Législatives 2007: les sectes se cachaient-elles dans les urnes?

Par
Le parti politique La France en action a-t-il été le paravent des sectes lors des élections législatives de juin 2007? C'est la question à laquelle les juges de la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris vont répondre ce jeudi 16 octobre. Trois anciens candidats de cette organisation poursuivent en citation directe l'ancien juge et député UMP Georges Fenech qui avait pointé les «liens» entre des représentants de La France en action et diverses mouvances sectaires comme l'Église de scientologie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le parti politique La France en action, dont le leitmotiv est «le bien-être durable de tous les êtres», a-t-il été le paravent des sectes lors des élections législatives de juin 2007? C'est la question, délicate, à laquelle les juges de la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris vont devoir répondre ce jeudi 16 octobre. Trois anciens candidats de cette organisation autoproclamée «parmi les dix premiers partis français» poursuivent en citation directe l'ancien juge et député UMP Georges Fenech qui avait pointé, quelques jours avant le premier tour des législatives, les «liens» entre des représentants de La France en action (FEA) et diverses mouvances sectaires comme l'Eglise de scientologie.