Macron : à droite toute ! Parti pris

Ce moment où Macron a (r)ouvert les vannes de l’islamophobie

Après Nicolas Sarkozy et Manuel Valls, Emmanuel Macron, à son tour, laisse la porte ouverte au déferlement de haine contre les musulmans. Il en va de sa responsabilité de maintenir les digues, y compris en menant la lutte contre le terrorisme. 

Carine Fouteau

15 octobre 2019 à 20h04

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Un chroniqueur ouvertement islamophobe, condamné par la justice pour provocation à la haine raciale, recruté par une chaîne de télévision pour déverser son fiel contre les musulmans ; une femme portant un voile humiliée par un élu RN devant son fils et les camarades de son fils venus assister à une assemblée plénière du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté ; un ministre de l’éducation appelant à signaler les petits garçons refusant de donner la main aux petites filles dans les cours de récréation, décelant en eux des djihadistes en puissance ; un ministre de l’intérieur désignant « la pratique régulière et ostentatoire de la prière » et la « pratique exacerbée de la religion en période de ramadan » comme autant d’usages problématiques ; une université diffusant, avant de se raviser, des instructions visant à repérer en son sein de supposées formes de « radicalisation », au travers de l’« apparition du voile », de « changement de physionomie » avec « port de la barbe sans moustache », de « changement vestimentaire » avec « port d’une djellaba », d’« absentéisme récurrent aux heures de prières », de « refus de l’autorité des femmes », de l’« arrêt de consommation de boissons alcoolisées », etc.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Migrations — Enquête
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Éducation — Enquête
par David Perrotin
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Médias
Couvrir l’extrême droite, affronter la violence politique
Travailler et enquêter sur l’extrême droite en France, c’est s’exposer à des menaces, du cyberharcèlement, des insultes et du dénigrement. Et dans un milieu très masculiniste, être une journaliste femme est un facteur aggravant. Dénoncer ce déferlement de haine par la voie de l’interpellation ou le canal judiciaire n’a rien d’évident.
par Mathilde Goanec et David Perrotin
Gauche(s) — Analyse
Programme présidentiel de Mélenchon : ce qui change, ce qui demeure
Réactualisé à l’aune du quinquennat écoulé, « L’Avenir en commun » est débarrassé des points qui avaient le plus fait polémique en 2017, comme l’hypothèse d’une sortie de l’Union européenne. Pour le reste, la continuité domine : VIe République, planification écologique et partage des richesses.
par Fabien Escalona et Pauline Graulle
Nucléaire — Enquête
Centrale nucléaire de Tricastin : des dissimulations en cascade
Dans l’affaire du lanceur d’alerte de la centrale du Tricastin qui porte plainte contre EDF, de nouveaux éléments consultés par Mediapart révèlent que l’Autorité de sûreté du nucléaire connaissait depuis longtemps le problème. Selon un document interne, EDF a menti et l’autorité de sûreté également dans sa communication publique.
par Jade Lindgaard
Dossier. L’affaire Kohler — Enquête
La note qui relance l’affaire Kohler
La Sfil, une discrète banque publique qui assure les financements des bateaux achetés en France par le groupe MSC, s’est réjouie en 2020 de bénéficier du « soutien » du secrétaire général de l’Élysée. Ce dernier a des liens familiaux avec les Aponte, les principaux actionnaires de MSC.
par Martine Orange

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par à l’air libre
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik