antiterroriste ».

Deux des mis en examen de l'affaire de Tarnac (accusés en novembre 2008 d'avoir saboté des caténaires de lignes TGV), Mathieu Brunel et Benjamin Rosoux, ont apporté leur soutien au chercheur de 35 ans.