Drones: révélations sur les projets de la police

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Un cas d’école: Lapi

 

Lapi, comme Lecture automatisée de plaques d’immatriculation. Le principe : une caméra fixe ou mobile (embarquée dans une voiture) filme la circulation. Elle ne s’intéresse qu’à une chose, en théorie : les plaques d’immatriculation. Histoire de repérer en temps quasi réel les véhicules volés. En Angleterre, le système Lapi est fortement implanté. Des milliers de véhicules sont ainsi pistés chaque jour, et parfois plusieurs fois par jour. En France, le système devrait être généralisé sous peu, après avoir été longtemps testé via trois caméras embarquées. Puis oublié. Puis exhumé. Ici comme outre-Manche, une des raisons avancées n’a pourtant rien à voir avec la recherche de voitures volées. C’est l’anti-terrorisme que l’on met en avant, sans que le rapport du second avec le premier soit bien clair. Quatrième et dernier extrait avec Thierry Delville.

 

 

Résumé des propos de Thierry Delville : Présentation du système Lapi. Comparaison des démarches anglaise et française. Le contrôle de la Cnil. Les procédures d'effacement. Crédit photos: Drone «Elsa», DGPN/DAPN/STSI.

Si vous avez des informations à nous communiquer, vous pouvez nous contacter à l’adresse enquete@mediapart.fr. Si vous souhaitez adresser des documents en passant par une plateforme hautement sécurisée, vous pouvez vous connecter au site frenchleaks.fr.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous
L’irruption de la technologie signe probablement l’une des évolutions majeures de la police. Elle est à la fois massive, profonde et toute récente. Or, tout semble indiquer que cette profusion a lieu, non en catimini, mais dans une certaine indifférence. Indifférence qui laisse dès lors le champ libre aux abus... comme aux fantasmes. Ainsi des drones. S’y intéresser, c’est tenter de cerner les préoccupations policières d’aujourd’hui et les enjeux sociétaux de demain. Avec, notamment, plusieurs questions essentielles autour des libertés individuelles et d’une certaine militarisation des forces de l’ordre.