Vingt ans après

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ça pleure et ça rit, ça danse et ça met un joyeux désordre, sur les écrans de télévision. « On a du mal à réaliser », disent les commentateurs dans le poste. Les téléspectateurs se demandent s’il est question de la captation audiovisuelle, qui vacille, tangue, brimbale, titube et cahote. De Sérignan-Plage dans l’Hérault (« Une immense ovation, ici c’est absolument délirant. C’est magique ») aux Champs-Élysées « déjà noirs de monde », en passant par Le Vieux Port de Marseille où « des hommes, des femmes, des jeunes, des vieux » se seraient jetés à la mer (si l’on a bien compris) : « C’est vraiment une fraternité incroyable. Pour l’instant, il n’y a pas de casse. »