Place publique: tout ça pour ça?

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Changer les logiciels politiques », « garder une radicalité dans la sincérité », « produire un horizon qui fasse rêver », « rester frais, naïfs, candides »… Voilà la feuille de route que s’étaient donnée Claire Nouvian, Raphaël Glucksmann et Thomas Porcher, à la création de Place publique, le 7 novembre dernier. Leur mission : « sauver le monde » (dixit l’écolo Claire Nouvian) en créant un nouveau parti social-démocrate-écologique capable de rassembler la gauche. Leur méthode : réinventer les pratiques politiques. « Dès que les gens nous parlent d’alliance d’appareils, on dit “non capisco francese !” », assurait, au tout début de l’année, Raphaël Glucksmann.