Affaire Karachi: le tribunal condamne le clan Balladur à de la prison ferme

Par et

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné plusieurs proches de l’ancien premier ministre, également intimes de Nicolas Sarkozy, à de lourdes peines de prison ferme dans cette tentaculaire affaire de malversations sur les ventes d’armes de l’État français. À propos de Nicolas Bazire, ex-directeur de cabinet d’Édouard Balladur, les juges évoquent « une atteinte d’une gravité exceptionnelle […] à la confiance dans le fonctionnement de la vie publique ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour ceux qui en doutaient encore, l’affaire Karachi est bien l’histoire d’un « casse » de 160 millions d’euros au détriment de l’État français. La justice vient d’en apporter la confirmation en infligeant des lourdes peines à plusieurs membres de ce qui fut le clan d’Édouard Balladur, premier ministre de 1993 à 1995, qui a, selon le tribunal, financé sa campagne présidentielle de 1995 en faisant payer des commissions occultes sur des marchés d’armement à deux sociétés d’État.