AG et commissions: les Nuits debout parlent aussi organisation

Par Timothée Aldebert

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après très exactement deux semaines d’existence, la Nuit debout ne montre aucun signe de fatigue : elle continue d’attirer toujours plus de curieux et de fidèles chaque soir sur la place de la République, à Paris, et un peu partout ailleurs en France. Cependant, une même question est présente sur toutes les lèvres : « Qu’est-ce que l’on veut ? » Et à travers cette question, une autre est sous-entendue, plus clivante : « Doit-on céder à la verticalité pour des motifs d’efficacité ou peut-on espérer arriver à quelque chose avec des impératifs d’horizontalité ? »