Mariage homo : ce qu'en disent les curés d'un quartier gay

La « formule de prière » proposée par le cardinal Mgr André Vingt-Trois à tous les curés de France à l’occasion de la célébration de l'Assomption a été très largement relayée. Tous les officiants ne partagent cependant pas les mêmes sentiments sur le mariage homosexuel et l'adoption. Exemple à Paris, dans les églises du Marais, au cœur du quartier symbole du militantisme gay. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mgr André Vingt-Trois n'a pas été pris au mot. En ce 15 août, tous les curés et officiants de France n’ont pas reçu de la même façon la « proposition » de prière émise par le président de la Conférence des évêques de France, pour la célébration de l’Assomption. Par ce message, l’Église entendait envoyer un signal fort au gouvernement, et dire à quel point elle désapprouve la promesse de campagne de François Hollande de donner aux homosexuels le droit de se marier et d’adopter des enfants. Le texte, adressé notamment aux « élus » de la nation, demande que les enfants « cessent d’être les objets des désirs et des conflits des adultes pour bénéficier pleinement de l’amour d’un père et d’une mère ». L’acte est d’autant plus fort que la tradition de prier pour la France lors de cette fête avait quasiment disparu depuis l’après-guerre.