Essai de Rennes: les mensonges de l'Agence du médicament

Par

Les autorités ont martelé que l'accident de l'essai clinique de Rennes était imprévisible, alors qu'un expert de l'Agence du médicament avait alerté en interne sur les risques de la molécule BIA 10-2474 pour le cerveau. L'ANSM a négligé cette information cruciale et l'a niée dans ses discours officiels.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’ANSM, l’agence nationale de sécurité du médicament, a menti à propos de l’essai clinique de Rennes au cours duquel un volontaire sain, Guillaume Molinet, est mort le 17 janvier dernier, tandis que quatre autres ont souffert d’effets secondaires très graves.