Au procès des attentats de janvier 2015, l’émotion des policiers

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Biceps très développés dans son tee-shirt noir, Vincent B. raconte qu’il s’était caché, ce jour-là, derrière un buisson quand il a alors aperçu d’autres policiers. « J’ai essayé de leur faire signe mais personne ne me voyait… » Le gardien de la paix de 28 ans ne parvient plus à aligner un mot.