Le désespoir des internes fait trembler l’hôpital

Contraints de travailler bien au-delà des limites légales à cause de la pandémie de Covid, régulièrement soumis à des humiliations, voire du harcèlement, des internes en milieu hospitalier témoignent. Depuis le début de l’année, cinq suicides sont à déplorer. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

«Je ne dors plus, tellement je me fais du souci pour mon service et mes équipes », a dit à France Inter le professeur Jean-François Timsit, chef du service de réanimation et des maladies infectieuses de l'hôpital Bichat, à Paris. Il raconte « avec amertume » que les internes ont littéralement fui son service pour leur nouveau stage semestriel qui a débuté le 10 mai : il n’a que cinq internes au lieu des dix espérés.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal