L'Elysée soutient les amendements «anti» de la loi OGM

Par
A la demande de l'Elysée, le gouvernement ne présentera pas d'amendements à la loi OGM, discutée à partir de mercredi 16 avril au Sénat, pour effacer les dispositions permettant d'exclure les OGM de certaines filières agricoles.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

A la demande de l'Elysée, le gouvernement ne présentera finalement pas d'amendements à la loi OGM, discutée à partir de mercredi 16 avril au Sénat, pour effacer les dispositions permettant d'exclure les OGM de certaines filières agricoles. L'amendement Chassaigne, imposant que les organismes génétiquement modifiés ne puissent «être cultivés, commercialisés ou utilisés que dans le respect des structures agricoles, des écosystèmes locaux et des filières de production et commerciales qualifiées "sans organismes génétiquement modifiés", et en toute transparence», a été voté la semaine dernière par les députés, suite à la décision de Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d'Etat à l'écologie, de ne pas s'y opposer. Cette initiative avait suscité son rappel à l'ordre par les députés UMP et par le gouvernement. Après le vote solennel du projet de loi par l'Assemble nationale, François Fillon avait souhaité que les sénateurs suppriment ces restrictions aux OGM. Quelques heures plus tard, l'amendement avait été complété d'un autre déposé par le député UMP, François Grosdidier, limitant la culture des OGM au nom du «respect de l'environnement et de la santé publique».