Marine Le Pen fait son ouverture... à l'ultra droite

Par

Marine Le Pen continue de marteler sa stratégie de «dédiabolisation». Mais l'ouverture du FN s'organise aussi à l'ultra droite. Trois de ses responsables négocient avec le Bloc identitaire, selon nos informations.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est un salarié du Carré, le siège du Front national, qui le dit. Un cadre qui travaille au cœur de l'appareil et n'a qu'une ligne, celle «de Jean-Marie». Oui, un accord a été scellé entre le FN et le Bloc identitaire. «C'est beaucoup plus qu'un pacte de non-agression. On tombe dans le jeu des petits accords politicards, alors que c'est exactement ce qu'on dénonce!» Il n'est pas «un habitué des médias», dit-il. S'il «sort aujourd'hui de (sa) réserve», c'est «parce que sur cette question-là il y a un malaise, un flou qu'il faut clarifier. On est à la limite du scandale» (lire notre "Boîte noire").