Transparence : l'amertume des juristes de la commission Jospin

Par

Si les préconisations de la commission Jospin pour la rénovation et la déontologie de la vie publique avaient été mises en œuvre, le scandale Cahuzac aurait-il pu être évité ? Mediapart a interrogé les juristes membres de cette commission, au moment où les ministres sont contraints de rendre public leur patrimoine. Plus important que cette publicité serait, selon eux, la publicité des résultats du contrôle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Juste après son élection, François Hollande avait confié à Lionel Jospin la tête d’une commission chargée de rendre un rapport sur la rénovation et la déontologie de la vie publique. Mesurées pour la plupart, et en passe d’être enterrées pour quelques-unes, les préconisations de la commission sont reparues dans le discours de François Hollande, mercredi 10 avril, notamment l’idée d’une autorité indépendante chargée d’empêcher les possibles conflits d’intérêts des élus.