Un an après l’assassinat de Samuel Paty, des profs témoignent de leur enseignement

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alès (Gard).– « Samuel Paty, c’est moi. Enfin, ça aurait pu être moi… C’est la première chose que je me suis dite », se souvient un enseignant* d’histoire-géographie du lycée Jean-Baptiste-Dumas. Pour mémoire, le 16 octobre 2020, Samuel Paty a été victime d’un acte terroriste en pleine rue dans la ville de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), après avoir montré les caricatures de Mahomet à ses élèves. Un drame à jamais gravé dans la mémoire de l’Alésien. « J’ai appris la nouvelle en rentrant du bahut après une heure de route… Ça m’a complètement abattu. Et j’ai pleuré. »