Attentat de Karachi: la colère des familles contre l'Elysée

Dans une lettre ouverte adressée àMediapart et destinée au président de la République, le Collectif des famillesdes victimes de l’attentat de Karachi, qui a coûté la vie à onze employésfrançais de la DCN en mai 2002, dénonce « le soutien inexistant » de l’Etat et exige que Nicolas Sarkozy les reçoive, comme il s’yétait engagé. Nous révélons par ailleurs que le site internet de l’Elysée afait disparaître du compte-rendu intégral d'une conférence de presse duprésident, en juin 2009, à Bruxelles, un passage embarrassant : celui où M.Sarkozy évoquait « la douleur de familles et de trucs comme ça »... Pour l'avocat des parties civiles, Me Olivier Morice, il s'agit d'un «aveu de faiblesse» du président de la République.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

Nicolas Sarkozy n’arrive décidément pas à se débarrasser de l’affaire de l’attentat de Karachi. Les familles des victimes ont décidé de lui adresser une lettre ouverte, via Mediapart (à télécharger ici), afin de dénoncer « le soutien inexistant » de l’Etat et, surtout, d’exiger que le président de la République les « respecte » en les recevant, comme il s’y était engagé. Mediapart a par ailleurs découvert que le site internet de l’Elysée a fait disparaître du compte-rendu intégral d'une conférence de presse de Nicolas Sarkozy, en juin 2009, à Bruxelles, un passage embarrassant : celui où le chef de l'Etat évoquait « la douleur de familles et de trucs comme ça »

L’affaire dite de Karachi a été provoquée il y a un an par l’apparition d’une nouvelle piste pouvant expliquer pourquoi, le 8 mai 2002, quinze personnes dont onze employés français de la Direction des constructions navales (DCN, rebaptisée depuis DCNS) ont été assassinées au Pakistan.

Différents documents et témoignages suggèrent que l’attentat, attribué jusqu’alors à des islamistes désireux de punir la France pour son soutien aux Etats-Unis, aurait en fait une tout autre cause. L’explosion du bus transportant les employés de la DCN aurait été la conséquence d’un règlement de comptes politico-financier: le non-paiement de commissions en marge de contrats d’armement (notamment la vente de sous-marins Agosta au régime d’Islamabad) décidé à partir de 1995 par Jacques Chirac, qui soupçonnait certains intermédiaires d’avoir financé son rival Edouard Balladur.

Qualifiée de « cruellement logique » par le juge français Marc Trévidic, cette piste dite des «rétro-commissions» a totalement relancé l’enquête dont il est saisi, et redonné espoir aux familles des victimes, qui se heurtent depuis des années à l’indifférence del’Etat. Une indifférence à laquelle a succédé un grand embarras.

C’est peu dire que l’Elysée voit d’un mauvais œil la nouvelle direction prise par l’enquête du juge Trévidic. Elle risque de mettre au jour les dessous des gros contrats d’armement et les soupçons de financement politique occulte qui s’y attachent, particulièrement sur la période 1993-1995, marquée par une bataille aussi acharnée que souterraine opposant les balladuriens aux chiraquiens. Nicolas Sarkozy était alors ministre du budget dans le gouvernement d’Edouard Balladur.

Dans un courrier adressé à la présidence de la République le 8 mai 2009, dont Mediapart a déjà parlé, Magali Drouet, qui a perdu son père dans l’attentat, avait rappelé que les familles des victimes avaient «sollicité une entrevue» avec le chef de l'Etat dans une première missive, le 30 décembre 2008, et que le conseiller juridique du chef de l'Etat, Patrick Ouart, avait opposé en janvier une fin de non-recevoir. M. Ouart aurait précisé «qu'en application du principe constitutionnel de séparation des pouvoirs vous [Nicolas Sarkozy, NDLR] ne pouviez intervenir dans le cours d'une procédure judiciaire».

A l'époque, les familles de victimes avaient été particulièrement échaudées d'apprendre qu'au lieu de les recevoir, Nicolas Sarkozy avait pris «le temps de (s')entretenir avec M. Azif Ali Zardari [l'actuel président du Pakistan, NDLR], qui pourrait peut-être avoir un lien avec le drame que nous vivons depuis 7 ans», soulignait le collectif. «Ne pourriez-vous pas, demandaient-elles alors, en marge de votre conversation avec M. Zardari, prendre un peu de votre temps afin d'affirmer, au collectif des familles de victimes décédées (en présence de leur avocat Me Morice), la réelle volonté de l'Etat français à voir ce dossier avancer avec votre soutien sans faille?»

Et la missive de poursuivre: «Lorsque nous évoquons l'avancement du dossier, il s'agit pour nous d'un ensemble [...] et surtout notre volonté d'aboutir à un procès aux assises qui ne soit pas une parodie de justice, avec votre assurance que les commanditaires pourront être activement recherchés et extradés vers la France, quelle que soit leur fonction politique, militaire ou diplomatique.»

«Nous ne sommes pas des "trucs", nous sommes citoyens français»

Las, cette lettre est restée sans réponse. Du coup, le Collectif des familles des victimes de l’attentat de Karachi a décidé cette fois d’interpeller le chef de l’Etat via une lettre ouverte adressée à Mediapart. Le ton y est pour le moins mordant.

« Depuis le début de votre mandat, vous êtes, à maintes reprises, intervenu dans divers dossiers touchant à la liberté, comme la libération des infirmières bulgares ou celle d'une désormais célèbre otage des FARC, la prise en charge des victimes de crashs d'avions, ou encore l’avenir socio-professionnel de nos compatriotes comme en ce moment avec l'affaire Molex pour laquelle l'Etat s'immisce dans la reprise d'une entreprise privée », rappelle le courrier.

« Ce type d'intervention, poursuit-il, est bien sûr indiscutable et le but de ce texte n'est absolument pas de les contester, mais lorsqu'il s'agit des familles de victimes de l'attentat de Karachi, morts en mission pour une entreprise à l'époque détenue à 100% par l'Etat et aujourd'hui société privée à capitaux publics pour près de 75% de son capital, le discours n'est plus le même et le soutien inexistant. »

Rappelant quele courrier daté du 8 mai 2009 est « resté lettre morte », le Collectif ajoute : « Vous prônez le besoin de sécurité, d'égalité et de justice, dans votre discours de politique étrangère (…) Monsieur le Président de la République, si ce discours était sincère, si vous ne souhaitez pas que les jolis messages humanistes français ne soient décrédibilisés par l’indifférence à l’égard de familles de victimes aux revendications légitimes, si les propos que vous avez tenus lors de votre discours à Bruxelles en juin dernier n'étaient qu'une piètre erreur de communication, si vos promesses de justice et de respect des victimes ne sont pas que des promesses électorales, alors vous n’avez d’autre choix que de recevoir notre Collectif, afin de nous assurer de votre soutien indéfectible dans cette affaire.Nous ne sommes pas des "trucs", nous sommes citoyens français et, à ce titre, l’Etat nous doit la vérité et le respect. »

« Il y a peu, l'une d'entre nous a pensé : "Apparemment, Monsieur Sarkozy préfère serrer la main de Kadhafi plutôt que celle d'une veuve de Karachi"… Prouvez-lui qu’elle se trompe», conclut la missive.

L’allusion aux « trucs » n’est pas neutre. Le Collectif fait référence à la conférence de presse, tenue à Bruxelles par Nicolas Sarkozy le 19 juin 2009, au cours de laquelle le chef de l’Etat avait été interpellé par un journaliste à propos des derniers rebondissements de l’affaire de Karachi, notamment la piste des rétrocommissions. Evoquant une « fable » qualifiée de « grotesque», le président avait vivement choqué les familles des victimes en déclarant, après avoir éclaté de rire : « Non pardon, hein, je ris pas du tout parce que Karachi, c’est la douleur de familles et de trucs comme ça… mais… qu'est-ce que vous voulez que j'aille répondre là-dessus ? »

Or, Mediapart a découvert que la présidence de la République, qui a pris conscience a posteriori de l’énormité de la gaffe du chef de l’Etat, a discrètement fait disparaître de son site internet officiel le passage controversé. En effet, sur le site Elysée.fr, on trouve bien, comme c’est la règle, la retranscription de la conférence de presse de Bruxelles. Sauf que les mots les plus choquants ont été purement et simplement supprimés! Et le passage mentionné ci-dessus devient, comme par magie : « Pardon, Karachi, c'est la douleur de familles, que voulez-vous que j'aille répondre là-dessus ? » Plus d’allusion à son éclat de rire, ni évidemment à des « trucs comme ça »…

Voici la capture d'écran de la retranscription tronquée de la déclaration de Nicolas Sarkozy, disponible sur le site de l'Elysée (ici):

Pour Me Olivier Morice, l'avocat du collectif, «la suppression par les services de l'Elysée des passages qui avaient entraîné la colère des familles des victimes est un aveu de faiblesse du président de la République lui-même dans ce qui est indéniablement une affaire d'Etat».

-----------------------

Retrouvez sous l'onglet Prolonger toutes les enquêtes et révélations de Mediapart sur l'affaire de Karachi.

Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme

Voir les annexes de cet article

Mediapart est actuellement en accès libre : profitez-en et faites-le savoir ! Découvrez tous nos contenus gratuitement C’est l’occasion pour celles et ceux qui ne nous connaissent pas de découvrir un journal totalement indépendant et sans publicité qui ne vit que de l’abonnement de ses lecteurs.
L’information est la première force sur laquelle nous devons compter. Une information de qualité, au service du public, soucieuse de l’intérêt général.
Articles, contenus vidéos, podcasts, enquêtes, dossiers... : découvrez-les et jugez par vous-même.
Si vous souhaitez nous soutenir et prolonger votre lecture après la période d’accès-libre abonnez-vous !

Soutenez-nous